08 août 2013

Sailing Trip... #l'accueil à l'antillaise#

Nous voilà donc en Martinique...
Je suis encore sous le coup de l'émotion du gros vilain grain, mais j'm'en fous ayè j'suis marin.
Et quand t'es marin et que tu arrives à terre après des jours de traversée tu rêves que d'une chose c'est d'aller siroter une bière bien fraîche et d'engloutir une côte de boeuf.
Oui, d'accord, nous on a passé que quelques heures en mer mais on est quand même morts de soif et de faim.
Vas y ça creuse d'enrouler hein...
C'est comme ça qu'on se retrouve à engloutir un jambon beurre accompagné d'un p'tit verre de rouge dans un bistrot Alsacien... un peu loin du boudin antillais et du ti punch mais on a trouvé que ça d'ouvert.
Je ne vais pas te faire le menu détail de nos folles dégustations Martiniquaises, le jambon beurre et le verre de rouge n'étant pas particulièrement exotiques.
Mais passons au côté culturel...
Parce que Ô oui d'un point de vue culturel la Martinique est sensationnelle!
Ce que je retiens en particulier est l'hospitalité des Martiniquais...
Houla oui ils ont l'air ravi de nous accueillir.
Enfin ils ont surtout l'air ravi de m'accueillir moi... et ils n'hésitent pas à me le faire savoir dès que je suis seule à terre, j'crois qu'accueillir le Captain' ils s'en foutent un peu les Martiniquais.
Honnêtement c'est la folie!
Je ne peux pas mettre le nez dehors sans me faire siffler, accoster, suivre, draguer... même si je ne pense pas que ce soit mon nez qu'ils veulent accueillir.
J'avoue ça a un côté plaisant.
Le genre d'instant de gloire que j'attendais quand j'étais au collège.
Non parce qu'au collège j'étais la moche au gros c*l.
J'étais la drôle, la grande gueule, la pote des mecs mais pas leur amoureuse parce que trop gros c*l. Et les garçons au collège ils aimaient pas les gros c*l.
Et bizarrement le côté "gros c*l" aux Antilles n'est pas du tout accueilli comme en métropole.
Haaaa bordel mon adolescence aurait été si différente si j'avais grandi aux Antilles!

Non mais honnêtement... les Antilles c'est juste l'endroit où tu peux croire que t'es la plus siiiii belle du monde entier.
Et j'y ai cru.
Mais au bout de quelques jours de sifflage-accostage-suivage-draguage j'ai commencé à être saoulé.
Non mais c'est vrai m*rde j'suis pas un bout de viande les gars! J'ai aussi un cerveau, dit-elle dans son pumpum short. 
Genre hyper crédible.
Mais je vais quand même pas me mettre une burka pour être peinard. Si?!

Dans le genre ravi de m'accueillir il y a eu l'agent de sécurité à la superette qui, une fois le Captain parti peser les bananes, en a profité pour me sauter dessus. Sur le coup j'ai cru que j'avais volé un truc sans m'en rendre compte (j'suis pourtant pas clépto... parano oui mais pas clépto) mais non, l'agent de sécu voulait juste me dire à quel point j'étais siiiiiii wouaw et mon sourire... hooouuu! et mes yeux... pffff... et...
Non mais arrête toi mec, le Captain' il va revenir avec les bananes et je ne pense pas qu'il apprécie outre mesure le fait que tu sois siiii proche de moi! Dégage de là et retourne travailler!
Il y a aussi eu le mec dans la rue qui me sort un libidineux: "huuum sympa ta petite tenue..."
Alors que ce jour là j'avais mis un pantalon exprès pour pas me faire emmerdé.
Il continue avec :"huuuum encore plus sympa de dos ta petite tenue..."
Un jean's! Je porte un jean's, il fait 45° à l'ombre et je meurs dans mon jean's!!! Y'a rien de "huuuum" dans un jean's bordel!!! Vicelard!
Le truc un peu plus délicat avec celui là, c'est quand le Captain' a voulu me traîner dans le shipchandler tenu par ledit vicelard. Une fois arrivé à la caisse il lui demande si il a un compte ici.
_Euh bah non on n'a pas de compte ici pourquoi?
_Donc tu n'as pas les 10%?
_Non effectivement je n'ai pas les 10% mais si tu veux me les faire hésite pas!
_Justement j'allais te les faire... parce que j'ai fais une réflexion désobligeante à ta doudou tout à l'heure mais euh... je savais pas qu'elle était pas seule... donc... euh... bah 10% quoi!

