05 avril 2013

La coloc' ou comment apprendre à vivre seule en étant 4 sous le même toit...

Je ne t'en ai encore jamais parlé mais comme beaucoup de gens ici je vis en coloc', et pas n'importe quelle coloc'.
Je vis avec 3 mecs. Des vieux.
Bah oui hein, à plus de 40 piges pour moi t'es un vieux, parce que moi bah j'ai pas 30 ans. 'fin pas encore.
Bref je vis en coloc avec 3 mecs.
Me faire accepter n'a pas été chose aisée vu qu'à la base ils cherchaient un mec, un vieux comme eux, avec surtout pas d'animaux.
Bon bah finalement ils m'ont pris moi, jeune femme de pas 30 ans avec mon Dinou fils. Dinou fils c'est mon chat.

J'aimerai pouvoir te raconter ma vie à la coloc mais par respect pour eux je ne te raconterai pas.

Quoooa la raconteuz qui raconte pas???!

Bah non je peux pas raconter. Pas tout du moins.

Coloc n°1 c'est le chef de la coloc. C'est celui qui gère. Qui fait le ménage. Qui s'occupe des éviers quand ils sont bouchés. Qui descend les poubelles. Qui construit des abreuvoirs à colibris. Qui arrose les plantes.
C'est aussi celui qui me laisse des surprises dans mon frigo en forme de douzaine d'huitres, de saumon fumé, de plats traditionnels créoles, de foie gras, de Chardonnay. Il fait tout ça quand je suis au travail et la nuit c'est lui qui travaille, donc on ne se voit jamais.

Coloc n°2 c'est le frère de coloc n°1. C'est celui qui fait pas de bruit et qui n'aime pas les gens qui en font. Il travaille beaucoup et quand il travaille pas il dort. Sachant qu'il dort quand je suis au travail et qu'il travaille quand moi je dors, coloc n°2 je le vois jamais non plus.

Coloc n°3 c'est celui qui oublie tout. Qui oublie d'éteindre les robinets, qui oublie de ranger ses affaires. Une fois il a même oublié ses clefs dans son frigo. Heureusement il est gentil. Mais je le vois pas beaucoup. 

Ils sont tous les 3 gentils d'ailleurs. Ils m'ont jamais posé de questions, du coup je crois qu'ils ne savent pas trop qui je suis.

Pour eux, Coloc n°4 c'est "la miss et son chat". Celle qui ne fait pas de bruit. Celle qui ne parle pas, sauf à son chat. Celle qui part tôt et qui rentre tard. Celle qu'on-ne-sait-pas-trop-ce-qu-elle-fout-de-ses-journées-et-qu-on-ne-voit-jamais.

Ca fait 5 mois qu'on vit tous sous le même toit et on ne se connait pas.

Demain "la miss et son chat" quittent la coloc' mais je ne suis pas sûre qu'ils s'en apperçoivent.

Euh, bah... Salut les gars c'était sympa! Merci pour tout j'ai adoré!

Et sans aucune ironie je peux dire que j'ai eu des colocs en or. Parce que grâce à eux j'ai appris à vivre seule.
Et à "pas 30 ans" il était sacrément temps que j'apprenne.

Dinou Fils et moi même n'ayant pas les moyens de réellement vivre seuls on s'installe dans une autre coloc'.
Parce qu'on a pesé le pour et le contre et on s'est rendu compte que la case elle est bien, ça c'est sûr.
245m², 4 terrasses, belle vue, belle lumière, place de parking. On peut recevoir des copains. Pleins même. 
Les colocs sont gentils et ne font pas de bruit.
Mais on s'est rendu compte aussi qu'on n'y était jamais à la case.
Et payer 1000 balles de loyer pour être dehors c'est pas que ça commencait à nous saouler, mais un peu si quand même. Ouais en fait ça nous saoulait grave.
Autant aller dans une 'tite case avec 1 terrasse/belle vue/belle lumière/place de parking aussi/ pour moins cher. Bah oui hein.

On ne connaît pas encore "Futur Coloc et sa chatte" mais on espère qu'ils feront pas trop de bruit et qu'ils seront gentils.
D'toutes façons nous, on est toujours dehors.  

Posté par la-raconteuz à 05:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


31 mars 2013

Mam' on ze rock

Quand tu vis ici et que tu n'as pas la chance de pouvoir partir régulièrement (je sais pas toi mais moi, après 3 mois sur le caillou j'ai toujours une envie folle de me tirer loin loin loin...d'ailleurs ça fait déjà 2 mois que je suis partie en Afrique... suspense) il y a un remède à la monotonie (ok on vit au paradis mais la terre regorge de mille paradis) c'est de recevoir des amis ou de la famille.

Pour toi qui me "follow on Facebook" (vivre ici c'est aussi mélanger le français et l'english dans une même phrase sans que personne ne se foute de ta gueule de totally bilingual... perso j'ai jamais compris les gens qui faisaient ça...)
Anyway, tu sais que ma 'tite mère est venue passer quelques jours sur le caillou.

