21 juillet 2011

Les dents de la mer

C'est complètement baisé, incroyable, flippant, dingue.
J'en reviens pas.
Je ne comprends pas comment consciente, en pleine possession de mes moyens, comment j'ai pu faire un truc pareil.
On m'a drogué c'est sûr! J'vois que ça...
Ou alors une fois de plus j'ai été au bout de ce que je pensais tolérable, et j'ai dépassé les limites de la peur.
Wesh, c'est ça, j'suis trop une extrême limite moi en fait!
J'suis une gue-din, j'ai peur de tout mais j'm'en bat les couettes, j'affronte à mort!
Sur ce coup là j'ai vraiment vu ma dernière heure arrivée quand même, ça a défilé sévère dans ma tête, et j'me suis dis que merde j'avais pas envie d'y rester maintenant, qu'il y avait encore un billiard (ouais grave) de chose que je voulais faire.

Je veux avoir des enfants, aller en Inde, visiter New York, adopter pleins de chats, et aussi aller à la foire du trône, et puis... ouais pleins de trucs quoi!!

Mais là je m'égare. J'm'en remets pas j'vous dis.
Et si je vous racontais depuis le début hein?

Tout à commencé lorsqu'une gentille collègue de boulot a décidé de nous offrir un baptême de plongée.
Hormis le fait que ça soit super gentil de sa part, on va dire qu'il n'y a pas de quoi s'en taper le cul par terre.
Enfin si quand même, puisque bon, de la plongée moi j'en ai jamais fais et que vu combien ça coûte... ouais bref, c'était déjà énorme à la base!
Alors je sais qu'on va faire comme avec le masque et le tubas, sauf qu'on n'aura pas de tubas mais une bouteille et qu'on ira plus loin que la surface...
On verra tout pleins de petits poissons, de coraux (ce qu'il en reste) et puis ça sera super calme sous l'eau, on sera comme en apesanteur, on sera trop WOUAW c'est super trop génial!!!!

Ce fut un peu différent de ce à quoi je m'attendais, puisqu'à la base j'avais peur, mais pas de ce que je pensais que j'en aurai encore mille fois plus peur. T'as compris j'ai vraiment eu peur!

On arrive donc au centre de plongée, zou on enfile la combi (qui moule et qui compresse!) on monte sur le bateau et on nous amène au dehors du lagon (déjà ça sentait l'embrouille leur truc!).
Le gentil mono (qui a vite compris que oui j'étais une mongole de la plongée et que ça allait pas être simple avec moi) nous explique 2-3 trucs de base (oublie, quand j'ai peur je comprends rien, faudra tout me redire une fois dans l'eau) et au passage je comprends ce que je redoutais le plus.... quelques 5 ou 6 mètres plus bas il y a des requins à pointes noires et des requins citrons.
M'en fous moi de leur nom, un requin c'est un requin, et il est hors de question que moi vivante je saute à l'eau. JAMAIS. Never for ever du monde entier tu me feras aller là dedans t'as pigé???

Il a l'air de s'en fouttre et part plonger avec un groupe d'experts (crâneurs!) pendant qu'il nous demande d'attendre sur le bateau et si on veut on peut aller nager avec masque et tubas.

Que dalle!! Même pas un orteil!

L'Homme (il me bluffe de jours en jours) saute dirrèc. Et me fait des petits signes hypers encourageants, voire insistants pour le coup.
Mais ok d'accord, je veux bien venir voir.
Il y a déjà 8 plongeurs au fond, j'ai moins de chance de les attirer... enfin je mets de côté que si en fait j'ai bien plus de chance de les attirer que quiconque!
Il y a 2 femmes au fond, dont une ménopausée. A moins que là 2eme soit dans le même cas que moi, je suis la seule à potentiellement pouvoir les attirer!!! T'as compris pourquoi hein??

Et sur le coup j'ai pas osé étaler au mono que j'étais indisposée (c'est moche ce mot!), j'ai donc tenté de me dire que bon, ça ne risquait pas grand chose.

Je respire un grand coup et me voilà à tenter de rejoindre Karim, qui lui est super à l'aise.
Un orteil... une cheville... allez je me lance pour le 2ème pied... bon j'arrive finalement à me fouttre à l'eau et à regarder à travers le masque tout ces super trop jolis poissons, c'est hyper profond mais tellement clair qu'on se croirait dans une piscine!
C'est vraiment beau, je me détends et lance quelques brasses, mais là oula aaaaaaaaah un ENORME REQUIIIIIN!!!!

