19 décembre 2011

Aux abonnés absents

Quand tu vis sur une île tu sais que chaque démarches administratives va te demander patience et compréhension.
L'année dernière j'avais eu quelques déboires avec La Poste et Dauphin Télécom.
Ne pouvant rien faire quant aux incompétents de La Poste j'ai préféré délaisser Dauphin Télécom pour Orange.
Pas mieux, pas pire...

Il y a 1 mois:
Driiiiing driiiing (la sonnerie de merde de mon portable)
Allo?
Bonjour ici l'hotel S***** je voudrais vous réserver un taxi s'il vous plait.
Euh... vous avez dû vous tromper de numéro Monsieur.
Ha... pardon. Merci au revoir.

3 jours plus tard:
Driiiing...
Allo?
Bonjour, Hotel M***** il me faudrait un taxi s'il vous plait.
Oui très bien, mais je ne suis pas Taxi moi, vous m'avez déjà appelé l'autre jour...
Ha pardon Mademoiselle.. Veuillez m'excuser au revoir.

10 jours plus tard (à 23h40)
Driiiiing...
Allo?
Bonsoir, Hotel G****** vous auriez un taxi de disponible?
Je ne suis pas taxi, vous avez un faux numéro, c'est possible de faire passer le message aux employés de la réception!?
Oui bien sûr, je passe le message. Désolé. Au revoir.

Cette nuit à 3h15:
DriiiiiiiiiiiiiiiiIIIIIIIIIIG
Allo? (en mode c'est quoi ce bordel??!)
Excusez moi, est ce que vous faites toujours taxi à cette heure ci?
PUTAIN!!!!! Mais je ne suis pas Taxi bordel, vous allez arrêtez oui????!
Ha désolé Mamzelle mais vous êtes dans l'annuaire de St Barth...

Ha les boulets!!!!
Orange m'a refilé le numéro d'un Taxi 7/7 - 24/24 et mon fucking numéro est dans tous les Hôtels de l'île.
J'vais m'les faire!
 

Posté par la-raconteuz à 18:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


15 décembre 2011

"Les meilleures choses ont besoin de patience" J.Anglade

N'ai peur cher lecteur je ne vais pas te parler de Jean Anglade (que de toute manière tu ne sais pas qui c'est ce mec... je lui ai juste pompé une citation du Temps et la paille) et je ne vais pas non plus me transformer en analyste littéraire.
Et rassure toi, je ne sais pas non plus qui c'est ce monsieur.

Ce que je vais te dire aujourd'hui, j'ai longtemps hésité avant de t'en parlé.
Parce que je ne savais pas si ce blog était l'endroit où je pouvais le faire d'abord, et puis parce que le sujet est quand même hyper personnel.
Et surtout parce que je ne suis pas une des ces bloggeuses anonymes.
Il y a des photos de nous partout, on sait depuis le début de qui "ça" s'agit ici.
Tu nous connais, tu fais parti de nos amis, de nos familles pour les lecteurs from notre entourage et je trouve que je t'en dis déjà pas mal.
Et puis pour toi qui ne nous connais pas, toi qui est arrivé ici grâce au thème du Voyage, je ne sais pas si ce genre d'article va te passionner.
Pourtant je vais te parler d'une vraie aventure.

Depuis 1 an et demi je te raconte du drôle, du moins drôle, du "mon petit jardin secret" en fait (et là je ne parle pas de ma chichouninounette) enfin si justement je vais t'en parler.

Dans ma vie rêvée, je pensais qu'une fois que j'aurai trouvé mon Prince Charmant de ma vie et qu'on serait si tant amoureux pour l'infini du monde entier et qu'on aurait décidé de créer un Mini Nous, et bien je pensais, idéalement, qu'on aurait juste à faire ce qu'on a à faire pour y arriver : l'amour.

 Et bien ça ne suffit pas.

Depuis 1 an on a dû faire l'amour près de 300 fois.
J'exagère à peine.
J'ai fais le poirier.
J'ai mangé salé.
Puis j'ai arrêté le sel, le gras, le conservateur et le chimique.
J'ai perdu 15 kilos et je me suis initiée au yoga.
J'ai compté les jours = j'ai sauté sur Doudou à la moindre occasion.
Puis j'ai tenté la spontanéité = je l'ai laissé tranquille parce que, soit disant, l'Homme a besoin de 3 jours pour se "re remplir".
J'ai attendu.
J'y ai cru.
J'ai pleuré. Beaucoup.
J'ai douté surtout.
Et je me suis dis que je n'avais plus envie.
Que je ne devais pas être suffisamment prête.
Qu'on était bien comme ça.
Juste Nous.
Sauf que ça a recommencé, ça m'a reprit de l'interieur.
Plus qu'une envie, une évidence.