10%??! Je vaux que -10%??! Vas y mais c'est nuuuul!

Mais la palme de l'accueil et l'hospitalité revient à 3 Martiniquais.
Je traverse le village, après avoir fait 4kms sous le cagnard.
Je meurs de chaud, je suis chargée comme une mule, les courses sur le dos. Je transpire comme une vache, je suis rouge comme une tomate et j'ai les cheveux ébouriffés d'une folle...
Ouais c'est ça, je suis une vache folle rouge! Hyper Glamour.
Et qu'entends-je? Des sifflements.
Les sifflements du genre "fu hou fu" qui me rendent dingue dingue dingue!
Je tourne violemment la tête en direction de ces sifflements, j'suis en mode vénère les mecs, et depuis une semaine que je me fais traiter comme un bout de viande, là c'en est trop je craaaaque!

QUOI!!? QUOIIII FUHOUFU??! C'est quoi votre problème les gars???!

Bon, bah je n'ai pas eu le temps de rétorquer tellement j'ai halluciné en voyant les fuhoufeurs: 3 papis antillais, assis sur un banc, qui me sifflent, la canne entre les jambes!
Quand je dis "canne" je parle de la vraie canne hein, la canne pour marcher quoi. Tout ça pour te donner une idée de leur âge. Peut être qu'ils ont du mal à marcher les papis mais toujours l'oeil hagard.
J'avoue, j'ai éclaté de rire et je leur ai offert à tous les 3 mon plus beau sourire.

Mais sinon la Martinique c'est chouette hein. D'ailleurs si tu te sens un peu moche en ce moment je te conseille d'aller y passer quelques jours... Tu en repartiras avec un égo gonflé à bloc.

Hormis l'accueil très démonstratif des Martiniquais, il y a la beauté des Anses d'Arlet et ses tortues, le calme de St Anne et le cachot de Louis-Auguste Cyparis à St Pierre.
Pour la petite histoire, Cyparis fut le seul rescapé lors de l'éruption de la montagne Pelée en 1902.
Comment s'en est-il sorti alors que tous les habitants de St Pierre (près de 30000 morts) se sont retrouvés piégés par les écoulements de lave?
Et bien Cyparis a eu la "chance" d'être au cachot. L'épaisseur des murs et l'isolement lui ont sauvé la vie.

Pour nous il y a aussi eu les quelques jours de chantiers au Marin pour réparer les réservoirs d'eau douce et le thermostat du frigo.
Ouiiiiiiiiiiii on a de l'eau à bord!!!! Ouiiiiiiiiiii on peut aussi avoir de l'eau fraîche à bord!!!
On profite de ces quelques jours à quai pour retrouver de vieux amis du Captain'.
Les soirées à se raconter de vieilles histoires, à refaire le monde autour d'un verre, à parler des destinations futures. J'ai pas grand chose à raconter moi alors j'écoute.
Non parce que ok j'suis devenue un vrai p'tit marin mais j'ai encore pas beaucoup de miles au compteur...

Allez Captain' il serait peut être temps de riper là non? J'veux faire de la mer moi!
Prochaine escale, Ste Lucie!!!

