17 septembre 2011

Une Tahitienne dans la ville

Il y a ceux qui sont hyper organisés et qui ne se feront jamais avoir pas les imprévus et il y a les autres.

Moi je fais partie des autres.

Le long périple qui m'attendait pour rentrer de mon île commençait mal.

Mes valises étaient bouclées, le casse-croûte fait, je m'étais remise de la dernière soirée,  j'avais même mes papiers.
Les consignes à l'Homme était donné : Bien manger, bien dormir. Ne pas trop faire la fête. Bien faire attention à fermer le bungalow et surtout ne pas aller trop loin quand il part chercher ses coquillages.
Sauf qu'à mon arrivée au quai le (dernier) bateau qui dessert l'aéroport était déjà partit... pas bien loin mais partit. 

A force de grands signes et de sourires une traitresse amie  a réussi à persuader le captain de revenir me chercher.
Faux départ raté!
On me porte mes valises, on m'offre un collier de coquillages, on me fait des bisous... et me voilà dans le bateau à voir Bora Bora s'éloigner.
Les quelques mois passés ici défilent en un temps record.
Tout va me manquer: le lagon, le calme, le sourire des gens... mon amoureux surtout.
Je m'accroche à lui telle une moule à son rocher, impossible de contrôler mes larmes. Je n'écoute pas un traître mot de ce qu'il me raconte... on reviendra blablabla...
M'en fous de Bora à ce moment là, c'est lui que je ne veux pas quitter.
En plus il pleure même pas lui.
- Doudou pourquoi tu pleures pas? 
- Je pleurerai tout seul. Pas devant toi.
- Mouais... T'es un dur toi. Un vrai!

Je vous épargne le moment fatidique de la séparation... 12h de décalage horaire, 28h de voyage et 20000kms vont nous séparer pendant 22 dodos!
Je sais 22 dodos c'est rien, mais on n'a jamais été séparé aussi longtemps.
D'ailleurs pourquoi je me jusitifie?
C'est si horrible de le quitter, je l'aime si tant de la vie de la galaxie alors pourquoi refouler les larmes hein??

Lui dire au revoir c'était comme si on m'arrachait un bout de moi.
Doudouuuu reviens j'suis pas finie sans toi!
(ouais même avec lui elle est pas finie la gamine!)

Après avoir parlé à Roger dans mon bracelet-radio-magique (notre fidèle pilote) pour savoir s'il est en forme et s'il est sûr que la météo est bonne je m'envole pour Tahiti.

Arrivée à Tahiti je fonce à la librairie pour m'acheter un magazine qui me permettra d'éviter de penser (sauf à la prochaine virée shopping qui m'attends) et je suis à 2 doigts de faire un scandale à la buraliste en voyant la collection hiver dans mon Cosmo!
Comment ça elle me vend un mag' de l'année dernière??? Voleuse! Remboursée!!
Sauf qu'il s'agit du mag' Ocobre 11... à Bora je venais juste d'avoir celui du mois de Juillet...
Comment j'ai dû en louper des choses depuis 1 an. 

Je vais passer mes 5heures d'attente à manger, fumer, téléphoner à mon Doux et surtout à regarder tout ces groupes qui viennent accompagner leurs proches.
Pas mal de jeunes partent faire leurs études en France et toute leur famille est là.
Chaque personne qui lui dit au revoir lui passe un collier autour du cou.
Sauf que chacun peut lui dire jusqu'à 10fois au revoir...
(Fais des colliers mon coeur!! L'Homme est devenu expert en conchyliologie et ne sait pas comment tout ramener.)
D'ailleurs ces jeunes quittent leur famille pour plus de 365 dodos et personne ne pleure.

Comment ils font bordel???

Dernière clope, dernier pipi. C'est partit.

