15 décembre 2010

Télé VS Réalité

N'ayant pas la télé (justement) depuis notre expatriation antillaise, il me vient des bribes de générique, (tana nana NA naNA, vous avez reconnu? Nan? Z'êtes trop nul!) ou encore des relents de vieilles répliques à la Nagui (je sais c'est moche). Sans oublier la fâcheuse habitude de me laisser choir dans le clip-clac en attendant le programme, après une dure journée de "ooooooooh you're sooooo cute" (au bout d'un mois j'ai toujours pas plus d'argument pour vendre une robe à 600 -euros oui oui)  Dans le clip-clac donc, je me laisse effectivement choir mais j'ai un mur blanc en guise d'écran et ayant pas mal d'imagination, j'vous dis pas tout ce que j'y ai déjà vu hein... pas pour de vrai j'veux dire, pas comme des vraies visions. Nan j'ai vu qu'en fait, ici c'est trop un pot-pourri (mot directement associé à Nana Mouskouri) d'émissions et jeux télés. J'suis un peu comme dans The true man show (dis moi que tu connais ce film, sinon t'es dans une autre tranche d'âge que la mienne)

C'est partit pour The true Soïz in St Barth's show!!!!

 

Quand tu décides d'aller vivre à St Barth c'est un peu comme "Tout le Monde veut prendre sa place". Tu attises la jalousie, tout ton entourage voudrait trop se payer le luxe du fauteuil rouge, la plage,  le ciel, le soleil et pas Ta mère, sans imaginer la galère que ça a été à l' atteindre ce foutu fauteuil. T'as fait péter la banque pour te payer le billet, pour avoir assez pour vivre (squatter) tout en cherchant un taf, et une fois que t'as dépensé le PNB du Swaziland (c'est presque mon pays!) en loyer, cautions, scooter... et autres bah HOP ayè t'es ENFIN bien en place dans le fauteuil. Sauf qu'on t'a pas dit que pour en repartir va falloir que tu amasses assez pour pouvoir rentrer chez toi ou alors qu'un ou une autre candidat(e) prenne ta place. Et bizarrement y'a plus personne qui veut tenter sa chance. Bah oui hein, ça fait si peur de tout quitter, pis finalement hein, le ciel, la plage tout ça bah on s'en fout un peu. C'est bien aussi la vie à Paris. Il fait gris, froid, sale... mais la France est mon pays. Un élan de patriotisme face à tant d'exotisme? M'en fous j'y suis bien moi dans mon fauteuil finalement! Au mieux je pourrai demander à Nagui une subvention pour quand on voudra rentrer. Nan?

Évidemment je n'omettrai pas de me comparer à une candidate de "Pékin Express". A défaut d'avoir échoué à la phase entretien téléphonique pour ceux qui avaient suivi nos échanges avec M6. Je me fais malgré tout des étapes de survie dont celle du : "Viiiiiiite déposez moi à Gustavia, j'ai pas d'argent mais je peux chanter le long du trajet pendant que tu me raconteras les coutumes locales" tous les matins pour me rendre à ma superbe boutique. Et même que des fois le stop ne marche pas (pourtant je mets des robes courtes) alors je dois me faire l'étape à pied, et en courant, histoire de pas arriver la dernière au grand drapeau qui dit que bah c'est too late, t'es en retard cocotte! Pour l'instant je m'en sors bien, j'arrive toujours à temps. Pourvu que ça dure, les leaders vénèrent la ponctualité. Et comme j'ai déjà failli me faire éliminer, je vais éviter d'attirer l'attention sur moi et tracer la route.

Niveau aventure on est un peu comme à "Koh lanta". Mais en mieux, puisque la prod' fournit des raquettes-tazer à moustique, ainsi que des pièges à cafards. Et que notre case est équipée du minimum vital: lit-frigo-wc. Mais en ce qui concerne la vie au quotidien c'est similaire : aucune activité culturelle! C'est à dire: no ciné, no fnac, no salle de concert.  On ne peut que manger (du riz) travailler (bon d'accord on pèche pas le poisson au harpon non plus) et dormir. Le tout en se dorant la pilule, (notre seule activité sportive) comptant les jours et regardant les avions quitter l'île. Pour l'instant on excelle en épreuves d'immunité, du coup on reste encore hein...  et puis ça fait du bien d'être coupé de tout. Comme si le temps n'avançait pas. Quoi ça fait déjà 2 mois et demi?? Merde je vais finir par vraiment plus rien comprendre aux Feux de L'Amour. Si quelqu'un pouvait me dire comment va Sharon...