Et avoir ma 'tite mère sur le caillou c'était juste trop beau!
 
Ça va faire 5 ans qu'elle s'imaginait mon quotidien au travers de mes blablas, de mes photos.
5 ans qu'elle entendait parler de la Tourmente, de Camaruche, de Shell Beach...
De mes Noëls entre amis, de mes 31 Décembre sur le sable, du Carnaval, de mes anniversaires loin d'elle.
5 ans qu'elle entendait des prénoms, qu'elle voyait des têtes qui passaient devant la webcam, qui faisaient des "coucou!!".
5 hivers dans la grisaille, loin de la prunelle d'un de ses yeux (l'autre prunelle de son deuxième oeil étant mon frangin resté au pays).

Et forcément avoir ma 'tite mère sur le caillou m'a fait redécouvrir l'île au travers de ses yeux, ses yeux qui n'ont jamais autant brillé.
J'ai eu envie qu'elle voit tout de ma vie, qu'elle comprenne surtout pourquoi j'avais décidé de partir si loin et pourquoi chaque années je lui répète que ma vie n'est plus en métropole, du moins pas pour l'instant.

J'aurais pu faire style que ma vie n'était que nature, détente, plage et sable fin... mais en ce moment ma vie c'est plutôt du grand n'importe quoi.
Enfin quand je dis du "grand n'importe quoi" ne va pas t'imaginer des horreurs.
N'oublie pas que je vis au pays des bisounours moi. Donc quand je dis du "grand n'importe quoi" je dis juste que je cours dans tous les sens, je n'ai pas une minute à moi, je suis toujours dehors, j'ai perdu toute notion de ménage et d'alimentation équilibrée, je passe plus de temps à danser qu'à dormir et forcément je ne peux passer devant le Select sans m'arrêter pour un 'ti canon.
Je crois que je suis en train de faire une 2ème crise d'ado, (mouais... la crise de la trentaine plutôt, mais je t'en parlerai peut être plus tard...).
Donc quand ma 'tite mère est venue bah je l'ai embarqué dans mon quotidien.

Ca commence avec une marche à Grand Fond (non parce que faire la fête c'est bien beau mais faudrait pas non plus devenir une grosse patate) puis le 'ti dej en terrasse, la douche et zou au turbin.
Bon là, elle, elle allait à la plage, ou elle se reposait à la case.
Une fois sortie du travail on allait au mythique Sunset à Shell avec les potos (et l'apéro) pour continuer au Select, parce que l'apéro toujours.
Et c'est là où j'ai dû dire Stop!
Non parce qu'après 2 planteurs bah ma 'tite mère voulait grimper sur Moby et aller au Yacht!
J'avoue que m'entendre dire "Non Mam' tu sortiras pas en boite ce soir" m'a fait complètement halluciner.
C'est elle qui me répétait ça quand j'avais 15ans.
Sauf que moi j'arrivais toujours à trouver un copain (un vieux de 18ans qui avait son permis) pour m'amener, quand ce n'était pas elle qui cédait et qui se tapait les 30kms sur route de campagne en pleine nuit.
C'est vrai que j'aurais pu l'amener au Yacht mais il était à peine 21heures à la fin de son 2ème planteur...
(Mam' je sais que tu me lis... ne t'inquiète pas on s'est tous fait avoir par le planteur... on a toujours tendance à oublier que c'est trompeur...)

On a continué le séjour avec les piscines naturelles, le lagon, le phare, la virée en ville, les tours de l'île la musique à fond et les fenêtres grandes ouvertes... et les copains toujours.
Les copains qui étaient fiers de montrer à ma 'tite mère que je suis bien entourée, qu'on s'aime comme la famille et qu'on ne se quitte jamais.
Et je pense qu'au delà la beauté de l'île c'est ce dont ma mère avait besoin de savoir. Que je ne suis pas seule. Qu'il ne peut rien m'arriver, qu'on s'occupe de moi, qu'on m'aime.
Parce que j'imagine que ça doit être angoissant de voir sa fille partir, partir seule cette fois ci.
Elle a vite vu qu'ici je ne craignais rien.
Elle a quand même été assez flippée de me voir me préparer le matin:
"Ma chérie tu vas où habillée comme ça???
_ Bah je vais au taf' mam', c'est mes robes de boulot, c'est mon uniforme quoi!
_ Mais t'es au courant qu'on voit tes fesses?
_ Bah oui!
_ Ha d'accord, bon bah bonne journée..."

L'avoir avec moi ici m'a aussi montré à quel point j'avais besoin d'elle. C'était doux de faire croire que j'avais toujours 5 ans.
J'ai eu droit à ses gros bisous du matin avant qu'elle me fasse mes tartines grillées au beurre salé pendant que je me frottais le nez avec mon doudou, sa ratatouille (la meilleure du monde entier, même avec des légumes qui n'ont pas de goûts). J'ai eu droit à la soirée crêpes (les meilleures du monde entier of course). J'ai eu le dernier bisou du soir, tous les soirs. Et le "bonne nuit ma chérie à demain".
C'était doux de dire à demain...