 

Posté par la-raconteuz à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


03 août 2013

Sailing Trip... #La Martinique#

Ça va faire 1mois qu'on est parti et j'crois que je suis en train de devenir un vrai marin!
Je sais ce qu'est une écoute, une drisse, un génois, un spi, une trinquette.
Je sais si on est au près, au près serré, au portant ou encore en vent arrière.
Je ne me prends plus les pieds dans le chariot, et je ne me cogne plus aux coins de table au moindre petit roulis.
Et même que j'arrive à faire la cuisine en nav'!
Enfin quand je dis "cuisine" je parle juste d'une bonne plâtrée de pâtes qui tient au bide hein...
Un jour dans un élan de confiance en moi, je me suis lancée dans une petite salade de crudités, avec les petites herbes qui vont bien, la délicieuse vinaigrette et tout le tintouin... je pose les saladiers sur la table, à peine le temps de me retourner qu'on s'est mis à gîter et que toute la bouf à foutue le camp.

_Heuuu Captain'? J'ai fait une p'tite connerie là... Non rien de grave, j'ai juste tagué les banquettes et le plancher d'un bol entier de vinaigrette... J'ai pas mis les quoi??! Les sets antidérapants?! Ha... qu'est ce que c'est?? 

Il y a aussi eu le jour où je me suis ramassée une casserole d'eau bouillante sur les guiboles, c'est ce jour là que j'ai compris qu'il fallait débloquer le cardant de la gazinière quand on est en nav'.

_Haaaaaaa bordeeeeel ça bruuuuuuule!!! Et m*rde! P*tain de b*rdel de m*rde de bateau qui bouuuuge sa r*****ce!!
_Ça va Moussaillon?! Tu vas bien?
_Super! Je vais SUPER bien! J'adore.

Bon ok, j'ai encore un peu à apprendre.

Après quelques heures de pratique d'ailleurs, j'ai appris à faire un noeud de chaise. Le Captain' a trouvé le moyen de me l'apprendre tout en m'amusant.
                                                                                   

                                                    IMG_1601

   "Tu fais un puits, le serpent sort du puits, fait le tour de l'arbre, et rentre dans le puits"

Je dois quand même t'avouer, qu'un soir, rentrant à bord, dans un élan de "vas-y j'me la pète", je prends le bout' de ma copine Dinghy (oui je fais de l'anthropomorphisme, mais c'est ma façon à moi de me sentir à l'aise avec ma copine Dinghy) et je lance un tonitruant:

_T'inquiète Captain' c'est moi qui s'occupe du noeud de chaise pour attacher ma copine Dinghy!!
T'inquiète j'sais faire le serpent dans l'arbre qui fait le tour du puits!! Ouais ouais je gèèèère!

C'est en repartant à terre le lendemain matin qu'on (enfin qu'il) se rend compte que mon noeud de chaise bah c'était un noeud de rien du tout et que j'ai eu de la chance sur ce coup là qu'il n'y ait pas eu de vent dans la nuit... sinon on aurait pu dire adieu à ma copine Dinghy...
_Haaa mais dis moi Captain'... il doit sortir? Où il doit rentrer du puits le serpent? J'me souviens jamais...

                                                                            

                                                   IMG_1975

                                                  Ma copine Dinghy

 

1 mois donc...

Et au bout d'1 mois je sais aussi ce qu'il faut faire avant de prendre la mer.
Alors déjà il faut que tout soit bien rangé dans le bateau. La vaisselle surtout.
Il faut dégonfler la copine Dinghy et la caler sur le pont.
Ensuite on doit vérifier que les bouts sont bien tous à leur place, bien alignés et facile d'accès.
Une fois tout à sa place on allume le moteur, on lève l'ancre, on se met face au vent et zou on peut hisser la Grand-Voile et dérouler le génois!
Et bien evidemment on coupe le moteur et on se laisse porter sur les flots...

Moi je m'occupe du rangement, puis j'allume le moteur et je tiens la barre pendant que le Captain' lève l'ancre. Le reste des manoeuvres c'est jamais moi qui les fait, parce que j'ai toujours du mal à sentir d'où vient le vent.

On est prêt!
Hissez haut Santiano!!
Vas y Captain' j'tiens bon la barre et toi tu t'occupes du vent!

Martinique nous voilà!!!!