Laissons de côté les soap et parlons bidon (le miam miam j'veux dire, non pas que je sois obsédée par une éventuelle grossesse...) ce qui nous amène à "Un dîner presque parfait". Les rares fois où on t'invite à manger, ou alors quand toi tu reçois, tu dégustes soit du riz, soit des pâtes. Toujours à des sauces différentes bien sûr. Puisqu'ici rien ne pousse tout s'achète. Cher, trèèèès cher. Près de 5€ le kg de tomates (qui peut monter à 90€ le kg pendant les fêtes) un steak à 5€ même pas peur! 3€ un avocat! Le poisson? N'en parlons pas. Heureusement que l'ambiance est toujours à la fête lors de ces soirées, le rhum ne coûte rien of course...

Quand je pense à Julien Courbet et à feu "Sans aucun Doute" j'ai envie de faire péter la facture de téléphone pour le joindre sur RTL (son nouveau QG pour résoudre v'la les histoires tordues) afin qu'il m'aide à débloquer la situation face à tant d'incapables. Pour info, je parle des Administrations Antillaises qui ont une capacité à te donner envie de mourir ou tuer au choix. J'ai enfin reçu mon colis La Redoute, mais j'attends depuis 1mois celui de Kiabi... Quant à nos désagréments internet, tout est rentré dans l'ordre si j'omets de dire qu'on doit payer la facture des anciens locataires... C'est normal ici!

Au sujet de la féminité et autre concept fashion-girly, j'en arrive à baver d'envie devant celles qui ont la chance de parvenir (après tout un relooking et une équipe de choc hein...) à se trouver "Belle Toute Nue". C'est juste impossible puisque la chaleur et la transpiration accélère la pousse des poils (une épilation hebdomadaire ne suffit même pas), que l'humidité fait frisotter tout ce petit duvet (et là je parle de mes cheveux...) que tu as sur le front, ce qui te donne un staïle à la Prof' Foldingue. Que même si t'as la raquette-taser tu te fais quand même sucer par les moustiques, ce qui te donnent soit des pustules (si tu grattes pas) ou des croûtes au choix (si tu t'es arrachée la peau). Sans oublier ton bull qui dénote face à ton bronzage de rêve (Zieute Amour j'ai un maillot phosphorescent!) puisque non tu ne te la joues pas cul nu on the beach de peur d'en être une. De bitch! 

Un autre rendez vous quotidien, c'est le "Sept à Huit", heure à laquelle je peux passer du temps avec mon Homme, puisqu'avant je travaille et qu'après il dort. D'ailleurs Harry si tu me lis...j'te prendrai bien le créneau d'after eight o'clock...sur un malentendu.

St Barth c'est aussi "50 minutes inside" remasterisé en "50 minutes outside". C'est à dire le temps que tu peux passer à attendre devant un club pour au final tomber sur le célèbre "SSSé pô posssssib' tu rent' pas". Les peoples inside, les Jean-Paul outside! Et Nikos c'est un quoi lui heiiiiin???!

Je pense que je pourrai vous en trouver encore des pavés de mes comparaisons, c'est vraiment l'île la plus bling bling, superficielle, dérangeante, déroutante... et tutti cui-cui! Mais on est bien tous pareil, ça critique ça critique, et c'est kiki qui passe ses soirées devant sa télé? Bah c'est toi! Et c'est kiki qui passe son hiver au soleil?? Bah c'est moi! Gniark gniark!!

Sur ce les p'tits chats, pleins de jolies pensées à vous!

Lire la suite...

 

Posté par la-raconteuz à 14:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


10 décembre 2010

J'aime pô Noël

Toi aussi t'en as marre de voir le Gros Tout Rouge qui s'omniprésente dans ta télé, sur ton mag préféré, ou encore sur le net et JAMAIS Ô grand jamais dans the real life?
T'es hargneux(se) à l'idée qu'on ait pu te berner pendant des années?
En colère parce que dès le mois d'Août tu faisais attention à être super méga trop sage histoire qu'Il oublie pas tes petits souliers (même qu'à 5ans tu chaussais déjà du 37...) et qu'arrivé le mois de Décembre c'était obligé que tu faisais exploser le record des grosses boulettes?
T'es dérouté(e) quand un(e) pote de grande section te raconte comment Le Tout Rouge lui a fait le coup du "À Dada sur mon bidet" dans la salle polyvalente pour le Noël 88?
Alors que toi tu n'as pas le moindre souvenir de ce jour.