Jusqu'au jour où le "demain" est devenu le jour du départ.
Sauf que d'habitude c'est moi qui pars.
Et j'aime pas.
J'aime pas lui dire au revoir et la laisser sur le quai.
J'aime pas qu'elle rentre seule et qu'elle retrouve la maison vide avec les souvenirs du bordel que j'ai mis dedans.
Alors je lui laisse toujours un 'ti mot caché quelque part... un dernier 'ti bout de moi.

Là c'est moi qui suis restée sur le quai, moi qui suis rentrée dans la maison vide avec son odeur partout...
Et c'est moi qui ai trouvé un dernier 'ti bout d'elle caché sous mon oreiller...

Heureusement les copains sont là.

A bientôt Mam'...

 
 

 

Posté par la-raconteuz à 13:54 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2013

Vivre ici en étant de là bas...

Quand tu vis sur le caillou depuis un p'tit moment il y a des choses qui te sont devenues hyper normales.
Des petits détails de la vie quotidienne, qui peuvent paraître complètement hallucinants pour celui qui ne vit pas là.
Et c'est vrai quand on y pense, vivre à St Barth te fait faire ou dire des trucs que dans ta vie d'avant tu n'aurai même pas imaginé.

Il y a tout d'abord ta façon de t'habiller.
Quand je suis arrivée il y a 4 ans, je ne portais pas de jupe, pas de short, pas de décolleté.
Non pas par pudeur, ni par complexe... juste parce qu'être habillée en "femme" signifiait pour moi être susceptible de me faire allumer/siffler/insulter, le tout dans la même journée. 
Aujourd'hui je me trimballe à moitié à poil.
Mes robes ne sont pas plus longues que mes T-shirt, mes shorts sont de la même longueur qu'une simple culotte et mes T-shirt eux sont si fins qu'on voit toujours au travers.
Et tu crois que je me fais traiter de sale p*tasse des bananass pour autant?
Même pas. Ici tout le monde s'en fout!
Un cul reste un cul.

Bon après je dis pas, à certaines périodes de l'année j'suis un peu moins dénudée.
C'est quand le thermomètre passe en dessous de 25°.
Et dans ce cas je n'ai aucune gêne à m'exclamer: "Rah bordel ça caille! Vas y comment il fait trop froid sa grand mère!!"
Pour toi qui est en ce moment même dans la grisaille, le froid, la neige... je sais que tu dois me trouver débile, voire tu dois penser que je me la raconte... mais je te jure qu'en dessous de 25° je sors le jean's, la veste, l'echarpe... y'a plus de fesses à l'air qui tienne! C'est l'hiver ici aussi! A 25° certes mais l'hiver quand même...

Une autre phrase que je peux dire et qui, avec du recul, est complètement hallucinante:
"Ha la vache mais t'habites trop loin!!"
En vivant sur 24km² j'ai perdu toute notion de distance... ou comment aller de Gustavia à Grand Fond devient le Paris-Dakar...

En parlant de Gustavia... notre Capitale. La mégalopole en quelque sorte!!!
C'est ouf de se dire qu'on arrive à dire la "ville" en parlant de Gustavia.
En ville?? Non mais les gars y'a qu'une rue dans notre ville!

La ville justement, c'est l'endroit où toi, jeune demoiselle, tu aimes à y faire du shopping, à marcher pendant des heures dans les (en l'occurence "la") rues piétonnes...
Bon bah sache que la jeune demoiselle d'ici, son shopping, elle le fait le cul posé devant son ordi sur des sites style La Redoute, Kiabi...(ouais je sais, les sites tout cheum' mais ce sont les seuls à bien vouloir nous livrer jusqu'ici)
Parce que sinon, euh, avant de pouvoir faire du shopping en "ville", il faudrait que tu puisses dépenser l'équivalent du PNB du Bangladesh pour t'acheter ne serait-ce qu'un pauv' sac à main!
En python le sac à main, je te l'accorde.

A défaut de ne pouvoir dépenser l'argent que je n'ai pas, je préfère m'offrir un verre. Juste un p'tit verre. Le petit apéro de la sortie du boulot, histoire d'oublier que tout ce que moi je vends je ne pourrai jamais l'acheter.
Tu sais ce petit verre qui va en amener un autre, et un aut'... et hakoor uun tiii pou la rouut'!
Résultat on est lundi soir, j'suis sortie du travail à 20h, et je rentre chez moi à 4h30...et j'ai clubbé toute la nightt!
Normal! C'est toujours l'embuscade ici!
Mais c'est pas de notre faute si le rhum coûte limite moins cher qu'un coca!