Alors on y est allé justement, à l'interieur, pour me le faire ausculter en long en large et en travers.
Devoir passer des heures les fesses à l'air, à écouter quelqu'un me détailler les anomalies de mon anatomie.
Rien de grave, juste un bout de "truc" qui ne devrait pas être là.
Verdict: je dois prendre la pilule pour que ce truc s'en aille.
Mais de quoi on parle là??!
Je veux un enfant et on me force à me gaver d'hormones.
J'obéis, je n'ai pas le choix.
C'est pour mon bien qu'ils me disent.
Heureusement ça a été efficace, ce "truc" a disparu dès le premier mois de gavage.

Ensuite je me suis fait analyser 3 litres de sang.
Ô Joie je suis immunisée contre la toxo!!
Mais qu'est ce que j'en ai à fouttre?
Hormis me dire que j'ai dû manger au moins une fois dans ma vie du caca de chat.
Même si je ne l'étais pas ça ne changerai rien.
J'ai juste l'impression d'être immunisée contre la grossesse.

Du coup j'ai pris ma température tous les matins, à la même heure, même le Dimanche.
Sauf que ce fameux dimanche je me suis levée trop tard, encore sèche de la veille, et ça a tout foiré la courbe.
On m'a conseillé de pisser sur des bandelettes magiques qui te prédisent The moment pour y aller.
Moins contraignant que le thermomètre dans le trou de balle mais plus cher.
Beaucoup plus cher.
En plus ça m'a jamais dit quand y aller, mais j'y suis allée quand même.

Au terme de l'année infructueuse j'ai eu droit aux médocs, pour faire partie du clan des "28jours".
Parce que quand tu fais partie des "60jours" ça prend forcément 2 fois plus de temps.
J'y suis pour rien, mon organisme est lent.

Pendant tout ce temps j'ai passé des heures à observer la taille de mes seins.
A me dire que j'étais fatiguée, à fleur de peau, irritable, transformée... bizarre.
Des matinées entières à avoir des nausées.
Sauf que je suis une fragile de l'estomac.
Quand j'ai faim j'ai envie de vomir.
Quand je suis fatiguée j'ai envie de vomir.
Quand je suis énervée j'ai envie de vomir.
Du coup chez moi ça ne sera pas un symptôme très révélateur.

Je me suis fais peur en lisant des pages entières de forums où on trouve de tout.
Et surtout du n'importe quoi.
J'ai appris à déchiffrer des termes barbares.
DPO. SA. Gygy. Rrrrr. C1. C2. C3. FC. PMA. Dudu. Cloclo...
J'ai été mortifiée face à des internautes incultes, analphabètes, prêtes à tout pour enfanter.
Je me suis promis de ne jamais devenir comme elles.

J'ai parlé à mon ventre.
Je l'ai supplié pour finalement l'engueuler et le détester.
J'ai imaginé.
Et j'ai pleuré encore.
Pleuré de joie à l'annonce de grossesse des copines.
Être ravie pour elle.
Et tellement envieuse.

J'ai voulu savoir pourquoi.
Pourquoi pour nous ça ne marche pas?
Pourquoi je ne suis pas foutue de faire ce que les femmes font depuis la nuit des temps?

Alors on m'a dit qu'il fallait que j'arrête d'y penser.
Que j'arrête de focaliser.
Que c'est moi qui bloquais le truc.
Que ça viendrait quand je ne m'y attendrai pas.
Sauf que c'est juste impossible.
Et puis 1an c'est rien.
Y'a pas de quoi s'inquiéter.
La moyenne c'est 2ans.

Super j'en suis à la moitié.

J'espère juste que Jean Anglade avait raison.

Que les meilleures choses ont vraiment besoin de patience...

 

 

Posté par la-raconteuz à 03:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 décembre 2011

Un samedi soir sur la terre...

Comme tu le sais je vis à St Barth.
Ce qui au delà des plages de sables fins te fais imaginer qu'il s'agit d'un nid à beaux gosses. Me trompe-je?
Tu es convaincue que je croise des People et des canons de beauté tous les jours nan?
Que je reluque des corps sculpté tel Le Penseur de Rodin sur la plage (la vision du zgeg' en plus, puisque le nudisme est largement pratiqué ici).
Que mon quotidien n'est qu'enchantement visuel.
Qu'à la moindre sortie nocturne (donc arrosée) je me fais alpaguer par des dieux vivants.
C'est un peu ça.
Mais pas que.

Il faut que tu saches qu'ici, comme partout ailleurs, il y a des vaillants, des téméraires, des présomptueux.
Des qui sont complètement à côté de la plaque.
Parce qu'en toute honnêteté, comment un Nain Portugais, un Rugbyman autiste, un Fin saoûl, un Francky Vincent ou encore un Timide au sourire atypique peut imaginer ne serait-ce qu'une nano seconde qu'il peut y avoir, même sur un malentendu, une once de chance qu'il me ramène avec lui.
Et quand je dis "me" je ne parle pas que de moi, je parle de toutes nanas un minimum sensées.
Ça marche aussi pour toi donc.

Puisque tu auras beau être grande, petite, mince ou ronde... tu risques (voire tu as déjà) rencontré ce genre d'energumène dès la nuit tombée.
La journée ils osent moins.
A croire que Le Moche (Le Moche résume tous les genres précédemment cités) pense que la promiscuité des lieux (la boite de nuit bondée s'entend) la musique de merde et l'alcool vont être un atout à sa chasse.

A St Barth et ailleurs, un samedi soir, Voilà ce que ça donne:

Le Nain Portugais:
Tu es haut perché sur tes compensés et là tu reçois une sorte de pichenette sur l'épaule.
Le problème est que cette pichenette ne provient pas de la douce main d'un Apollon, mais de sa tête.
Atchoum a tenté une approche.
Tu as juste à regarder pile en face de toi et tu peux lui faire croire que tu ne le vois pas. Il finira par te lâcher.

Le Rugbyman autiste:
Il est grand, musclé, ses oreilles sont légèrement décollées. C'est un dur, un vrai. Un homme.
Sauf que dans sa tronche il a toujours 15ans. Ce qui le pousse à tenter le rapprochement physique à base de "vas y que jte bouscule et que je joue à la bagarre".
Ce gros con a juste failli te pêter la clavicule.
Il a de la chance de faire 120kgs et de mesurer 1m85 sinon tu l'aurai baffé ct'âne.

Le Fin saoûl:
Ses cheveux sont collés au front tellement il su, des croûtes blanches de salives aux commissures des lèvres, un verre à la main.
Il tient à peine debout mais veut plus que tout t'inviter à danser. Tu refuses.
Il tente de t'offrir un verre par le biais de cette onomatopée: "Tieu bwâ' h ??". Tu refuses.
C'est à ce moment là que tu décides de t'éloigner de son odeur nauséabonde quand il se met à t'insulter.
Tu le pousses.
Il se met à gerber comme un gros sac.

Le Francky Vincent:
Il salive face à ton déhanché et pense que le va et vient de ton postérieur est un appel en sa faveur.
Il te choppe par la taille et commence à se frotter.
Tu as juste le temps de te barrer en courant avant de sentir son engin te frôler le dos. (oui oui, le dos.)
On sait que le vagin est riche en fibres élastiques mais quand même. Le dos bordel!

Le Timide au sourire atypique:
Il tente des regards langoureux mais baisse les yeux avant que tu n'ai pu lui sourire.
Il a l'air correct: pas trop petit, pas trop musclé ni trop bourré.
Tu feins l'ignorance mais le cherche dès qu'il quitte ton champ visuel.
A force d'à force (c'est à dire au moment où le DJ se lâche sur l'indétrônable Lac du Connemara de Sardou remixé c'est à dire à la fin de la soirée) il est juste en face de toi.
Tu frémis.
La lumière se rallume.
Il te sourit enfin... et tu comprends pourquoi il a mit 4h à venir te parler.
Il lui manque une dent bordel!

 

Bien évidemment cette liste est non exhaustive et ne traite que de ma dernière soirée en boîte.
Une fois de plus Doudou n'a pas voulu sortir et j'ai eu droit à ces techniques d'approche parce que Le Moche pense une seule et unique chose: qu'une minette qui ne danse pas avec son amoureux est forcément une minette à prendre.
Puisque même quand Doudou vient (il ne quitte pas la banquette et/ou le bar et/ou les toilettes) j'ai droit à 4 ou 5 Moche par soirée.

Ça le fait marrer Doudou.
Moi ça m'exaspère.

Nan parce que merde, se faire draguer par un Beau (tout ce qui va à l'encontre du Moche donc) ça pourrait être flatteur.
Mais Doudou il dit qu'il aime pas les boîtes, que c'est pour les beauf' (comme le mariage d'après ses dires, mais c'est un autre sujet) et qu'il veut bien y aller que s'il est un peu (complètement) défait.
Du coup il ne danse jamais avec moi.

Samedi prochain je mettrai du Shakira (mon côté chagasse) à fond les ballons dans la case, j'enfilerai une robe et des talons et on fera croire qu'on est en boîte.
Je suis sûre que je repartirai avec le plus Beau des Beaux de la fête.
Et même que je suis sûre que j'arriverai à le faire valser...

Posté par la-raconteuz à 03:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,