Le départ approche...

Plus qu'1 Dodo...  
1 dodo pour:  
Camoufler mes boutons et autres comédons.  
Me laver, crémer, démêler, lustrer la crinière. J'parle de mes cheveux hein...  
Me gommer, épiler, palper-rouler, hydrater, muscler, tonifier.
Mais de toute façon, j'aurais beau tenter de me faire la plus jolie du monde, après 48h de vol je vais devoir faire un sacré ravalement de façade pour être au top pour les retrouvailles...

1dodo pour:
Faire rentrer tout mon dressing et ma salle de bain (regroupé en petits flacons et échantillons parce que bagage à mains uniquement... genre si je pars avec une vraie valoche, à tout moment je serai revenue sur le caillou que ma valise arrivera tout juste à Phuket) dans ce si p'tit, si tout p'tit bagage à mains.  
Apprendre par cœur les numéros/compagnies/horaires des 5 avions que je dois prendre. Étant autiste des numéros ça devrait pas être trop compliqué...  
Fumer 3 paquets de clopes, parce que je ne vais pas pouvoir fumer pendant ces prochaines 48h.
Prendre l'apéro au Select avec les potos et couvrir de ronrons mon Dinou Des Ziles.
Hurler à la terre entière que dans 1 Dodo... dans 1 seul tout petit Dodo je m'envole pour PHUKET!!!!  
Haaaaaaa!!!!  
Mais dans 3 Dodos, dans 3 siiiiiiii longs Dodo à faire le tour du monde dans les airs, je retrouverai mon Marin, la tête à l'envers et les pieds sur mer!!!

Le matin du départ, c'est toute excitée et tourneboulée que je me pointe devant le comptoir de la Winair.
La dame du guichet ne me trouve pas, normal, je pars avec Commuter... ça commence bien... 
Boulet!

Zouuuu Bye Bye le caillou, Bye Bye les potos, première escale St Martin.

 

photo roger sbh

                                                        Go mon Roger!!!!!

Et zouuuuu deuxième escale New York!
Il fait un froid de gueux, un vent à décorner des boeufs.
Heureusement que je dois me taper un sprint pour réussir à avoir ma correspondance, ça a le mérite de me réchauffer un peu.
Une dame organisatrice de la queue de la douane voit mon agitation et me demande si je suis sur le prochain vol pour Helsinki.
Euh non Madam' moi j'vais à Hong Kong! Et je re décolle dans pas trop si longtemps alors si je pouvais éviter de faire la queue et si tu pouvais me faire passer vite vite vite...
Here we go Miss, follow me, quick, quick quick!!!
Je me retrouve en 2 secondes face au douanier Ricain (sûrement un pote au Douanier Rousseau celui là): il me demande où je vais, hallucine quand je lui dis que je vais à Hong Kong.
Me demande d'où je viens...
Et là... à l'annoncée de St barth il a les yeux qui s'illuminent. Il est fan du caillou, y est allé plein de fois et le voilà qui commence à me sortir tous les quartiers, hôtels, plage de l'île.
Me fait un dessin pour me montrer qu'il connaît bien la petite piste d'atterrissage... Mais il est vraiment nul son dessin.
Je rigole, mais pas trop pour ne pas le vexer et je commence sérieusement à m'impatienter, j'ai une connexion monsieur, I have to go...
Et là il me demande mon métier: Clown! I'm a clown sir...
Et zouuuu c'est partit pour des blaguounettes!!!
Il me fait limite poüet poüet sous les bras.
Me dit que lui aussi c'est un clown, qu'à St Barth il avait mis un maillot de bain blanc et qu'on voyait tout au travers, ça avait fait rire tout le monde sur la plage de St Jean et sa femme avait fait des photos pour en faire un calendrier et même que...
Euh.... Mec I really have to go!! Et je préfère pas t'imaginer le zguegue à l'air... Vraiment...
_Mais tu vas faire quoi à Hong Kong?
_Euh je reste pas à Hong Kong je continue sur Phuket.
_Tu vas faire quoi à Phuket?
Vas y mais c'est le FBI le mec ou quoi là??
Je voudrais pas qu'il me bloque l'entrée sur le territoire de sa Sainte Patrie alors je préfère illuminer mes yeux de mille feux, le sourire niais aux lèvres je lui dis qu'à Phuket je vais rejoindre mon Captain...
Le voilà qu'il se fout de ma gueule et de mon amour débordant... Gros con va.
_Wouaaw he's Captain? Houuuu!!!
What do you do to keep your Captain?
(Tu veux vraiment savoir mec??! Euh...)
Je préfère lui répondre que je fais la clown et que ça suffit pour faire fondre le Captain.
Et là il se marre, lève le poing style "We are the champions" et me lance un tonitruant "Goooo to Phuket Funny Clown!! Enjoy!
Clown... Captain...LOve... Life... Crazy liiiiife!

Je lève le poing aussi, à 2 doigts de lui claquer un "give me five buddy" je me retiens et cours, fonce, vole pour aller chopper ma connexion!
J'arrive pile à temps pour re-redécoller pour Vancouver.
A Vancouver, l'escale technique se passe sans même que je m'en rende compte, je ne fais que dormir comme une grosse patate.
Et zouuuuu je re-re-redécolle pour 16h de vol: direction Hong Kong.
Sur 16h j'ai dû dormir 13h.
Easy.

La course folle dans les couloirs du Terminal d'Hong Kong me tient en haleine. J'ai l'impression de participer à Pékin Express, sauf que j'ai pas un radis en poche, y'a pas d'équipe technique et j'ai pas de co-équipier.
Ma mission: trouver une smocking room et une connexion wifi coûte que coûte.
J'excelle en deux temps trois mouvements.
3 clopes et 30 minutes plus tard je fonce pour la mission "ravalement de façade".
Un coup de brossage de dents, de mascara, de poudre, de crème, de lingettes, de crayons, de cache boutons, de déo, de parfum...

J'enfourne mon legging et mon T-Shirt XXL et les bottines en moumoutes au fond de mon sac et j'enfile la ptite robe et les sandalettes qui vont bien.

Je crois que ça va, je suis potable.
Je sens bon c'est déjà ça et j'ai même pas trop de poches sous les yeux.

 

photo avant pdt après

Et Dieu créa le maquillage...

 

 

C'est bon, jsuis prête je peux re-re-re-redécoller pour la destination finale.

PHUKET.

Dans 4 heures je retrouverai mon Captain du bout du monde...
Et je crois que c'est pas la peine que je te raconte dans quel état émotionnel je me retrouve à l'atterrissage.
Mais d'accord, j'te raconte quand même.

J'suis comme une bombe à retardement.
J'ai des poussières d'étoiles qui jaillissent de mes yeux, un essaim de papillons dans le ventre, le cuicui des p'tits z'oiseaux qui sortent de ma bouche...
Je ne suis qu'amour et passion dévorante...
J'ai le coeur qui est en passe d'exploser...

Je double tout le monde à la douane, par chance le douanier Thaï ne me raconte pas sa vie et autres déboires avec sa femme ou ses destinations de vacances.
Mes yeux ne voient qu'une chose: EXIT!
La sortie. Sortir de là au plus vite.
Courir. Lui sauter dans les bras. Fondre et plonger. Sentir. Ressentir. Aimer...

Je prends 2 secondes pour respirer avant de passer de l'autre côté.
2 secondes pour savourer et pour garder en mémoire cet instant.

Je sors.

Il est là...
Tellement là...

(A suivre...)