Être à quai c'est le moyen de rencontrer pleins de gens.
C'est revoir un boug' qu'on avait déjà croisé à l'autre bout du monde, c'est se rendre compte en discutant qu'on connaît le pote du super pote du man qui bosse sur tel bateau, c'est raconter d'où on vient et parler de là où on va.
Perso, moi je connais personne et personne ne me connaît mais très vite je deviens la nana qui se promène pieds nus sur les pontons, le sourire scotché aux lèvres et des papillons qui lui jaillissent des yeux.
Celle qui a fait le tour du monde des airs pour retrouver son Captain'...
Et très vite, le Captain' me fait faire le tour du monde de la marina de Phuket.

Je rencontre une Soïzick de 70 printemps avec qui je trinque à la santé des Bretons, je passe une soirée à papoter avec un écrivain Sud Africain, je refais le monde avec un Anglais et une Suédoise, je me gave de riz Malgache.
Je me prends pour une Princess Indienne, invitée dans un resort à déguster des sushis pour finir dans un p'tit salon so romantic à écouter une Thaï chanter du Lennon...
Sans oublier les copains, ce petit groupe d'expat' lié par les mêmes racines, par la même folie: tout quitter pour s'installer ici.
C'est eux qui racontent.
Ils racontent leur vie ici, dans ce pays qui tourne au ralenti, où la monarchie absolue a laissé place à une monarchie constitutionnelle il n'y a que 80 ans et où l'armée a toujours une place prépondérante.
Ce pays où les "chemises rouges" s'insurgent contre les "chemises jaunes", où on y parle de dictature.
Ce pays qui accueille chaque année plus de 15 millions de touristes.
Tourisme de masse, tourisme à bas prix, tourisme sexuel aussi.
Tout se vend, tout s'achète.
Sauf le titre de propriété.
Un étranger ne pourra devenir propriétaire que d'une construction mais jamais de la terre.
Quelques solutions s'offrent alors à toi, comme te marier avec un(e) Thaï et acheter le terrain à son nom, ou alors faire signer un(e) Thaï en tant que propriétaire et poser une hypothèque en tant que "prêteur", tant que tu ne lèves pas l'hypothèque la vente de ce terrain ne pourra être effectuée.
Ou encore, dernière solution, monter une SARL et nommer le terrain comme titre de la société, tu peux garder 49% des parts sociales et les 51% restants doivent être aux noms de ressortissants Thaïs.

Cette terre, dont tu ne peux devenir propriétaire en tant qu'étranger, se voit pousser de gros hôtels, des routes, des ponts, des condos (immeubles en copropriété).
Cette terre n'entend pas parler d'écologie et de respect de l'environnement. Elle doit juste être rentable, à tout prix en ne pensant pas aux conséquences.
L'homme la saccage sans scrupule, au profit du tourisme.
Malheureusement il n'y a pas que la terre qui est victime du fléau, il y a aussi la mer et ses coraux. 

La Thaïlande... un bordel à ciel ouvert... où en surface, il fait bon vivre...

Et j'y passe de bons moments.
Vraiment.
Parce que même si certaines réalités font froid dans le dos, je ne peux m'empêcher d'avoir le coeur rempli de bonheur à chaque fois que le soleil se couche sur l'horizon.
Parce que je ne suis rien qu'une amoureuse, et que j'aime découvrir de nouveaux goûts, j'aime m'ennivrer de nouvelles odeurs et j'aime par dessus tout savoir que ce coucher de soleil annonce un nouveau jour.
Encore un jour avec mon Captain', à l'autre bout du monde de mon caillou. 

 

image

 

Le tour du monde de la marina touche à sa fin, il est temps pour nous d'entamer notre tour du monde des îles du sud!
Le Captain a fini de réparer Dinghy, il a poncé les trucs, frotté les autres, et puis il a traité les machins et organiser les choses et même qu'aussi il a bien rempli les bidules et vidé les autres...
En gros, il a bien travaillé et aujourd'hui on peut mettre les voiles!
Hihaaaa!

Cap sur Koh Phi Phi!