Me voilà à nouveau en train de parler à Roger (sans passer pour une malade mentale ou une pro Al Qaïda c'est pas simple) pour le prochain vol jusqu'à Los Angeles.
Impossible de prendre un avion sans parler à Roger.
Les échelles, les chats noirs, les parapluies dans la maison ça passe, mais jamais au grand jamais décoller sans la prise de contact avec Roger!

Et c'est là où je sens que petit Bouddha (ne jamais parler d'Allah dans un avion en partance pour les Etats Unis. Encore moins un 12 septembre où la tention est palpable) veut me tenter puisqu'il m'accorde comme voisin d'avion un jeune homme qui a les yeux couleur lagon...
M'en fous j'préfère les yeux marrons cochon de mon Doux... mais quand même Merci Bouddha! 
Je ne peux m'empêcher de penser que c'est un signe et qu'on m'accorde un beau jeune homme parce qu'on va s'écraser.
Mais t'as beau avoir une belle gueule, quand tu t'écrases j'suis sûre que t'es moche!
Et en plus avoir un beau jeune homme en voisin ça sert à rien, je peux même pas m'étaler sur lui et encore moins laisser parler mes intestins qui s'activent sous la pressurisation de l'air.

Avec Doudou j'aurai pu lui fouttre mes pieds sur la tête et péter à ma guise au moins.

Neuf heures, 2 plateaux repas et 2 films plus tard me voilà à Los Angeles.
Sauf qu'il fait jour alors que dans ma tête il fait nuit mais qu'on est quand même le même jour que celui où je suis partie.
Je commençais déjà à m'embrouiller... c'était que le début.

Je passe toutes les douanes haut la main (pour une fois, ça se voit que l'arabe n'est pas avec moi) et je rencontre encore des gens qui m'aide à passer le temps.
Oui encore des gens masculins...

(AVIS A TOUTES LES CELIBATAIRES: allez vous promenez à Charles de Gaulle! Il y a moults beaux gosses dans les aéroports.)

Blabli blabla faisant me revoilà dans un autre avion. Pour Londres cette fois. 
Allo Rogeeeer??? Did you sleep well Roger? (Oui Roger et moi même sommes bilingues)

Roger est en forme. Moi un peu moins.
Comment se fait-il qu'on ait les cheveux qui graissent autant lors d'un vol?
Et le gros bouton là, je l'avais pas en partant?

Je suis sûre que Bouddha est là dessous pour éviter la tentation.
Parce que j'ai à nouveau un charmant jeune homme à côté de moi. Je suis bénie.
(C'est pas encore pour maintenant les gros prouts qui me tordent le bide... et j'ose pas lui dire de me laisser passer pour aller me lacher aux toilettes puisqu'après les cheveux gras et le bouton tout blanc, j'ai une haleine de poney!)

Dix heures trente, 2 plateaux repas et 4 films plus tard j'arrive à Londres.

Il fait froid, il fait bitume, il fait bruit. Il fait beaucoup trop de bruit.
Je me cogne dans les gens (parce qu'en plus de rouler à gauche, il marchent aussi à gauche??).
Grâce à mon sens de l'orientation inné et à mon bilinguisme j'arrive à trouver mon chemin pour le centre de Londres où une amie doit me récupérer, moi et ma sale tronche.
J'ai de la chance il ne pleut pas. 

Et c'est là où je pensais que ça se terminait. Que j'étais si prêt du but. Dans une douche, un dodo et un autre avion je serai à Tours. Chez moi. Dans la maison de mon Doudou.

Dans tes rêves petite! Rapelle toi que tu ne fais pas partie des gens organisés. Tu es les autres toi!
Comment dire?

Je suis tout simplement arrivée avec un jour de retard de ce que je pensais. Mercredi au lieu de Mardi en fait.

C'est à dire qu'après avoir foutu la trouille à tout le monde, après avoir déclenché à mon insu une alerte à la gare de Londres (la copine m'attendait depuis la veille) bah je me suis mis ma correspondance pour Tours bien profond. Si profond que je ne repars que Dimanche.