Du coup, au lieu d'aller me coucher direcc, je vais aller me faire le mythique bain de minuit à Shell Beach. Histoire de décuver et rigoler surtout.
Non mais les gars, on est en plein mois de Janvier et on se baigne à minuit!! hahahaha!!!
Là j'avoue que le rhum aide à se mettre à l'eau... bah oui à minuit l'eau doit être à quoi 22°?! ("Rah la vache c'est carrément l'Océan Arctique à 22°!!")

Le problème avec ces soirées là, c'est que même si aucun de tes acolytes ne t'a géolocalisé, tu peux être sûr que la moitié de l'île saura, dès le lendemain matin, les moindres détails de cette nuit de folie...
C'est ça de vivre sur un caillou. Tout le monde sait tout, sur tout le monde...

Mais ne crois pas qu'on passe notre temps à picoler non plus... bah non hein! On mange aussi.
Et pour manger il faut faire des courses!
Haaaa les courses...au début ça fout la trouille mais après tu t'y fait.
Entre ce qui coûte le double de la métro, ce qui est déjà périmé mais qui coûte quand même le double, en passant par ce que tu ne trouveras jamais dans les rayons... il y a ces petits cadeaux de la vie.
Après plus d'un an de recherche acharnée je viens de retrouver, non sans grande émotion, des yaourts au soja nature!
Hiiiiiiiiiiii j'ai failli me péter un orgasme au rayon frais tellement la vision de ces 4 petits pots m'a remplie de joie!
Parce que je n'ai pas très bien compris pourquoi, du jour au lendemain, ils avaient disparus de la circulation.
Et là après bientôt 3 mois depuis mon retour j'étais en manque grave.
Et à moins de me prendre un billet d'avion je n'avais aucune chance de pouvoir manger mes yaourts au soja nature!!!
Et je surkiffe les yaourts au soja nature, tu l'auras compris... mais pas assez pour dépenser 800 balles pour 4 petits pots!
J'en profite, si celui ou celle qui a décidé de les recommander à Super* me lit, sache que je te bénis!

En vivant ici donc, j'ai appris un nouveau code vestimentaire, j'ai appris à boire plus (toujours avec modéra... on connaît la chanson) mais à manger ce que je trouvais.
J'ai appris à moins gaspiller mon temps parce qu'ici le soleil se couche à 18h toute l'année et à garder mon argent parce que la vie au soleil coûte un prix. 
J'ai appris à ne jamais fermer ma porte à clé, à faire du stop la nuit, à dire bonjour à tout le monde, et à ne plus être anonyme.
J'ai appris à supporter le bzzzz incessant des moustiques, et j'ai compris qu'au bout de quelques mois ils préféraient la chair fraîche à ma peau bronzée.
J'ai appris à m'épiler les guiboles toute l'année et à laisser pousser ma frange.
L'humidité étant source de pousse rapide et de frisotis. Quand je dis ça, je parle de mes poils qui poussent trop vite et de ma frange qui frisait... pas l'inverse.
J'ai appris à voir un film en plein air, sortit depuis déjà des mois en métro, et à découvrir la "chanson de l'été" qu'au mois de Décembre.
J'ai supporté l'idée de payer 1000 balles pour une chambre, et je me suis adaptée à la vie en coloc'.
J'ai compris qu'il ne fallait pas laisser de bouf dehors sans risquer de se faire envahir la cuisine par les fourmis.
Et j'ai dû faire comprendre à Dinou qu'il allait devoir partager sa gamelle avec les copains sauvages, les bernard l'hermite et les fourmis.
J'ai accepté de voir la mer tous les jours à défaut de ne voir la mienne qu'une fois par an. 
J'ai appris à dire la "métro" en parlant du pays et à dire le "caillou" en parlant d'ici.
J'ai compris que mes amis d'ici ne remplaceraient jamais ceux de là bas, mais j'ai oublié où était ici et où était là bas.

Vivre ici n'a jamais été une chance pour moi, mais un choix. J'ai eu le choix de partir mais j'ai décidé de rester.

Parce que mon quotidien est facile je le sais. Bien plus facile qu'ailleurs et ça je l'ai vite compris.
Et aujourd'hui ça m'importe peu de passer pour une dinde à moitié à poil qui se caille à 25°, qui trouve que 7kms c'est le bout du monde et qui passe plus de temps à clubber qu'à dormir...

Mais c'est vrai, qu'avec du recul, je peux dire que mon quotidien est juste complètement hallucinant!
Pourtant je sens que ce n'est qu'une phase de transit ici pour moi.
Je ne suis pas d'ici et ne resterai pas là.
Parce qu'au final le quotidien reste le quotidien et qu'à un moment donné l'envie de bouger va repointer le bout de son nez... en attendant je prends tout ce que le caillou a encore à m'offrir...

J'ai dû oublié un tas d'autres petites remarques, d'autres petites choses qui auraient pu te faire sourire... mais je ne vais quand même pas te raconter toute ma vie nan?
Si? 

Posté par la-raconteuz à 08:02 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2013

Le 31 en 13 points...