Il doit être à 15m au dessous de nous, mais il est si gros, carrément 2m50 la bébète!! Je suffoque, l'eau se cale dans le tubas, je bois la tasse, j'ai l'impression de ne plus savoir nager, même la nage chien j'y arrive pas!!!

Je finis tant bien que mal à rejoindre le bateau, je m'accroche à l'escalier et je sors dare dare mes petons de là! J'en tremble, je suis complètement tétanisée, paniquée... en mode pauv' fille qui ne gère rien! Et bam je pleure.

Tant pis hein, y'a pas de honte, je découvre à bientôt 28 piges que je suis squalophobe.
En même temps j'ai jamais vraiment été confronté à un requin dans ma vie de tous les jours donc je ne pouvais pas le savoir.
Dommage.
Et surtout je reste une gamine complètement traumatisée par le célèbre "Les dents de la Mer".
Que j'en n'ai pas sorti un pied, ni un bras de mon lit pendant des années. Tu sais ce truc débile qui te fait penser que si ton pied est en équilibre dans le vide, bah y'a un requin qui va venir le bouffer.
Comme si un requin pouvait sortir du dessous de mon lit, n'importe quoi.
Sauf que là, c'est un peu comme si moi je passais sous mon lit et que forcément la force protectrice du matelas ne pourrait plus me protéger.

Faut être complètement baisée pour faire un truc pareil! Et moi bah... je dois pas l'être tant que ça.

Je vous passe le discours de l'Homme hyper sûr de lui et pas du tout cohérent pour le coup... Je crains rien... blablabla...
Comment il le sait lui que je crains rien sans déconner???
L'est si en phase avec toutes sortes d'animaux qu'il saura dire au gros là dessous de pas venir me bouffer le cuissot.
Qu'il parle aux tortues, ok, pour rire j'ai bien voulu jouer le jeu. Mais aux requins? Nan, j'y crois pas.

Je suis tellement brassée que j'en oublie que dans pas tard le mono va arriver pour me fouttre à l'eau...
Ha bah ayè le voilà!
J'ai vraiment envie de lui dire que non merci son baptême j'en veux pas. J'ai déjà eu la goutte sur le front à 9 mois, c'est bon. Et au cas où le Petit Jésus voudrait me ramener à lui de suite bah je préfère encore le faire patienter un peu.
Je suis de celles qui veulent naïvement mourir d'une belle mort (de vieillesse c'est pas mal!) et pas déchiquetée par un requin.

Mais une fois de plus l'envie d'impressionner mon Doudou est la plus forte. J'suis grave. Parce que je le sais qu'il m'aime. Alors pourquoi m'infliger un truc pareil?
Pour l'adrénaline! Pour avoir des trucs à raconter! Pour avoir un souvenir de ouf! Pour me dire que je ne passe pas que ma vie à servir des gens!

Me voilà à nouveau à l'eau. Je tente de me rassurer en me disant que peut être, je dis bien peut être qu'ils vont pas me trouver kiffante les requins et qu'ils vont me laisser tranquille.
Le mono me réexplique les 2-3 trucs de base, que je comprends toujours pas... et je passe vraiment pour une nase quand je lui demande pourquoi quand je respire dans le tuyau y'a des bulles qui sortent.
Il trouve l'explication adéquate à mon niveau de compréhension métaphysique:
"Quand tu souffles avec ta paille dans ton diabolo ça fait des bulles aussi nan???"
Pfff pauv' cloche, j'en bois plus depuis longtemps des diabolos, mais j'ai compris l'idée.

Il fait tout un tas de truc, il me gonfle le gilet, et le dégonfle pour descendre un peu plus profond, ou l'inverse. J'ai vraiment rien suivi au truc.
Il me fait des signes hyper connus pour me demander si ça va (le O avec le pouce et l'index) grave que ça va, je ne vois pas de grosses bêtes pour le moment. Que des jolis poissons. Et on n'est qu'à 30cm de la surface.

Et puis là il me fait un autre signe, que j'ai pas trop compris mais je sens que je vais plus profond, et là c'est le drame!
Je m'accroche à lui, je recrache mon tuyau d'oxygène (ça c'est pas malin!) je patauge à mort de la palme.
Il comprend que je bad et me remonte à la surface direct.

_ De quoi t'as peur?
_ Heu... c'est con mais je suis claustro et du coup là c'est comme si j'étais enfermé dans un immense truc.... Putain tu crois que je suis aussi immensophobe??
_ Ok stress pas. Tout va bien. Regarde ton homme il gère trop. On y retourne avec lui?

Le malin, il a capté que s'il me disait que Doudou gérait trop bah moi j'aurai envie de gérer pour lui. Pfff, jsuis bonne pour y retourner!

Et là ça se passe bien. J'ai surtout compris comment respirer, ce qui est la seule chose que je fais en fait.
Le mono me fait aller où il veut, s'il me lâche je me laisse couler et je m'en rends même pas compte (c'est Karim qui m'a dit après en se fouttant de moi!) j'ai les bras coller au corps, je palme même plus.
Je flotte, complètement en phase avec l'eau. C'est juste trop une sensation de dingue.

Vous vous doutez bien que cet instant de sérénité n'a pas duré.

Une bonne dizaine de requin est sortie de je ne sais où, parce qu'un bateau est arrivé et que des inconscients ont commencé à leur envoyer de la bouffe par dessus bord!!
Sauf que nous, on était en dessous bordel! 
Ils se sont mis à attaquer les poissons, à partir hyper vite, à faire des tours de malade!
C'était comme l'heure du goûter on aurait dit. Mais comme s'ils n'avaient pas eu le petit déj et encore moins le déj. Une bonne grosse dalle!!
Ils étaient à juste 2-3 mètres de nous!
Là j'ai eu peur, et en même temps pas trop.
Je sais plus trop en fait. Je me suis collée au mono, j'ai dû lui broyer la main, mais je suis restée là. A regarder ces machines de guerre. Je suis incapable de vous dire où était L'Homme. Je ne voyais plus rien autour. Que des requins. Partout.

C'était super trop tralala des noix de cocos en fait quand j'y repense.

ça faisait bien longtemps que j'avais pas eu une montée d'adrénaline comme celle là, mais surtout je kiffe quand Doudou il me regarde et me sort avec des yeux trop pleins d'amour et de papillons (oui des papillons) qu'il est super trop fier de moi.

Fier il peut l'être parce que là je me rends compte que je me suis fait sauter un bout de plombage tellement j'ai serré les dents de trouille!!

C'est bien, je sais déjà ce que je vais faire mes prochains off : trouver un dentiste!

Posté par la-raconteuz à 06:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 juillet 2011

De l'autre côté du miroir

La semaine est passée tellement vite que j'ai même pas eu le temps de vous raconter notre 2ème sortie de la semaine dernière.
C'est que j'ai une vie si active moi.

Sur ce coup là on se l'ai joué farniente et détente au Méridien.
Le Méridien est un hôtel (putain même nos off on les passe dans un hôtel!) où on peut y passer la journée à profiter du lagon, de la plage, et surtout de leur réserve de tortues!
Et ça c'était trop super chouette cacahuète.
Nous avons pris la petite navette qui nous a amené sur le motu et c'est partit pour une journée en mode client.

On s'empare des masques, tubas et palmes et go go go dans le lagon à chercher les Dames tortues.
Y'en a partout et elles sont super gentilles (oui oui gentilles!) enfin elles s'en tapent un peu que tu nages à côté d'elle, faut juste pas les toucher et pas leur donner à manger puisqu'elles sont ici en phase de récupération avant d'être relaché en pleine mer.
Il y a toute une équipe qui s'occupe d'elles, qui récupère ces pauvres bébètes soit malades ou bien amochées, ils les dorlotent et les remettent sur nageoires.

La tortue est traquée en Polynésie, soit pour être mangée (par les hommes ou par les prédateurs marins), soit pour faire des bijoux.

Bon après on n'a pas fait que nager avec elles, on a aussi appris qu'elles partaient plusieurs années (près de 20 ans) et qu'elles revenaient ensuite où elles étaient nées pour pondre à leur tour.
Mais elles reviennent pile au même endroit parce qu'elles ont une sorte de radar à ondes et à vibrations. Oui, la tortue est munie d'un GPS naturel mssieurs dames!
Et aussi maintenant on sait que sur 1000 oeufs, il n'y aura qu'un tortue qui atteindra l'âge adulte. C'est vraiment trop de tristesse d'apprendre ça.
Vous imaginez bien que L'Homme a décidé de se convertir en sauveur de tortues maintenant...
Il dit qu'ils les aime d'amour ses tortues... il veut qu'elles soient toutes si heureuses et si tant en bonne santé.
Je sens le coup venir que dans pas longtemps il va arrêter de bouffer du poisson.
C'est bien on se nourrira de graines germées et de salade. :-)

Après la nage on a manger sur la plage, et bordel ce que ça fait du bien de se faire servir. Et en bonne française que je suis, je n'ai pas pu me retenir de râler parce que vraiment 30 minutes pour avoir une boule de glace c'est super long quand même. Et comme à nôtre hôtel si les gens râlent on leur offre le repas, ou une partie, j'me suis dis pourquoi pas tenter???