Putaiiiiiin Roger! Tu pouvais pas m'le dire ça??? 

Nan parce que c'est pas que j'ai un truc contre les bifsteacks mais bon je me l'étais pas envisagé comme ça mon retour.

Parce que la copine from London elle pouvait pas m'héberger jusqu'à dimanche.
Et va trouver des amis à Londres toi... bah moi j'en ai pas.

Mais la grande famille F***S***** a été là pour moi.
A des milliers de kilomètres il y aura toujours un parrain pour t'accueillir à bras ouverts.
Après quelques mois seulement tu fais partie du clan. A vie. 

C'est beau. 

Merci la vie. Merci F***S*****.

J'aurai pu en profiter pour aller m'éclater à Londres, sauf que dès que je sors un orteil de la grosse couette en plume d'oie mes lèvres deviennent violettes. Que je dors la journée et que je me réveille la nuit. Que j'ai peur des gens et du bruit. L'agoraphobie me pendait au nez je l'savais bordel!

Si j'arrive à enfiler toutes les fringues que j'ai dans ma valise, si je m'enroule dans mes paréos, si je mets des boules quiès et si je regarde mes pieds j'irai peut être faire un tour à Picadilly...  sauf si on m'enferme d'ici là!

 

 

 

 

Posté par la-raconteuz à 12:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 septembre 2011

Power Rangers

four season soiz                                                                                    

 

                                                                                      Ou comment ressembler à une dinde...

Posté par la-raconteuz à 07:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

C'est quoi demain??

Je ne sais pas si tous les Tahitiens emploient cette expression ou si ça vient juste de notre hôtel, mais chaque jour nous nous faisons interpeller du célèbre: C'est quoi demaiiiin?

Pour se faire, affiche un sourire béat, regarde ton interlocuteur droit dans les yeux, penche la tête, lève les 2 pouces vers l'exterieur et c'est bon tu peux lui crier (en mode aigu et crescendo): C'est quoi demaiiiin???

Mais sache que tu ne peux utiliser ce refrain que si, et seulement si, tu es en congé le fameux lendemain.

Cette veille de congé va être pour toi le moyen de rapeller à tout tes collègues que pendant qu'eux seront en mode "powers rangers Orange" à servir et récurer, toi tu seras en bikini à siroter.

Le problème avec ce leitmotiv, c'est que nous sommes près de 200 employés... je te laisse imaginer combien de fois par jour on peut entendre ça.

A mon tour, j'ai pris ce tic de langage et le 31 Aout a été pour moi l'ultime "C'est quoi demaaaaiiiin??!"

Tu comprendras, cher lecteur assidu, que je suis effectivement en vacances (un peu plus tôt que prévu certes).

J'ai donc déposé pour la dernière fois ma si belle robe orange au vestiaire,  j'ai lâché mon chignon tiré à mort, j'ai serré 40 mains et fais 200 bises, j'ai regardé une dernière fois le coucher du soleil sur le motu, et j'ai savouré la dernière traversée nocture sous le ciel étoilé en bateau...

Mais qui dit "vacances" dit "va falloir rentrer"...

Trop long à t'expliquer mais je rentre.

Doudou reste encore un peu et me rejoindra au pays.

Pas d'panique les Monique on est toujours amoureux comme au 1er jour de l'Amour.

C'est juste que moi, bah faut qu'je rentre.

Et je décolle demain.

Pouah la claque!

Tant que je l'avais pas dit je réalisais pas.
Et je veux toujours pas réaliser.

Hier soir on a fait la fête avec les potos et j'ai même pas dis au revoir.
Rien à foutt', pour moi on remet ça samedi prochain!
Je glande depuis ce matin alors que je pourrai profiter une dernière fois de la plage, mais pourquoi aller à la plage hein??
J'ai toute la vie pour profiter d'la plage!
Je viens de boucler ma valise mais j'm'en fous, dans ma tête j'pars pas.