Voici les réponses de Môman:

Pourquoi??? POURQUOI Mamaaaaan j'ai jamais fais À Dada sur ses genoux môôôôôA???

Réponse 1: Mais parce qu'à 5 ans on t'en donnait déjà 10, du coup tu aurais été vue comme l'attardée qui a redoublé 3 fois sa moyenne section. D'où mon empressement à te faire porter malade le jour où Le Gros Tout Rouge venait à l'école.

Réponse 2: Tu avais tellement peur de Lui que tu te déclenchais des crises de spasmophilie dès que la maîtresse voulait t'amener à Lui. 5 ans à peine et déjà névrosée...

Réponse 3: Mais on te l'a déjà dit 1000000² SoïZ, Le Papa Noël a toujours eu beaucoup de taf et se consacre aux z'enfants qui ont été les pluuuuuus sages... Bah c'est PAS toi! Et vlan'

Pas été sage? M'en fous! J'aime pô le Gros Tout Rouge et tout ce qu'il représente.

J'aime pô que Môman elle vide son porte monnaie pour que j'ai pleins de câdeaux pasque le Tout Rouge il s'occupe des autres. Et j'aime pô que Pôpa il soit tout seul.

J'aime pô manger dans le noir avec les bougies que ça te rend triste dans le coeur, et j'aime pô l'émission de TF1 où ils ont l'air de trop rigoler alors que nous on est que 3 et que c'est pas rigolo du tout une fête à 3.
Surtout  j'aime pô savoir que toute la famille ils sont ensemble et nous on est tout seul.

J'aime pô quand il faut ouvrir les câdeaux et me dire qu'on va manger des nouilles pendant longtemps.
J'aime pô que Le Gros Tout Rouge il se soit pas débrouillé pour faire au moins un câdeau à Môman. Pasqu'il aurait pu faire ça quand même. 
Parce que Môman elle m'a dit qu'elle aimait pô avoir qu'une orange et un sucre d'orge non plus quand elle était petite.

J'aime pô que chez les z'autres ça neige et que chez môa ça pleut.

J'aime pô Noël!

Alors me retrouver sur une île en cette période me convient.
Ça passe sans même que je m'en rende compte.
Pas de sapin (ou des faux dans les boutiques) pas de décos (ou très peu d'illuminations comparés à tout ces illuminés...) pas de cadeau (c'est la dèch' grave) pas de foie gras (pour la même raison que précédemment cité) pas de famille (comme ça personne n'est lésé).

Et en ce qui concerne ma WISHLIST c'est rapide:

  • Que TOUT ce que j'ai déjà ne s'envole pas.

Posté par la-raconteuz à 17:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

C'est ça être "adulte"???

Parce que le suspense a assez duré, et parce que forcement je ne voudrai pas que vous vous inquiétiez trop pour moi, à savoir vais-je devoir renfiler le tablier en échange de mes robes de princess...

So pas d'panique les Monique, je suis sortie indemne de mon entretien du lundi matin et je garde mon poste. Indemne n'est pas le mot exact d'ailleurs. J'ai subi un tsunami intérieur, (c'est qu'Elle peut crier fort la Dame hein!) suivi d'une réflexion qui est la suivante:

Est ce qu'être adulte c'est accepter de se faire démonter en 30mins chrono par quelqu'un qui vous connaît à peine?

Est ce que je peux dire que j'ai fait preuve de maturité en ne rétorquant pas le moins du monde?

Est ce que c'est une marque de faiblesse d'avoir pleuré (damned!) dans le bureau de cette Môdame?

Dois-je en conclure que je deviens "adulte" n'ayant pas adoptée la solution qui s'offrait à moi: hurler plus fort qu'Elle et claquer sa p***** de porte?

Je vais donc continuer à faire mon job, parce que j'aime ce que je fais et j'ai l'impression que je le fais bien. Je vais tâcher de garder le smile et décider que tout ça ne me touchera pas.

Et parce que ça n'a aucun rapport mais que j'veux pas plomber l'ambiance avec mes blabla tout tristoux:

Une mouche en string sur le nil qui sirote une téquila aux olives!!!! 

Cherchez pas, ça ne veut rien dire! Juste pour l'image...

 

 

Posté par la-raconteuz à 04:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

07 décembre 2010

Saturday Night Fever

Ö toi qui veut du croustillant, du détail, de l'aventure... tu vas être servi avec le récit de notre Saturday Night Fever!