Alors d'accord j'ai passé les 12 coups de minuit en mode seule-tout à garder des marmots dans un hôtel de luxe...
Mais à 1h du mat', les poches pleines et moi pas du tout (pyélonéphrite de m*rde) j'ai pu rejoindre les copains et distribuer tout mes plus beaux bisous et mes meilleurs voeux pour cette chère et tant attendue année 2013!

2013 sera belle, pleine d'amour, de jolies surprises et d'aventure... 2013 accroche toi bordel j'arrive!

Je ne vais pas tout te raconter en détail (parce que trop long) mais je t'ai fait un petit condensé en 13 points.

1) L'instant générosité:
Je danse depuis des heures à la boite de night et je crève la soif. 
Deux solutions s'offrent à moi... dragouiller pour me faire payer un verre (mais je risque de me coltiner un relou toute la soirée) ou alors me commander un coca comme une grande et tenter de me le faire offrir par le barman. Parce que je suis sûre que lui il aura aucune chance de me coller toute la soirée.... 
_ Un coca s'il te plaît, avec pas trop de glaçons...
C'est là où je dégaine la carte bleue et les yeux de biche...et... j'ai pas de liquide désolée... ça va aller? 
Et sans même que je lui en dise plus il me fait le clin d'oeil de ouf...
_ C'est pour moi!
A 6 balles le coca, ça fait toujours plaiz'! 

2) Le dialogue de sourd:
Y'a toujours à un moment donné, un mec qui vient me brancher mais qui ne sait pas comment s'y prendre...
Il commence comme ça:
_ Ouais j'suis algérien!
_ Tu m'aurai dis le contraire je t'aurai pas cru!
_ Halaaa... discrimination!!!
_ Bah non mec t'es algérien, t'es algérien quoi! Moi j'ai une gueule de bigoudene et toi d'algérien c'est tout. Faut savoir appeler un chat, un chat!
_ Wouaaa vas y la meuf elle me traite de 'iench! Et les gars la meuf elle me traite de 'iench...
_ ....................................... (boulet)

3) Le fou rire:
Y'a des fois par contre où c'est moi qui croit avoir pé-cho du lourd mais en fait pas du tout...
_ Putain meuf t'as vu le gars qui m'a invité à danser??? C'est un monsieur important sur l'île! Un bon parti quoi!!
_ Mais que dalle meuf, il taffe à la déchètt' lui!
_ Ha ouais d'accord...

4) Le gros connard:
Parce qu'il en faut toujours un... même le 31!
C'est celui qui s'approche de moi et qui me renverse délibérément son verre sur ma robe.
_ Mais t'es vraiment un gros connard de ta grand mère toi!!! (Oui je suis vulgaire!)
_ Ouaaaais j'suis le plus gros connard de l'île ouaaaaais!!!!
_ Putain t'as de la chance d'être un mec et d'être plus carré que moi sinon je t'aurai défoncé ta pauv' tronche! Dégage batard!
_ Ouaiiiiiiis!!!
_ Vas y dégage ou j't'éclate! Dégage!!! Connard!

5) L'instant fan people:
A St Barth tu as peut être une chance de croiser du beau monde un 31... ou pas...
_ Wouaw vas y y'a Zazie derrière moi!
_ Où?? Je la vois pas!!
_ Là bordel, derrière, la nana qui a le chapeau!
_ Ha ouais tu crois? Ha bah je la voyais pas comme ça...
_ Oublie c'est pas elle, j'me suis plantée! Par contre regarde derrière y'a... ha non...

6) La technique pour pas faire la queue dans des toilettes blindées:
J'ai rien trouver de mieux que de me mettre à hurler dans les chiottes:
_ J'ai une infection urinaire les filles, j'peux passer??!
La nana à qui c'était le tour (bien 10 tours avant le mien) par chance, en a eu une y'a pas longtemps et se rappelle de cette douleur de ouf malade...
_ Ola mais vas y, prend ma place! Oh ma pauvre, ça fait tellement mal...
_ Merci copine de pipi moisi!
Le pipi d'après y'en a aucune qui a bien voulu me laisser passer.
Je leur souhaite à toutes une belle piélonéphryte pour 2013!

6) La loose:
C'est d'avoir réussi à coincer mon casque dans la selle de Moby et d'avoir dû demander de l'aide à des mecs trop bourracho pour m'aider...
A nous 4 on a mis 15 minutes à décoincer le bitin et après c'est eux qui ont voulu me coincer...
Par chance Moby m'a sorti de là!

8) Le joli compliment:
Loin du vulgoss, du lourd, du vas-y-que-je-veux-te-serrer-poupée...
_ T'as une belle énergie Soïzik.
J'ai adoré!

9) La photo mentale:
Ce petit moment qui restera gravé à jamais...
Regarder le soleil se lever sur la plage entourée des gens que j'aime... et avoir une pensée pour tout ceux qui ne sont pas là... juste ça...

10) La pause bisounours:
Prendre les potos dans mes bras, leur souhaiter le meilleur et me remplir de câlin plein d'amour...