Même pas peur.
Même pas triste.
Rien à secouer.

C'est pas moi qui vais quitter le paradis sur terre pour me taper 2 jours de voyages, une escale à Tahiti, une autre à Los Angeles et la dernière à Londres avec 12h de décalage horaire.
Pas moi qui vais retrouver la grisaille, le bitume, le bruit... après 1 an passé dans les iles.
Encore moins celle qui va laisser son Doudou didon d'amour à 20.000 kms.
Là j'vois encore moins de quoi on parle!

Putain c'est quoi demaaaaaiiiin???

C'est la fin les gars.

:-(


 

 

 

 

 

Posté par la-raconteuz à 02:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

07 septembre 2011

Maupiti, un p'tit coin de paradis


Doudouuuu dis Doudouuuu c'est quoi dans pas taaaard?
Hein dis c'est qwwwwa??

Les yeux du dit Doudou s'illuminent de mille feux parce que Oui il sait que c'est bientôt notre anniversaire de roulage de galoche!

Et qu'est ce qu'on fait pour fêter un anniversaire de 4 ans de roulage de galoche???

Bah on s'offre un week end à Maupiti.
Un p'tit coin de paradis à 2 heures de bateau de Bora Bora
Héé oui les gars y'a encore des coins de paradis encore plus trop wouaw que Bora Bora!

Maupiti en elle même est tout petit kiki, mais elle est encerclée de motu où il fait si bon vivre.
Je te laisse imaginer.
Vas y ferme les yeux.

Allez joue le jeu, prends 30 secondes et imagines!

----------Imagination à son paroxysme dans ton cerveau-------------pas besoin de te creuser la tête tu t'y vois déjà--------
Mais juste comme ça, je vais t'aider à t'y croire encore plus. Chacal que je suis. Gniark gniark gniark!!!

Si tu as toujours rêvé du traditionnel collier de fleur en guise de bienvenue à la descente du bateau... le doux parfum de la tiaré te faisant oublier ton mal de mer... et le ukulélé en fond sonore...
Tend l'oreille et tu pourras l'entendre...
Ok ferme la fenêtre ou fais toi installer des doubles vitrages.
Et dis à ta collègue de fermer sa gueule aussi tiens! (pour ceux qui me lisent au travail, je sais que vous êtes nombreux!)

Si tu aimes ne rien faire, juste écouter le bruit des vagues au loin (côté récif) et le clapotis de l'eau turquoise (côté lagon), et surtout si tu n'as pas peur qu'autant de bruit hydro-aquatique te donnent envie de pipi à longueur de journée vu que tu ne sera qu'un point au milieu du Pacifique.
Des étendues d'eaux turquoises peuvent amener une gène occasionnelle aux sensibles de la vessie.
Dans ce cas, si tu rentres au bungalow, tu sera alpagué du traditionnel "Meeeeets pas du sable partout j'ai passé le balaiiiii!"
Je te conseille donc de pisser dans le lagon, il y aura peu de différence de température donc ta chère et tendre ne le remarquera même pas.
Pas comme en Bretagne où si tu sens un courant d'eau chaude c'est que le gros tout moche à côté de toi urine!
C'est moche.

Si tu rêves d'être au milieu du Pacifique sans aucune chance pour qu'on te retrouve et si tu ne veux pas d'une armée de touristes accrocher à ta serviette tels des moules sur un rocher...
Juste Toi et Lui ... au milieu de l'infini beauté des étoiles qui brillent au loin jusqu'à la fin des temps...
Que Mon Dieu ce ciel étoilé il est complêtement baisé!
Hein Doudou?? T'as vu hein comment il est complêtement baisé le cièèèèl?
Tu sais savourer le moment certes, mais tu ne peux t'empecher un brin de vulgarité.
En même temps tu t'en fous t'es "tous seuls" sur le motu.
Juste Toi et lui... au milieu de l'infi... (ouais ça va la ferme bordel!!)

