WOOOOOOOUW I DID IT!!!!

C'etait pas de la tarte j'avoue, physique comme pas possible, envie d'arreter de marcher maintes et maintes fois mais je peux le crier haut et fort : j'ai fais un trek!!!!

Nous rencontrons un couple de francais (tito et charlotte), noud ferons le trek que tous les 4; notre guide surnomme Oulala (que j'ai repete des tonnes de fois a la place du "putain" habituel de fatigue) et nos deux jeunes porteurs.

On embarque dans le coffre de la camionette, cheveux au vent on fait plus ample connaissance. On va commencer la ballade a partir du village de Sembalun, parait il que c'est plus simple de ce cote. Je n'ose imaginer ce que ca aurait ete de Senaru. (en fait on a eu 1000m en moins de denivele a grimper). Un petit pipi (mes intestins s'etant calmes), une cigarette (qui sera la seule de la journee) chacun son sac (qui contient le STRICT minimum) et zou c'est partit! Le cheminou commence soft, nous sommes dans une charmante vallee, verdoyante, les collines au loin et surtout le sommet du Rinjani (3726m) qui nous nargue de sa superbe. Il a pas l'air si loin que ca, lance charlotte! Hum hum...J'en suis bien moins sure moi.

On se retrouve vite en plein soleil, qui tape deja bien trop, a grimper un chemin tout caillouteux. Et ca grimpe, et ca n'arrete pas de grimper... je vous epargne la suite. On passera 2jours a grimper en fait. Je commence deja a etre a la traine, par manque de souffle, donc d'endurance, a cause de mon non entrainement physique. Il y en a un qui avait raison, mais je tiens le coup, le but etant d'avancer pas d'arriver le premier. C'est quand meme rageant d'avoir le sentiment de faire du sur place. Un pied devant l'autre, ne pas regarder en haut tellement tout cela parait interminable. Environ 3 heures plus tard on se fait la pause dejeuner. Notre charmant staff se met a l'action : feu de camp, epluche legumes et nous voila servis d'une bien belle assiette, de quoi reprendre des forces.

L'apres midi nous devons parcourir 5h de marche. D'accord je suis morte, j'ai deja mal partout, j'ai froid alors que tout le monde creve de chaud, mais j'arrive a ne pas me plaindre, ne voulant pas donner trop raison a Karim, je suis capable, je suis cap', je sui...

Nous sommes en plein coeur des collines, toutes arborees, une bien jolie vue sur la vallee et la preuve qu'on a deja pas mal grimpe! Je m'aide des cailloux et des arbres pour avancer, mes jambes me faisant defaut. La derniere heure fut la plus dure. Mes acolytes sont deja en haut et Doudou m'encourage d'un "Ca vaut le coup Cocotte". Un dernier effort, raaaaah je pousse sur mes jambes, allez je vois le bout, plus en mode "pic qui te barre la vue" et WOUAW! Je decouvre un immense lac, qui s'est forme dans un cratere, l'eau y est turquoise, on a une vue imprenable sur le petit cratere encore en activite, ca fumouille la dessous. Le soleil se couche au loin, encore quelques 1000m au dessus le sommet du Rinjani, l'endroit est idyllique, digne de grands aventuriers. Jamais on ne pourrait penser se qu'il ce cache derriere ces montagnes. Encore un petit effort, il nous faut rejoindre le camp de base ou deja une vingtaine de tentes se montent, sur une parcelle escarpee, aceree, tres proche du vide (t'as pas interet a te craquer pour le pipi nocturne) les autres groupes et leurs guides sont la aussi. Ambiance colonie de vacances. Et puis des que le soleil se couche pour de bon on se caille severe!!! Les organisateurs nous avaient dit qu'un petit gilet suffirait et bah pas du tout les gars! Un vent glacial nous fouette, on se refugie sous nos tentes, essayant vainement de nous rechauffer a la bougie! Une bonne soupe nous aide un peu a retrouver de la chaleur. Et le mieux etant de se camouffler dans nos sacs de couchage pour un bon gros dodo.

Le coq etant absent, nous sommes reveilles par les groupes les plus sportifs qui partent a 1h30 du mat pour le sommet. Mais le soleil ne se levant  qu'a 6h a quoi sert de poireauter dans le froid la haut??? Oulala, lui dort bien profondement, on attendra donc son feu vert pour y aller. Il viendra a 3h du mat, avec the/cafe et petits biscuits. Nous sommes le dernier groupe a quitter le camp, nous serons d'ailleurs constamment les derniers a arriver et les derniers a partir durant les 3jours. Oulala est les porteurs etant bien detendus! Ca me va plutot pas mal.