Il est à noter que samedi je me suis payé le luxe de me faire enguirlander mais façon "Hyène en soif de Rennes" par ma Boss. Ça tombe bien c'est bientôt La Nwel (comme ils disent ici) et j'étais en manque d'accessoires adéquats. Et puis vu la couche, limite elle m'a offert le sapin avec. Si c'est pas de la générosité ça Môdame! Sur un malentendu j'ai quand même entendu le célèbre mais non moins désagréable "Rendez-vous lundi dans mon bureau à la première heure!!!" d'où une envie subite de me retourner le cerveau...

Je retrouve mon cher et tendre à la terrasse d'un bistrot au port (avec un verre à 10€ ce n'est plus un bistrot mais un palace) histoire de cracher mon venin et surtout de me mettre un ti-punch sous le coude avant de rejoindre des potos au resto. Je suis extravertie et excessive certes mais sur le coup j'ai préféré jouer la carte du "ouaaais j'vais hyper trop bien, enchantée les gens!!!" Comme on était déjà à la bourre, le coude a dû se lever bien vite, j'ai craché tout ce que j'avais à cracher en 7minutes chrono, d'où la mine décontenancé de l'Homme qui ne comprenait pas un traître mot de ce que je pouvais lui raconter...

La petite escale au resto fut la bienvenue, vu que nous nous sommes fait péter les bedons de chinoiseries : nouilles, nems, bouillons, nougats... le tout arrosé de saké et de ti-punch of course. Histoire de garder en tête que nous ne sommes pas en trip sac à dos, mais bel et bien isolés en mer des caraïbes... Moi j'dis merci le ti-punch, sans lui on se serait vraiment senti partir. Les gentils patrons ont fait preuve d'une grande patience, mais nous ont remis dans le droit chemin, c'est à dire celui de la sortie, une bouteille de saké à la main.Et que peut bien faire une bande de gais lurons sur une île à un moment pareil??

  • Sortir en boite? Impossible vu nos accoutrements pas assez bling bling.
  • Rentrer dormir? 

Certainement pas, ça tanguait trop dans nos tronches.
Et moi j'ai le mal de mer.
La solution finale fut celle du bain de minuit. La mer est calme, la lune éclaire assez pour cacher les parties intimes de chacun, l'eau ne pourra être que salvatrice. Sauf que j'ai bu la tasse et que j'ai failli vomir. Je me suis échouée comme une bonne grosse baleine sur la plage, parce que la mer n'était pas si calme que ça une fois dedans. J'en ai perdu une bague au passage (heureusement pas la bague d'amoureux!).
Les gars étaient à fond, moi je jouais la môman, à épier leur tête quand un avait décidé d'aller rejoindre un bateau, mais qui était biiiiiiiien trop loin (sans blague?).
On a croisé d'autres âmes perdues sur la plage, j'ai attrapé des bribes de conversations assez déroutantes (les couples qui se disent un tas de truc qui ne veut rien dire:
"Mais je t'aime moi, pourquoi tu m'aimes pas toi?
 Si je t'aime mais j'ai soif!"

Ou encore un staff de l'hôtel du dessus qui vivait le mélodrame de la saison:
Mais putaaaaaaiiiin il était propre mon frigo!!!!
Pourquoi le chef il a gueulé alors qu'il était propre merde!
J'suis sûr que c'est Serge qui l'a cradé!                                                                                                                                            
AAAArRghh j'veux mourir!!!
Non Bébert fait pas ça, va pas te noyer tout habiller!!!
PATHÉTIQUE!