Ça y est je n'ai plus la trouille. J'me sens hyper bien.
Il fait beau, il fait chaud, la mer est belle. C'est l'heure de la pêche pour les Fous qui nous offrent de superbes loopings.
Et nous avons même la chance d'avoir un banc d'une bonne trentaine de dauphins qui nous suivent...
Ok là je fonds...
Je ne suis qu'étoiles dans les yeux, papillons dans le ventre et cris de joie!
Merci la vie et tutti cuicui.

Sauf que... (Tu sais bien qu'avec moi, quand il y a un moment de pur bonheur, peu de temps après je me fais rattraper par un petit revers de médaille)
Je disais donc... Merci la vie et tutti cuicui...
Sauf qu'il s'est vite mis à faire plus très si beau et qu'on s'est ramassé une vilaine vague. Rien de grave en soi.
Sauf que le Captain' a oublié que j'étais encore en apprentissage et qu'il a pas vérifié si j'avais tout bien fait avant de partir.
Oui oui je remets la faute sur lui!
Non parce que dans ma To Do List, j'ai oublié qu'il fallait toujours fermer les hublots à l'avant... damned...
La vilaine vague est donc venue s'écraser dans la cabine.

_C'est encore une petite connerie ça mon Captain' hein? Heu... Pardon?

Et qui dit "vilaine vague" dit que le vent est en train de se lever d'un coup.
Ha bah ça y est j'ai re de la trouille.
Et quand j'ai de la trouille j'oublie tout.
J'oublie qu'on ne peut pas se retourner, j'oublie que c'est normal de gîter à ce point, j'oublie qu'on ne risque rien et que tout va bien.

Le Captain', face à ma trouille, me dit pour la millième fois que c'est rien. Que c'est juste un grain. Oui on va se le prendre ce vilain grain qui arrive au loin, mais pour l'instant on peut continuer notre route, on a le temps.

Je m'accroche à l'arrière, priant tous les Bons Dieux de la terre et des mers pour qu'on sorte vivant de ce vilain grain.
Le grain... le grain qui se rapproche de plus en plus... le grain qui va nous secouer les voiles... le grain qui...

_On ENROUUUUULE!!!!!!

Ça c'est le Captain qui se met à crier une action à effectuer, tu l'auras deviné.
Si il crie ça veut dire qu'il ne faut pas que je pose de question et que j'effectue l'action! RIGHT NOW!!!
La trouille au fin fond de mes entrailles, je me dresse bien droit sur mes 2 guiboles, je saute sur l'écoute du génois et j'ENROULEEEEE!!!!
Lui, il affale la Grand-Voile.

Ha bordel j'ai enroulé!
J'ai enroulé et je savais même pas ce que c'était d'enrouler!
Mais depuis 1mois que je le vois faire les manoeuvres bah j'ai su de suite ce que ça voulait dire d'enrouler!

_T'as vu Captain comment j'ai trop bien enroulé????! Non mais wouaw!!!

Le grain? Même pas peur!
Je gère!
Moi j'enroule!

Cette fois c'est bon...
J'crois que j'peux l'dire...
J'suis devenue marin les gars!

Martinique... accueille en ton sein un nouveau 'ti marin!

Martinique... nous voilà!

Posté par la-raconteuz à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 août 2013

Sailing Trip... #La Dominique#

C'est le coeur gros que nous quittons Les Saintes, après avoir passé des moments pleins d'émotion...
Bye Bye les Dauphins, Salut les potos...
Merci pour tout!!!
Voiles sur la Dominique!

Le Captain' est ravi de reprendre la mer, moi un peu moins.
Je t'explique.
Autant on est partis des Saintes sous un beau soleil et une mer calme, autant très vite on se retrouve face à de gros nuages, à une grosse houle, et aux gros vilains grains.
Et moi la météo du fin fond du Golf du Morbihan bah j'aime pas très bien ça.
Ça brasse sévère, il fait froid, on joue au chat et à la souris avec la pluie, et forcément je commence à paniquer.
Rah bordel mais j'en ai marre d'avoir toujours de la trouille.
Mais j'y peux rien, je contrôle pas.
Je m'accroche à l'arrière du bateau et j'attends en claquant des dents...
J'arrive tant bien que mal à me calmer jusqu'au moment où le Captain' lâche la barre (t'inquiète on a un pilote automatique) et va à l'avant.
Genre c'est normal... genre il marche peinard alors que j'arriverai même pas à tenir debout, genre il fait des petits bonds de cabris au rythme des vagues et il fait je ne sais quoi avec le génois...