Si l'envie de ne plus répondre au téléphone ou de supprimer ton compte facebook te prend...
Parce que vraiment tu es encerclé de trucs qui sonnent, qui captent (ou pas) qui clignotent selon tes conversations.
Tu as constamment un truc à lire ou une image sous les yeux (des panneaux de publicités ou des écrans) et tu voudrais ne plus rien voir.
Juste une étendue de turquoise... des palmiers... des cocotiers... et du bleu.
Toute la palette des bleus de la terre!
Bleu vert. Bleu azur. Bleu océan. Bleu d'eau.
Et Bleu pigeon tu connais?
Non toi tu connais les crottes de pigeon.
Et bien sache que le Bleu pigeon se situe entre le Bleu cobalt et le Bleu ciel.
On sait jamais, ça pourrait servir pour tes futurs travaux. :-)

Revenons à nos pigeons...

Si pour une fois tu aimerai te réveiller grâce aux rayons du soleil qui te caressent la joue, ou par le gazouillis des pigeons oiseaux, plutôt que par une rengaine de bip-bip hyper stridents (que jamais au grand jamais tu trouves ce foutu bouton pour que ça cesse et que forcément tu ne sais pas comment désactiver la prochaine sonnerie dans 9 minutes!)
Aaaaaaah un réveil en douceur, juste en osmose avec le soleil et la mer...
Mais je suis désolée de t'apprendre qu'en Polynésie c'est pas des bips-bips qui te réveillent mais des coqs sous acides qui commencent le dawa dès 3h du mat'.
Et sur un coq il y a encore moins de bouton off.
Une seule solution: le pistolet à plomb.
Testé et approuvé. 9 minutes après ils ne reviennent même pas!
Ne t'inquiète pas, au bout de quelques mois tu ne les entends plus les coqs, et comme tu n'as pas l'intention de quitter ce petit coin de paradis, tu vas t'y faire très vite.

Si tu baves rien qu'en t'imaginant manger un sashimi de mahi-mahi, revenu dans une petite sauce au lait de coco maison... de la banane féi, du uru (tu sais même pas ce que c'est mais c'est forcément bon), des papayes et des mangues gorgées de soleil... plutôt que le traditionnel "pâtes au beurre" ou "pâtes au ketchup" ou juste "pâtes" pour les fin de mois.

Si faire le tour de l'île en vélo ne t'effraie pas (attention au systeme de rétro-pédalage où tu ferai mieux de descendre "à côté" et pas "sur" la bicyclette) de toute façon ça ne te prendra pas 1 heure de faire le tour de l'île et en plus c'est que du plat...
Et le Vélib' ça te connait hein?
Tu es devenu un vrai Poulidor depuis que les vélos poussent comme des p'tits pains (depuis quand le petit pain pousse? Elle est con c't'expression!) dans les villes de France et de Navarre (c'est où Navarre d'ailleurs?)

Alors oui, si tout ça ne t'as pas dégoûté et si par bonheur tu n'as pas déjà claqué la porte de ton bureau en laissant tes dossiers en cours et ta collègue sur le cul, et bien je t'invite donc à faire péter ton PEL et à venir couler des jours heureux à Maupiti

Juste Toi et Lui...au milieu de l'infini beauté des étoiles qui brillent au loin jusqu'à la fin des temps.... à vouler rouler des galoches d'amour dans le sable si fin de poussière d'éternité et à patauger dans le lagon si transparent de lumière que....

TA GUEUUUUULE!!!!!

Et si jamais tu as peur d'être trop tout seul il y aura toujours Marc et Melissa pour te recevoir.
Ils sont tellement si gentils que t'as l'impression d'être à la maison... et à 20000kms de la vraie maison ça fait toujours du bien de se sentir chez soi.

Un grand Maururu Roa à eux!

 

 

 

 

 

Posté par la-raconteuz à 13:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :