Ce matin on s'est réveillé de bonne heure et même qu'on s'est aussi réveillé de bonne humeur. Faut dire. Vu le jet lag qu'on a encore dans le museau, on s'est réveillé comme s'il était 1h du mat pour nous. Et les réveils nocturnes ça oui, La Chouette, elle connaît. Elle aime bien ça.
Alors ouais hop hop hop debout là dedans, il est 7h! On enfile la polaire, les chaussettes, les poufles, l'écharpe, le bonnet et tout ce qui peut nous permettre de ne pas décéder de froid pour aller jusqu'à la salle de bain. Il est déjà 7h22.
22 minutes pour s'habiller c'est trop je sais. Mais c'est que nous les collants, les chaussettes et les pulls et tout le bazar on connaît pas. Alors ça prend du temps.
Arrivées dans la salle bain on enlève la polaire, les chaussettes, les poufles, l'écharpe, le bonnet et je me dis que bordel on va jamais être à l'heure vu le temps qu'on perd à s'habiller et se déshabiller !
On chante sous la douche pour se réchauffer. Fort. Peut être un peu trop mais ça tient chaud.
Et hop hop hop on sort de la douche et on renfile tout le bazar. Il est 7h58.
On a donc mis 58 mins pour juste une douche. Une toute petite douche. Va falloir s'organiser autrement.
Étonnamment L'Enfant ne réclame ni sa robe, ni ses sandales ce matin. Pourtant on aurait mis nettement moins de temps mais elle a fini par capter que si je la saoule à se mettre tout ça sur le dos c'est pour son bien.
Bien.
Go !
Direction la cuisine.
Chocolat chaud, thé, tartines. Vite vite vite.
Un dernier ptit tour dans la salle de bain. Débarbouillette, brossage de dents, couette et go go go dans l'auto. Il est 8h34.
Gooooo !
On arrive à l'école du village.
J'ai pas le temps de réaliser qu'elle va aller à l'école ici.
Au lieu de vivre une rentrée normale comme ça aurait dû se passer, on arrive toutes les 2 un peu déboussolées.
J'explique à la maîtresse que Oui bonjour Madame, c'est nous les expatriées cyclonées. Et oui Merci Madame de bien vouloir prendre L'Enfant le temps que les choses évoluent sur notre île dévastée.
Nous sommes accueillies avec des sourires et en 2 minutes nous avons une ribambelle de marmots autour de nous qui nous demande "Et elle s'appelle qui? Et elle fait quoi? Et pourquoi? Et tu viens zouer? Et moi j'ai troizans? Et moi ze suis grand!".
L'Enfant Chérie n'a pas très trop envie de parler mais elle ne pleure pas c'est déjà ça.
La petite classe retrouve ses habitudes et nous on observe de loin. La maîtresse leur demande de se mettre en rang pour faire le petit train et pour chanter de bon matin. Elle propose à La Chouette qui décline de son regard le plus noir (celui de sa mère apparemment) elle préfère rester collée à moi.
Le petit train se forme et démarre. Ça chantouille, ça rignoche. C'est un peu niaiseux je dois l'avouer mais mon coeur fond de les regarder se trémousser.
J'ai fondu d'amour jusqu'à ce que La Chouette se marre.
Bah t'as quoi l'Enfant ? Qu'est-ce qui te fait rire?
Hihihi continue-t-elle.
Bah quoi ?! Pourquoi tu te marres?
Elle me regarde, toujours en se marrant et.
"Nan mais c'est quoi c'bazar Maman?!".
Et c'est là où moi aussi je me suis tapée un fou rire.
Non mais c'est vrai c'est quoi ce bazar?!
C'est cul cul à souhait les tchous tchous le p'tit train, c'est vrai. Mais j'aimais bien moi. Je commençais limite à dandiner aussi.
Bon bah elle non.
Elle, elle se marre.
Elle, elle veut pas faire la niaiseuse, elle veut pas rentrer dans le rang. C'est vrai que nous les ptits trains on les fait en criant, en sautant, en courant, en chantant fort et en riant à gorge déployée. On les fait en transformant notre voix, en faisant des grimaces complètement barrées.
C'est comme ça que nous on les fait les ptits trains.
Va falloir t'adapter ma chérie. Va falloir faire moins de bruit.
Mais steuplait ma beauté, perd jamais ton grain de folie.
Pour nous la matinée à l'école s'est terminée là. On est parti vite en se donnant la main et en faisant les zinzins. On a couru jusqu'à la voiture. J'ai mis la musique à fond et on a chanté fort.
Aussi fort que c'est vraiment pas évident de me dire que lundi elle y retournera.
Cette fois sans moi ...

.
.
---
#laraconteuz