Koh Phi Phi, au cas où tu le saurais pas, c'est là où Leonardo il a trempé ses fesses dans le film "La Plage". Et moi bah j'aime bien l'idée d'aller y tremper les miennes aussi.
Je continue en quelque sorte mon tour du monde de trempage des fesses de midinette... cet été j'avais trempé là où Johnny avait trempé les siennes en Dominique pour "Pirate des Caraïbes"...
J'avoue que c'est un peu étrange comme tour du monde.
Le Tour du Monde du trempage de fesses... mais ça me fait marrer.

Alors Cap sur Koh Phi Phi Captain'!

5heures de nav' en grosse panne de vent, où j'ai le temps de m'imaginer pataugeant dans une eau turquoise, les pieds foulant le sable blanc, avec le soleil couchant sur l'horizon... huuum...

Quand, tout à coup!
#phrase choc de suspense, qui, tu peux le deviner va annoncer un drame#
Quand tout à coup, on a face à nous, un MUR!
Un MUR noir!
Des murs noirs, j'en avais déjà vu en mer, mais d'habitude je vois toujours le début ET la fin du mur.
Ouais, non, en fait, avant, j'avais vu des rideaux noirs, parce qu'un mur noir comme ça, avec ni début ni fin, j'en avais jamais vu j'crois bien en fait...
J'suis sur le pont, accompagnée de Guy, notre Commis-Moussaillon, invité à bord pour la croisière en cas de besoin de ses 2 bras. Le Captain' lui, est en train de bouquiner à la table à carte.

_Hey dis Captain, il commence à faire bien sombre en face? J'ai pas d'la trouille hein, non non non... Juste euh oui il commence à faire bien sombre en face... Hein dis Guy? Houlaaa oui il fait biiiiien sombre en face!?

Le Captain', sous l'effet de ma voix partant dans les aigus à cette simple constatation météorologique, met le nez dehors.
 _Ça va aller Moussaillon... T'inquiète, je gère, dit-il avant de retourner à ses occupations.

Comme je veux lui montrer que j'suis toujours le p'tit marin qu'il avait quitté il y a deçà 2mois et demi, je tente de garder mon calme et de ne surtout pas paniquer.

C'est rien qu'un grain, c'est rien qu'un p'tit grain, c'est rien qu'un tout p'tit riquiqui bout de grain...
J'ai pas peur, j'ai pas peur, j'ai pas peur...

En fait si j'ai peur, j'ai même hyper super peur alors je réitère:
_Hey Captain' c'est vraiment big ce qui arrive là hein! Si j'te jure c'est big big big!! C'est pas juste rien qu'un p'tit riquiqui grain là! Vas y mais viiiiiiens!

N'ayant pas le choix face à mes supplications, il vient nous rejoindre sur le pont.

_ T'inquiète Moussaillon... je gère ... ... ...

Et là, j'aime pas ce que je vois dans ses "...", les 3 petits points, moi ça me fout toujours de la trouille.

Mais je sais aussi que ses "..." veulent dire:
"Ouais Moussaillon, ça va secouer mémé dans la GV, mais va pas falloir que tu bronches parce que j'vais pas avoir le temps de m'occuper de toi, alors tu te mets dans un coin, tu attends, et surtout tu te tais!".

Si si, il peut y avoir tout ça dans "..." d'un Captain!
Alors je m'exécute.
Je bronche pas, je me mets dans un coin et je me tais.

Sauf que moi, quand je me tais, y'a automatiquement une surchauffe au niveau de mon activité cérébrale.

Surtout qu'on se rapproche très vite du gros mur tout noir et qu'y a des si gros nuages tout pleins de pluie torrentielle qui nous tombent sur la tronche, y'a l'orage qui craque et y'a même des éclairs qui s'écrasent sur la mer.
La mer fume, on ne voit plus à 10 mètres...
OK!
C'est L'APOCALYPSE!!!!!

Ha bordel!
Bordel de bordel de tonnerre de Zeus et Jupiter!
Sont hyper en colère les Dieux là!
Dis Bouddha t'es là?? Me lâche pas mec, fais pas l'con!
Jésus?
Y'a quelqu'un??
A l'eau? Vous m'entendez les gars??!