Bon bah j'ai juste pu passer pour une malpolie et une gueularde (une Française de base en fait) et en plus de l'avoir attendue ma glace bah je l'ai payé. Fuck!

La digestion s'est faite sur un transat à se dorer la pilule, sauf qu'en Polynésie on bronze pas!
J'ai beau me tartiner de monoï (que normalement je devrai cramer!) bah rien n'y fait.
Apparement il manque un truc dans l'air ou je ne sais pas quoi qui fait que le corps ne peut pas stocker le bronzage, bref.
Putain je râle même après le soleil, jsuis vraiment gravoss! Damned.

L'arabe lui, bien evidemment est noir. Il a pas de problème de stockage de substance de j'sais pas quoi lui. C'est vraiment de la triche!

Voilà pour nôtre petite journée off, et là ce qui me fait le plus du plaisir dans mon coeur, c'est de me dire que demain bah ayè c'est de nouveau les off!
Ouiiiiiiiiiiii!

Faut juste espérer qu'il ne pleuve pas, puisque depuis quelques jours c'est un peu le déluge ici. Et si par malheur il pleut pour le jour de repos ça a le don de me mettre dans une colère noir que j'ai envie de tout casser.
Ou je pleure.
Au choix.

 

 

 

Posté par la-raconteuz à 13:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juillet 2011

Le Heiva

Alors d'accord j'aime pas travailler, je passe mes semaines à compter les jours qui me séparent des off (déjà oui!)
Je hais servir les gens et je ne me supporte plus dans ma tenue power rangers Orange... et le gel, vraiment, ça bousille mes bouclettes!
J'en n'ai rien à secouer de l'allergie de Madame et encore plus de la grosse trace de doigt que j'ai laissé sur un verre...
Je m'imagine tous les jours, moi aussi, à me faire servir un Mojito en regardant le sunset... et à buffer parce que décidement cette serveuse pffff c'qu'elle est leeente!
Je crie à qui veut l'entendre que de passer près de 3 heures par jour à attendre des voitures et des bateaux c'est pas humain...
Qu'à force de m'entendre râler Doudou n'a pas hésité à me sortir un "bah casse toi si ça te soule tant!"
Comment il fait lui d'ailleurs pour endurer ça sans se plaindre??? Il est vraiment trop balèse.
Enfin j'ai omis de vous dire qu'il a passé une semaine en accident de travail. L'a glissé en cuisine le bonhomme. 
Bah oui on travaille en tong et le sol de la cuisine est toujours trempé. Et le chef bah il nous dit pas de ne pas courir comme te le répétait le maître nageur autour de la piscine. Hé Zou! Une entorse et 6 jours d'arrêt.
Bon là il est réparé et il a pu reprendre le calvaire travail.
Depuis je tente de me ramasser moi aussi, mais putain c'est con comment le corps à des réflexes pour éviter de s'étaler au sol. Je me fais quelques frayeurs, j'en ai la glotte qui s'active dans le gosier.
Bah quoi? ça vous fait pas ça vous quand vous manquez tomber?!

Alors pour me changer les idées, et pour (surtout) que j'arrête de me plaindre, nous sommes sortis ce soir.
Hola pas en boîte hein. Faut pas pousser mémé dans les cocotiers!
Quand on dit "sortir" ici, c'est au sens propre, c'est juste on sort de chez soi.
Au cas où vous auriez oublié Bora Bora c'est un peu là où si tu veux rien faire de tes journées bah c'est possible.
Mais une fois de plus "rien faire de ses journées" c'est au sens propre. Doit pas y avoir de second degré ici en fait.

Donc nous sommes allés au Heiva.
Le Heiva est une fête qui a lieu sur toutes les îles de l'archipel et qui dure tout le mois de Juillet. On a la chance d'être là à ce moment dis donc. Sinon on était grillé de sortie pour toute la saison.
Rha on est bien loin des virées de St Barth... Je pense que mon prochain verre d'alcool va me rendre pumpédup pour au moins une soirée entière. Et quand je dis alcool je parle d'un simple verre de vin, le rhum... pfiouf c'est le comas assuré!

Revenons à nos moutons, parce que je ne suis pas qu'une poch' et que la découverte culturelle est toujours plus enrichissante qu'une soirée de biture. Quoique...
Donc c'est à la tombée de la nuit que nous avons rejoint la ville à l'aide de nôtre petit pouce (pas de risque de panne avec le pouce!) et Wouaw!! Que de monde!! C'est tout drôle de voir autant de voitures, de gens, d'animations, c'est qu'on en devient limite agoraphobe de vivre sur un caillou. 
On achète nos petites places (que comment c'est possible d'avoir de si petites chaises quand les 3 quarts de la population sont obèses?) et c'est partit pour le show (c'est partit le stade est chaud... cf une chanson pourrie!)