_Hé non mais dis donc captain' t'es pas un peu malade???! Reviens! Reviens ici bordel! Reviiiiiiens j'ai peur!!!!

Il finit ses manip' et revient à l'arrière ne comprenant pas le moins du monde mon hystérie débordante.

_Ha tu comprends pas??! Tu comprends pas que j'ai peuuuuur que tu tombes à l'eau??? Non parce que si tu tombes à l'eau hein, bah moi je sauuuuute!
Je resterai pas seule sur le bateau, j'te jure Captain', si tu tombes je saute et on meurt noyés tous les 2!!
C'est ça que tu veux??? NON!
Alors arrête de te trimballer à l'avant sans t'attacher!

Bon bah là il se marre...
Parce qu'il me dit qu'il n'y a pas de vent (à peine 20 noeuds, soit 37km/h), qu'il a toujours une longueur d'avance sur la vague qui va arriver, et qu'il a TOUJOURS une main pour lui, une main pour le bateau.
Ouais... bon... d'accord... mais quand même hein!
Attache-toi si tu sors du cockpit!!! J't'en prie, j't'en conjure, j't'en suppliiiiiie...

La question ne se reposera pas sur cette nav', vu qu'il n'aura pas besoin de retourner à l'avant.
Par contre on se rend compte qu'il faudrait quand même que je sache arrêter le bateau au cas où il tombe à la flotte... juste au cas où.

On arrive en fin de journée sur la Dominique.

La Dominique... la plus sauvage des Antilles.
La végétation a pris le dessus sur l'homme, c'est incroyable.
Du vert... du vert... du vert...
C'est la jungle ici les gars.
On s'offre le luxe de la voiture pour parcourir ses routes sinueuses à la découverte des petits hameaux hauts perchés.
On fait le plein de mangue au bord des routes.
On se prend pour des pirates échoués sur les plages désertes... plages où Johnny a posé les pieds...
Johnny Depp bordel!
Pour le tournage de Pirate des Caraïbes 2!
Et pour aller au bout de ma fan attitude je me baigne cul nu dans L'indian River...
Johnny s'y baignait aussi j'en suis sûre... Non mais wouuuaw quoi!

Malheureusement notre séjour prend fin rapidement.
Non pas qu'on ne se sente pas bien en Dominique, mais il faut avouer qu'au niveau de la tranquillité à bord il y a à redire.
On est envahi de rastas qui ont toujours un truc à nous vendre. Ils viennent taper à la coque dès le p'tit déj, un autre arrive à l'heure de la sieste. C'est récurrent.
C'est un peu comme quand ton téléphone ne fait que sonner et que tu dois répéter à longueur de journée "non vraiment Monsieur, ça ne m'interesse pas... Non je ne veux pas de votre assurance...".
Au premier coup de téléphone tu es poli et compréhensif, ce pauvre Monsieur ne fait que son travail, mais arrivé 20h, au bout du 5ème coup de téléphone bah tu perds ton calme "NON!! NON j'en veux pas de votre p*taiiiin d'assurance mes co*illes!!! Arrêtez de m'apeller bordel!!!"
Bon bah les rastas autour du bateau c'est un peu pareil.

De toute façon on doit rejoindre la Martinique au plus vite.
Le Captain' a prévu de réparer les réservoirs d'eau et de changer le thermostat du frigo.
Ha oui parce que je t'ai pas dis, mais en plus de ne pas avoir d'eau à bord, on n'a pas non plus de frigo.
Et ça fait déjà 1mois qu'on est partit... un peu galère pour garder les bières au frais surtout!

C'est pas que... mais oui je crois qu'avoir l'eau et un frigo à bord ça risque de nous changer la vie...

 

Posté par la-raconteuz à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,