11) La belle surprise:
C'est d'avoir passé toute la nuit en ayant bu qu'une toute petite bière et d'avoir continué à danser sur la plage jusqu'à 10h...
Alors soit on a trafiqué ma bière... soit je suis tombée dans la marmite étant petiote!

12) L'instant bien être:
Parce que j'ai passer toute la nuit à danser, à me faire bousculer aussi, à transpirer, à me faire éclater les orteils par des talons aiguilles...
Le meilleur moyen pour décompresser c'est de faire valser ma robe et de sauter à l'eau pendant que le jour se lève.
Le premier bain de l'année...

13) Le meilleur moment:
Traverser l'île sur Moby à 10h du mat' pour rentrer à la case. Me refaire le film de la soirée, de la matinée...
Les cheveux au vent, le sourire accroché, les yeux pleins d'étoiles...
Un autre jour, une nouvelle année...

Encore un joli réveillon, tout en rire, en folie, en paillettes...
Un réveillon plein d'amour...

J'espère que le tien s'est bien passé.
D'ailleurs si tu devais me le résumer en 1 point. Juste 1.
Ça donnerait quoi?

Posté par la-raconteuz à 03:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 décembre 2012

Y'a quelqu'un qui m'a dit...

Depuis ma gamelle je préfère laisser Moby sur le parking quand il pleut et lever le pouce.
C'est plus sûr.
Ici tu peux faire du stop sans te poser la question suivante: « Est ce que je risque de me retrouver découper dans un bois en montant dans la voiture de quelqu'un que je ne connais pas? »
De 1: parce que tu connais tout le monde. Et que c'est rarement quelqu'un que tu connais qui risque de te découper en morceaux.
Et de 2: parce que... parce que je sais pas mais les gens ici ils font pas trop des trucs bizarres comme on lit partout dans les journaux. C'est vrai quand on y pense, les faits divers de l'île c'est un peu les actualités des bisounours.

 « Le gentil chauffard qui a malencontreusement rayé la portière de mon auto serait prié de me contacter afin de trouver un arrangement à l'amiable parce que de toute façon il y a eu des témoins »

Ou encore.

« La personne qui est partit avec ma voiture sans se rendre compte que ce n'était pas la sienne serait bien aimable de me la redéposer là où il l'a trouvé ».

J'éxagère à peine...

 

Tout ça pour dire que de bon matin, me voilà partit à la superette munie de mon poum-poum short (pour éviter d'attendre trop longtemps en plein cagnard) et de mon pouce en l'air. Quelques minutes à peine et zou 2 gentils messieurs dans une belle voiture s'arrêtent.
En voiture Simone!

N'étant pas très matinale je les laisse continuer leur bavardage et profite du trajet pour revoir ma liste de courses.

Ça parle projet d'avenir, de foi en l'humain... que des trucs chelou dans le genre...j'avoue que j'arrive pas trop à comprendre de quoi ça s'agit leur discussion.

Et c'est là où l'un des deux se sent obligés de me faire partager leur plan.
Ils sont ici en mission, ont appris des choses et veulent les partager avec les gens de l'île.

Hum hum... ma curiosité en demande un peu plus les gars.

_Genre vous avez trouvé quoi?
_Des choses mystérieuses dans les écrits.
_Genre des chasses au trésor?? Des vieux manuscrits??? Des pyramides???!
_Nous avons trouvé la vie éternelle.
_Wouaw vas y tu déconnes?

Dans quelques secondes je vais découvrir le produit miracle qui fait que ayè on va plus mourir?!

_Vas y! Expliquez moi votre truc! Moi aussi j'en veux!

Et c'est là où j'ai compris que je me faisais complètement embobiner parce que le monsieur il commence sa phrase par « Dieu nous a dit que... »

Ha ouais d'accord... pffffff comment j'suis trop naïve moi!
J'étais sûre qu'ils allaient me sortir le truc de ouf malade pour pas mourir.
Non parce que, depuis que je me rapproche sacrément de la trentaine, je commence à bien kiffer et ouais pourquoi pas, s'il y avait un truc qui fait que bah je pourrai rester encore plus du double que ce que j'ai déjà fait ça pourrait être pas mal.
Genre je pense pas que je vais atteindre les 90 piges en mode hyper easy.
Enfin j'sais pas hein mais des 60 aux 90 ça m'a pas l'air d'être l'éclate totale de toute façon...

Bref. Les voilà à me baratiner de « Dieu nous a dit que... »
Oui oui moi aussi y'a quelqu'un qui m'a dit que... on connaît la chanson!

Et les voilà à me parler du 21/12/12... que je sais même pas de quoi ils parlent mais je sens qu'ils veulent me faire flipper!
En gros si je suis bien gentille et que je fais tout bien comme « Dieu nous a dit que » bah j'ai pas à m'inquiéter je serai épargnée de fin du monde.
_Ha carrément? Et faut que je fasse quoi?!

Je ne le saurai jamais puisqu'on arrive à destination. L'île est vraiment petite oui.

Perso, Dieu il m'a jamais trop dit ce que je devais faire dans la vie, mais ma mère elle m'a bien dit de toujours dire merci.

_Merci Messieurs de m'avoir pris en Stop. Ce fut un plaisir. Bonne journée à vous. Au revoir. Merci encore. A bientôt. Merci!

 J'espère juste que s'il se passe vraiment un truc le 21 décembre et bah j'espère qu'il diront bien à leur poto Dieu que la p'tite du bord de la route elle était hyper polie.

 

Posté par la-raconteuz à 14:40 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


14 novembre 2012

Camaruche ou la route de la mort...

De bon matin je pars avec mon fidèle destrier Moby, en mode hyper pepette (maquillée-coiffée-manucurée) pour me rendre au travail.

Le soleil brille, les oiseaux chantent et les ouvriers du bord de route me sifflent.
Tout va bien dans le meilleur des monde...

Jusqu'au moment où j'arrive à la descente de la mort, j'ai nommé Camaruche.

Camaruche c'est, suivant dans quel sens tu te trouves, une put*** de descente sa grand mère qui, de par notre revêtement en béton et non en goudron, est une vraie patinoire en temps de pluie.
Camaruche est aussi l'endroit où quand tu veux monter, toujours en temps de pluie, et bah la plupart des autos patinent au beau milieu même avec un bon 4x4.

T'imagines bien que grâce à la légèreté de Moby (et la mienne) je n'ai aucune difficulté à monter Camaruche. Le problème étant que pour descendre on ne fait malheureusement pas le poids.

Et autant quand je suis partie de la maison le soleil brillait, les oiseaux chantaient et les ouvriers du bord de route me sifflaient autant une fois arrivée à Camaruche y'avait plus le soleil, ni les oiseaux, ni les sifflements mais une couche de p'tite pluie fine sur la route!
Bordel de chiotte Camaruche avait pris le p'tit grain.
Et ça sentait pas bon cette histoire. Pas bon du tout, du tout!

J'te raconte.

J'entame le virage, virage en pente à 15% que mes yeux astigmates visualisent à presque 80%, on est comme sur la route de la Mort!
J'ai grave la trouille et je sens que Moby ne fait pas la fière non plus.
Sortie de virage, Moby se crispe, le train arrière paralysé.
Je tente de reprendre le contrôle grâce à la technique magique du frein-sandales, qui s'avère non efficace. Je préfère remettre mes pieds en sécurité dans les étriers parce que je sais que sur ce coup là Moby et moi on est mal.
Très mal.

J'vais pas te mentir, j'ai senti de suite qu'on allait chuter, que ça allait être un mauvais moment à passer et je ne pouvais garantir notre état à l'arrivée.
Mais j'allais tenter le tout pour le tout!

J'ai fait en sorte que la gamelle se passe le mieux possible.
Genre tu sais que tu vas bouffer le béton, que tu vas avoir un peu si mal quand même, mais tu cherches à avoir le moins de bobos possible.
Le truc un peu dangereux c'est que nous étions suivis par un gros 4x4 et qu'au moindre écart il pouvait nous écraser dans sa lancée.
Et le truc encore plus dangereux c'est qu'un autre gros 4x4 entamait sa montée.
En gros on était cernées.

Je me suis donc fait le plus toute molle possible, en gardant une certaine raideur dans le cou pour éviter de m'éclater la cervelle. J'ai gardé les cuisses bien serrées sur Moby pour ne pas qu'elle aille se faire percuter par les 2 gros vilains 4x4 et je nous ai fais faire un 180° de ouf malade histoire de rester le plus près possible du bas côté, ayant visualisé un peu plus bas une entrée de parking.

Au bout de quelques mètres sur le dos, la tête en bas, Moby sur moi, notre folle cavalcade se termine pile poil dans l'entrée de parking!

Well done gamine!!!
Le temps de faire l'inventaire des bobos (le dos juste un peu arraché comparé à ma robe) quelques bosses qui commencent déjà à sortir mais on va bien.
Je sais comment je m'appelle, Moby aussi.
On est un peu sonnées mais c'est pas pire.

Je suis quand même forcée de laisser Moby sur le bas côté et de foncer à l'hopital parce que quand même j'ai mal partout et bah.... ha bah oui merde je pleure!
C'est les nerfs, ça lâche toujours après.
Je me refait le film et j'me dis qu'on a quand même eu pas mal de bol.

Après 2heures d'attente à l'hopital, on s'occupe enfin de moi.
J'ai un oeuf sur le coude, mais ça va c'est pas l'os qui sort... un autre oeuf sur la cheville. Et des brûlures dans le dos.
Le Doc il est hyper halluciné de la non étendue des dégâts comparé à l'étât de ma robe et me dit que je dois être hyper souple... genre je vois pas le rapport mais lui il a dû le voir grâce à ma chute de reins écorchée... hum hum...genre j'ai surfé sur le béton...
Bon bah c'est bon, je peux rentrer m'occuper de Moby qui elle a un peu plus de mal.
Elle s'est cassé le pot la pauvre.