Chaque île a plusieurs groupes de chant et de danse traditionnelle qui s'affrontent. Les meilleurs iront représenter leur île à la finale qui se déroulera sur Raiatéa.

Comme il est difficile de faire un résumé sur un spectacle de danse (bien que mes études m'aient permis de me triturer le cerveau des années durant pour analyser des spectacles) je vous laisse voir par vous même, grâce à une petite vidéo dénichée sur le web.

cliquer ici

Allez moi je vais me coucher, ça m'a épuisé cette sortie!
Et demain on a nôtre deuxième et dernier jour off avant la reprise. J'ai envie d'être en forme pour  bien rien faire.
Nan j'déconne, demain on a encore une sortie de prévue!
Ouiiiiiiiiiii!!!

Posté par la-raconteuz à 06:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 juillet 2011

Alcatraz

Comme souvent (et devrais-je dire comme toujours) j'ai eu affaire à une personne psychologiquement dérangée sur mon lieu de travail.
Mes collègues m'avaient prévenu : Gare à celui là, il craint!
                                                                Tu vas voir, lui il a un frère jumeau dans sa tête!
                                                                Au pire si il te cherche, réponds pas. Surtout pas!
                                                                Il est pas méchant, il est juste bipolaire!......

Après quelques jours passés en présence de cet individu j'ai pu me rendre compte par moi même de l'instabilité mentale de mon collègue. Et comme souvent (dois-je vraiment dire toujours?) je n'ai pas pu garder le silence et en quelques secondes l'histoire de la-table-pas-à-sa-place est devenue affaire d'état.
Il a crié, j'ai répondu. L'histoire aurait dû s'arrêter là.
Sauf qu'il s'est mis à crier plus fort, bien plus fort, et qu'il a fait des gestes incontrolés, il a tenu des propos incohérents.
Il est grave parti en cacahuète le mec!
Et c'est pas comme si il avait vla le couteau dans les mains (il coupait les citrons à ce moment là!).
Et comme... oui toujours... bah j'ai eu la trouille mais je me suis pas laissé démonter, j'ai répondu aussi, parce que moi aussi je sais crier.
J'ai quand même relâché la pression avant lui, parce que moi je n'étais munie que d'un torchon comme arme de défense au cas où son copain imaginaire sorte de ses gonds.
Mon non moins légendaire "ouais bah puisque c'est comme j'me casse!!" est sorti et zou! me voilà à quitter mon poste en direction de je ne sais où, mais loin, très loin de ce type!

Et c'est là, où en règle générale, tu peux prendre ton sac, tes clés de bagnole, t'allumer une clope et rentrer dans le cocon choudoudou qui respire le calme et l'amour...

ça aurait dû se passer comme ça, sauf que je travaille sur un motu, que je ne peux prendre le bateau en dehors des heures initialement prévues, que je n'ai pas mes palmes en cas de force majeure (fuck!) et qu'en plus j'avais plus de clope!

Je me suis donc retrouvé (très vite) coincé sur un petit banc, (c'est mieux que par terre, ça aurait fait trop ado en mal de vivre!) à attendre.
Bon, mon manager m'a bien evidemment retrouvé (sans blague?) et j'ai eu droit au petit discours "il est en tort, on te protège, mais faut pas lui en vouloir, et pis si tu pouvais ne pas répondre, on fera attention mais il est comme ça.... allez t'y retournes?"

Pas le choix, j'y suis retourné, avec la boule au bide et les larmes (putain mais pourquoi je pleure toujours????!) aux yeux.

Le collègue s'est excusé, et j'ai eu droit au défilé des managers (que l'histoire à fait le tour en à peine 5 minutes dans tout l'hôtel) qu'ils veulent si tant mon bien être et qu'ils vont faire attention à lui, et qu'ils veulent que je sois heureuse de travailler, que la vie est soooo belle à Bora Bora, et vas y qu'on me regarde comme une victime,  comme un petit oiseau tombé du nid, que...... AAAAAh j'ai l'impression qu'on me fait un lavage de cerveau!

Sortez moi de là bordel!!!!!

En attendant, je vais passer ma pause déj' à construire un radeau avec des feuilles de palmiers, et deux ou trois nappes. Et j'irai le planquer derrière la cabane des vestiaires. Au cas où, juste au cas où...

 

Posté par la-raconteuz à 00:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,