L'ascension donc... un grand moment! Lampes frontales, la tete a l'envers de fatigue et de froid. Le chemin est sableux, tu fais un pas tu recules de deux! Heureusement il fait nuit donc aucunes notions de la duree. Par contre je devine le vide par moment. Nous marchons sur une parcelle plane (alleluia du plat!!) et de chaque cote le vide. Garder la tete bien en face pour que la lampe n'eclair pas !!! Et ca grimpe, et je n'en peux plus de grimper et ...au bout de 3h je dis STOP! Les autres iront s'entasser avec les autres groupes, nous on se cale sur un gros rocher, comme seuls au monde. De toutes facons le film commence, le ciel etoile laisse progressivement la place a un rai de lumiere a l'horizon qui changera de couleurs minutes apres minutes. Bleu, vert, rose, orange. Nous sommes egalement au dessus d'une riviere de nuages, douceur, vapeur, coton, envie d'y sauter tellement ce tapis a l'air accueillant. Une fois de plus la durete de l'effort est largement recompense. Nous voyons au loin le Gunung Agung (volcan sur Bali) et meme les iles Gili qui ont l'air si petites toutes rikiki! On passe un moment de reve, ou on se sent fier de faire partie de ce nouveau jour qui se leve. Le monde est tellement beau d'en haut.

Et puis ca y est il faut redescendre. Une seule est unique technique fiable : se laisser glisser. Un peu casse-gueule puisque je me ramasse sur les fesses pas mal de fois, mais tenter de faire des pas ne sert a  rien. On profite malgre tout de tout ce qu'on a pu voir durant la montee, et effectivement il y a des passages a-pic! A 8h nous arrivons au camp de base pour un vrai petit dej. On est tout poussierreux, noirs, crados, meme pas moyen de se laver les mains, l'eau etant pour calmer notre soif uniquement. C'est ca le trek, il me dit Karim!

Nous sommes rejoint par des dizaines de singes qui veulent leur part de petit dej. Ils sont ravis de tout les restes que les porteurs eparpillent ca et la. Parce que oui l'endroit est degueulasse! Chaque staff laisse ses emballages, ses epluchures, et chaque trekeur donne une allure papiecuesque a l'ensemble du territoire! En meme temps, pas de poubelles, pas de toilettes, alors chacun fait comme il peut, c'est a dire polluer!

Nous quittons le camp de base, pour rejoindre le bord du lac. Encore 4 heures de marche a descendre un "chemin" caillouteux. Ca glisse, ca tire, et ca se vautre!!! Les filles surtout!! Nos bonhommes preferant descendre en courant, ils sont si forts! On arrive enfin au lac, qui a l'air bien moins propre de pres, j'ai voulu tenter la baignade mais un singe mort etait en train de flotter! Heu bah du coup je vais juste faire une sieste en fait. Apres manger nous allons du cote des sources chaudes, mais trop chaudes pour s'y baigner, du moins ca aurait ete dur de repartir apres un bain.

Nous serons encore les derniers a quitter le lac pour rejoindre l'autre camp de base pour la nuit. Et Oulala decrit l'endroit ou nous devons aller. Je sais pas si j'ai vraiment envie moi, parce qu'il montre l'autre cote d'une montagne! Et je trouve que depuis ce matin on a deja fait pas mal avec l'ascension, et puis c'est vrai quoi, on pourrait pas se reposer un peu la??? C'est qui qu'a dit qu'y fallait marcher comme ca tout le temps????? Bah t'as paye pour ca cocotte non??! Ah oui! Un moment j'avais oublie qu'on etait seuls responsables de cette souffrance!

Allez ok, on y va alors! On doit longer le lac, en escaladant des petits rochers afin de rejoindre un sentier abrupte. Ce sera 3h d'escalade constante! Au moins je peux faire travailler mes bras. Je me plains, je me plains, mais on croise tout ces porteurs qui descendent eux. La plupart pieds nus et charges de pres de 40 kgs! Des jeunes, des moins jeunes, souvent la clope au bec. En meme temps le Rinjani est le coeur de l'economie de la vallee. Oulala nous confie que ses enfants vont a l'ecole, je suppose donc qu'il gagne suffisamment. Alors j'arrete de me plaindre et je pousse bien sur mes pieds. Cette montagne interminable nous offre enfin son sommet. Un tout autre point de vue sur le sommet, le lac et le cratere. Tito et Charlotte etant arrives avant nous, ils nous ont reservee une place de reve pour les tentes. Un dome juste de quoi accueillir nos 2 tentes, dominant les alentours. Mais la soiree sera de courte duree, le froid et la fatigue nous obligent une fois de plus a nous calfeutrer a l'abris. On profite de la priere de quelques Balinais venus en pelerinage, le Rinjani etant sacre pour eux. Mais la vallee est musulmane. Ca fait bien rire notre jeune porteur qui lui est musulman "Les Balinais viennent prier dans la montagne et nous a la mosquee" Euh, si je ne m'abuse petit tu n'aurai pas un pelerinage a faire toi aussi???

Une fois de plus, ce que tu as grimpe tu vas devoir le redescendre. Un sentier de sable et de gravillons qui te font des pieges, yahouuu je gliiiiisse!!! Encore de belles gamelles. Nous atteignons la junggle en fin de matinee, qui nous accueille, nous engloutie et nous assure un retour imminent a Senaru.

14h30!!!! Heure de la delivrance, nous rejoignons notre petit hotel pour boire, nous laver et surtout arreter de marcher. En a peine 20 minutes nous sommes coupes par des courbatures de fou qui nous donnent des demarches de pingoins. Demarches qui nous suivront pendant plusieurs jours d'ailleurs.

Fiers de nous, nous sommes encore sous le charme de ce que ces 3 jours nous ont permis de decouvrir.

On est vraiment des chanceux, il n'y a aucun doute la dessus!!!

Lire la suite...