Peut être aussi pathétique que notre belle équipe de culs nus en fait.
Culs qu'il a fallu rhabiller avant d'attraper froid, parce que Mamounette elle a toujours dit qu'un rhume de fesse ça durait 7 ans. Et puis parce qu'on commençait à avoir froid aussi, il faisait à peine 25°... (c'est là où je vous nargue encore, sorry!)
Mais se rhabiller tout trempés et tout déchirés n'est pas chose aisée, ça se saurait.
Du coup l'un des cul nu, que je ne citerais pas, a enfilé après 15minutes de tentative et de grosses gamelles dans le sable les 2 pieds dans le même trou en hurlant comme un aliéné, le caleçon d'un de ses compères qu'il ne connaissait que depuis quelques heures...
No comment!
Il fallait y être.
J'en ris encore.
Une fois tout ce petit monde rhabillé (dont 1 sans caleçon) nous avons décidés de rentrer, et pour ne pas passer pour de jeunes innocents, je ne vous dirais pas que j'ai appris à faire du scooter à mes dépends, avec un ivrogne accroché à mes miches.
Et je ne vous dirais pas qu'il ne s'agissait pas de MON ivrogne vu que celui ci m'a lâché (trop peur de mourir m'a-t-il bégayé) pour aller dans la voiture électrique de l'ami (style les voitures de golf) ce qui se valait niveau dangerosité.
Je ne vous dirais pas non plus qu'on s'est fait une pseudo course poursuite avec ladite voiture, que j'ai grillé un stop au képi d'un Bleu, et qu'au final j'ai perdu toute trace de L'Homme et de son compère.
J'ai appris le lendemain qu'ils nous cherchaient dans les Clubs de l'île, comme si de 1 j'aurai pu aller guincher dans cet état et de 2 comme si eux pouvaient effectivement rentrer pour voir si j'y étais.
Parce que oui il s'est fait refouler, mon Homme mais pas son compère. (étrange!)
Après une bonne heure de réflexion la voiture électrique les a enfin ramené à la maison. 1,5litres d'eau plus tard nous étions tous les deux dans les bras de son amante.
Et je peux vous dire que Morphée elle assure grave!
Au petit matin, (j'vous jure qu'à 8h j'étais debout!) je me repasse la soirée et retrouve un brin de lucidité: je suis à 2 doigts de me faire virer, mais j'ai passé une super soirée!
N'oublions pas que l'alcool est dangereux pour la santé et qu'il est à consommer avec modération.
L'homme émerge plus tard et m'avoue que pendant 5 minutes il est resté en position foetale à se demander où j'étais.
Pour lui, le rideau est tombé à la scène de ma recherche dans les Clubs. Il respire à nouveau quand il me voit avachie sur le canapé, version "j'ai toute la famille Mammouths qui me burinent la cervelle".
Le Dimanche sera peu productif: petite bronzette dominicale pendant que l'Homme cuve sur le canapé (il fait soleiiiiiiiiiiil!!! Ce serait dommage de ne pas en profiter) et petite panne de scooter (la rengaine).
En repartant de la plage je n'arrive pas à démarrer...blablabla.
J'm'en fous je sais faire du scooter maintenant, et seule et sobre bah c'est hyper facile même. Je demande donc de l'aide à un badaud qui ose me rétorquer "t'as les clés au moins??" du genre il me prends pour un jambon...
Il parvient à le démarrer au kick. Merci badaud. Au revoir Badaud.
A mon tour de me caler en position foetale jusqu'au lundi matin en évitant de penser au fatidique rendez-vous dans le bureau qui m'attend!
Vais-je devoir revêtir mon tablier en disant Adieu au monde merveilleux de la Mode?

Posté par la-raconteuz à 21:58 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 décembre 2010

Black Power

Ça fait un moment que je me pose des questions à propos de mon taux de poisse hebdomadaire... cette guigne qui me suit, qui m'absorbe... le mauvais oeil qui se joue de moi...  quelqu'un s'amuserait-il à piquer une poupée vaudou à mon effigie?

M'a-t-on coupé des cheveux dans mon sommeil pour les mélanger à de la bave de crapaud?

Ou alors cela viendrait du jour de ma création: un vendredi 13, un soir de pleine lune, Maman sous une échelle, Papa un parapluie (ouvert) à la main, sous l'oeil lugubre d'un chat noir qui casse un miroir en s'enfuyant... So glamour la scène.

Est-ce le fruit du hasard si je suis en repos le dimanche et qu' il pleut tous les dimanches? Il y a 2 ans il s'agissait du mercredi.

Est-ce probable qu'en l'espace d'une semaine j'ai réussi par je ne sais quel moyen à me trouver en contact avec 4 batteries à plat? Que ce soit celle du pote qui nous emmène en pique-nique-beach dominical (donc sous la pluie au bout d'une heure) ou encore la notre, bah bien sûr qu'il est déjà tombé en panne le scooter tout juste acheté... 

Mais le pire c'est que j'en arrive à me demander comment j'ai fais pour refiler mon Black-Power à mon Doudou??

Serait-ce contagieux???

De bon matin le Petit Jardinier file sur son chantier après avoir enregistré le programme gentiment énoncé par Le Chef.