Ce n'est ni Jésus, ni Bouddha, ni Allah qui m'ont répondu mais Eole!
Ha l'enfoiré!!
Ça fait des heures qu'on l'attendait celui là et d'un coup Môssieur se pointe et décide de nous secouer à plus de 40 noeuds! Et 40 noeuds bah oui c'est BIG Captain'! Mais j'évite de lui faire la remarque, il n'a vraiment pas le temps... et faut que je me taise.

Il prend juste le temps de me crier (non pas de colère mais avec le raffut on ne s'entend plus du tout!) :
"RENTRE Moussaillon!"

J'aurais préféré:
"Ma douce, afin de ne pas attraper froid et de ne pas te faire tremper jusqu'à la moelle, je te conseille vivement d'aller te réfugier à l'intérieur. De te faire une bonne tasse de thé et de lire bien tranquillement ton bouquin... Comme ça je serai certain que tu ne traînes pas dans mes pattes pendant que j'oeuvre à la tâche, ou pire que tu tombes à l'eau... Je te ferai signe quand tu pourras ressortir ma douce..."
Mais non, c'est bel et bien le "RENTRE" qui sort de sa bouche.

Et tu crois que la Douce elle veut rentrer??!
Que dalle!
Hors de question que je m'enferme à bord!
Non parce que si on chavire, je pourrai jamais sortir de là, alors que si on chavire et que je suis dehors bah je pourrai nager et...
Et te noyer direct même si tu sais nager!

Un Marin, il te dira toujours qu'en cas de gros, si gros grain, genre cyclone, bah vaut mieux rester enfermé et attendre...
Alors comme moi euh, bah j'suis un p'tit, tout p'tit Marin, bah je me calfeutre à l'intérieur et je surveille par les hublots.

Non mais c'est quoi ce bordel???
Vas-y Eole détend toi un peu là!
Genre on te voit pas de la journée et là d'un coup tu te décides à nous offrir l'arrivée à Koh Phi Phi en fanfare!

C'en est trop!
J'tiens plus à l'intérieur, j'vais devenir dingue!
Alors je prends mon courage à 2 mains (et pour de vrai jsuis morte de peur, je suis tétanisée, frigorifiée, les dents et les genoux qui font des castagnettes) et je retourne sur le pont à me faire fouetter par la pluie au cas où le Captain aurait besoin de moi.
Bien évidemment il a pas besoin de moi, comme il a dit, il gère.
Et wouuuaw comment il gère trop...
Il enroule, il winch, il prend 1 ris, et puis un 2ème, il court sur le pont, il tire des bouts...
La chemise collée au torse, les muscles saillants, la pluie lui dégouline sur le visage...
Hum...

Oui...
Oui je suis en train de le mater alors qu'on se fait grave secouer.
Mais c'est tout ce que j'ai trouvé pour rester calme face à la tempête.
C'est l'instinct de survie quoi!

Vas-y Eole envoie tout ce que tu peux!!
Fais tout péter! Regarde Eole, regarde comment il gère!
Ha mais grave comment il gère mon Captain!
Et tu peux dire à Leonardo et Johnny qu'ils peuvent aller se rhabiller!

#J'avais prévenu... dès que je me tais, mon activité cérébrale monte dans les tours, et ça surchauffe là haut. J'en ai même frôlé le court circuit!# 

Au bout d'une bonne vingtaine de minutes, (et dans mon monde à moi, ces 20 minutes me paraissent des heures) Eole se calme, d'un coup d'un seul. Il repart aussi vite qu'il est arrivé.

J'ai envie de crier, de courir, de sauter, d'hurler tellement j'ai eu peur.
Mais bordel ce que c'était bon!!

On est trempé, essoufflé, en pleine redescente d'adrénaline.
Et surtout on est vivant!
Enfin, personne n'en a douté sauf moi hein... genre on ne peut pas mourir sous un grain à 40 noeuds, tout le monde sait ça...
Mais quelle vie!
Quelle p*tain de belle vie!

Je vais mettre une bonne heure à retrouver une activité cérébrale normale, ainsi que l'usage de la parole.
A défaut, je me repasse la scène du "Captain' dans la tempête" en boucle et je glousse.

Une poule!
Je ne suis rien qu'une poule à Phi Phi...

(A suivre...)