  1. Charger le camion des outils qui sont chez Le Chef.
  2. Passer le rotophile dans cette jungle qui doit retrouver son style jardinet colonial.
  3. Retrouver Le Chef sur le chantier n°2 à 9h.   

PJ (pour Petit Jardinier) se met donc à la tâche, remplit le camion et part dans sa jungle. Sauf qu'il a oublié le rotophile et doit donc arracher toute cette végétation à la main. Le style colonial est approprié ma foi... L'Arabe qui arrache à la main, les genoux dans la terre. Et c'est pas moi qui le dit c'est PJ, et en plus c'est de l'humour. Noir. J'avoue. Mais PJ ça le fait marrer alors...

Le jardinet est déjunglé, il peut passer à la phase suivante, rejoindre Le Chef sur l'autre chantier. Un coup de clé plus tard il se rend compte que les feux du camion sont restés allumés, donc le camion ne démarre plus.  Nous en sommes à la 3ème batterie de la semaine. Je vous épargne la phase "trouver des cosses ET une voiture", l'autre "se faire gentiment enguirlandé par Le Chef" pour au final passer à "charger la voiture perso Du Chef et le rejoindre avec près d'une heure de retard".

PJ n'était pas au bout de ses peines, à croire que cette matinée là je lui ai refilé le Master Black Power!! Nous voilà à la phase ultime, l'apothéose, le coup de grâce, que dis-je THE bouquet final:

 

  • Allez PJ y'a du r'tard là, faut creuser par là pour planter les arbres! Va chercher la barre à mine dans la voiture. Tiens et puis verrouille la voiture aussi, on n'sait jamais...
  • Chef OUI CHEF!!

 

PJ se dirige d'un pas alerte à la voiture, se munie de la siiii lourde barre à mine, tout en se demandant si cette matinée ne va pas définitivement l'achever, il claque la portière de toutes ses forces. J'suis super fort serine-t-il. Roh zut, se dit PJ, j'ai pas verrouillé la voiture. Il retourne vers celle ci et s'interroge: Comment Le Chef veut que je verrouille sa voiture? J'ai pas les clés! Quelques secondes de réflexion plus tard et PJ se rend compte que les clés sont sur le contact, que la portière était déjà verrouillée et que OUI il l'a claqué de toutes ses forces...

And THE Winner iiiiiiisiiiiiiis PJ!!!!!

Par chance Le Chef n'est pas rancunier et arrive même à rire de la situation. Mais toujours quelques jours plus tard. Jamais sur le moment. C'est à dire que 2 jours plus tard il en rit, mais pas trop longtemps. Puisque ce même jour PJ est à nouveau en panne de batterie, sauf que cette fois il avait éteint les feux. C'était même pas sa faute. Ou la 4ème batterie en une semaine.

Je prends du recul et tente de trouver un sens symbolique à toutes ces pannes de batterie. Le plus évident est que ça pourrait représenter un besoin de repos, un surmenage, une carence en vitamine. On fait donc attention aux signes et on tente de remédier à la situation.

Je commence ce matin. Comme tous les vendredis matins je suis Off,  j'avais décidé d'aller à la plage et une fois de plus le ciel est couvert (étrange) j'en profite donc pour glandouiller en pyj' en mangeant pleins de gâteaux diététiques aux vertus dynamisantes mais vu la quantité avalée leur attrait diététique n'est plus et je me sens tellement fat que j'ai du mal à lever mon derch' du canapé. Pour le dynamisme faudra repasser.

Quant à PJ, je ne vois qu'une seule explication à sa grande fatigue : il me trompe.

Tous les soirs, dès 20h30 il quitte le salon et fonce dans la chambre. J'suis sûre que la voisine du dessus passe par la fenêtre pour le rejoindre dans le lit. C'est obligé vu comment c'est une salope la voisine, elle allume tout ce qui bouge. Je vois très bien qui c'est. Elle l'aguiche trop, il peut à peine rester sur la terrasse après manger que la voilà qui le guette. Elle est au taquet la voisine. J'crois même que c'est une Pute, parce qu'avec un prénom pareil, enfin ça doit être un diminutif de Pute. Style Ulla, ou Xena, vous voyez.

Bon bah notre voisine c'est Morphée. Et tous les soirs je sais que cette salope elle aspire mon Homme dans ses filets. Ce soir, c'est décidé,  j'la choppe et elle va morfler! 

Si après ça on tombe encore en panne de batterie... je ne réponds plus de rien et me déclarerai définitivement envoûtée.

Lire la suite...

Posté par la-raconteuz à 15:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,