Au moment même où je vous parle elle est sortie d'affaire et sort du Doc des Mobylettes en fin de journée.

J'te rassure j'ai quand même hyper mal partout ce matin, style j'ai passé la nuit à boxer contre un chêne. Mais ça va, je vais bien!

Je vais juste devoir me trouver une auto... parce que Camaruche sur le dos tous les matins ça va pas être possible.

 

Posté par la-raconteuz à 17:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 novembre 2012

Comme un p'tit pressentiment...

Un pressentiment, rien qu'un tout petit doute qui te dit que non non non, tu ne monteras pas dans cet avion, parce qu'il y a eu un signe. Juste un ptit truc qui fait que tu le sais, tu le sens, ce sera ton tout dernier voyage. Le voyage du crash... du vas y qu'on coule en plein Atlantique ou qu'on explose en plein vol. Au choix.

Le signe ça a été une erreur sur ma carte d'embarquement. Rien de grave en soi, mais je pensais qu'avec toutes ces normes de sécurité on ne laissait pas passer quelqu'un avec une erreur colossale, que dis-je une erreur intersidérale, sur sa carte d'embarquement.
Mon nom et mon prénom correct.
L'heure et le numéro de vol correct.
Mon identité sexuelle... pas correcte!

Je suis, sur ce vol, Monsieur Soïzik P. Et à mon grand étonnement ça n'a choqué personne.
Je fais la queue, à défaut d'en avoir une, pour monter dans l'avion et là j'en informe une pote qui ne savait pas ô combien je pouvais être superstitieuse quand il s'agit de voler dans une machine qui est tout sauf un oiseau géant capable de porter 350 personnes. D'ailleurs le jour où les oiseaux se lanceront dans le transport d'humains je serai bien plus rassurée que de monter dans un avion. Mais passons.
Je révèle l'erreur, et c'est alors qu'elle me répond tout naturellement « Tiens c'est con, si on se vautre ils vont chercher un mec et là bah ça sera pas facile de t'identifier! »
Mon sang ne fait qu'un tour et je suis prise d'une envie incontrôlable de repousser mon départ. Sauf que, à moins de passer pour une psychotique névrosée, je n'ai guère le choix, je dois monter. Un petit coup de respiration ventrale... et ça repart.
Me voilà dans l'avion.
Comme à chaque fois avant de décoller je m'adresse à Roger (mon pilote perso imaginaire) à voix haute (mais pas trop pour pas passer pour une foldingue) dans mon micro magique imaginaire qui se trouve sur mon poignet gauche. C'est mon petit rituel anti-stress et impossible de décoller sans le faire.
Je lui demande s'il a passé une bonne nuit, s'il est en forme et s'il pouvait faire en sorte qu'on fasse un super vol. Je dois finir ce petit rituel par un bisou magique sur mon poignet et un « Je t'aime Roger ».
Sauf que là, y'a une hôtesse qui passe à côté de moi au moment précis du bisou magique et je ne peux aller jusqu'au bout. Miséricorde!
On ne coupe pas un rituel en deux. Il faut que ça file, que tout soit enchaîné, hyper raccord!!! Panique à bord!
Je me retrouve obligée de faire le bisou magique qu'une fois que cette dinde d'hôtesse se barre de ma rangée! Ça sent pas bon! Ha non non non. J'aime pas très bien ça du tout. Me revoilà à paniquer sévère.
Respiration ventrale... et ça repart.
Je tente de m'occuper en faisant des ptits tinouninou à Dinou (mon chat fils qui hait au plus haut point se retrouver dans un avion lui aussi, tu peux le lire ici).
Roger met les gaz et zou on décolle!

Même pas peur, enfin bien moins que Dinou qui se transforme en Roi de la jungle dans sa caisse.

Le vol se passe plutôt pas mal, jusqu'au moment où, au bout de 3 heures de vol, Roger prend le micro et va complètement pêter les plombs! Une femme s'est fait prendre à fumer dans les toilettes et Roger l'est hyper en colère.
Il nous dit qu'il faut 7 secondes pour qu'un avion explose en cas d'étincelle, qu'il en a rien à fouttre et que quitte à y passer il peut se la jouer en mode amerrissage et que dans ce cas on a aucune chance de survie parce qu'on est en plein milieu de l'Atlantique. Heu Roger t'es pas complètement barré de dire des choses pareilles??!
A quoi ça sert alors tout ces chalalas des hôtesses avec leur bouée et leur tuyaux d'oxygène?! C'est des mythos en fait c'est ça??! Vous faites tous croire qu'on pourra s'en sortir mais en fait vous le savez tous qu'il n'y a aucune chance??!
Haaaa Roger mythoooo! Encu** Roger!
Et moi en plus on pourra jamais m'identifier parce qu'ils vont chercher un mec et que moi j'ai pas de zizi bordel!
Et BAM me revoilà à hyper-ventiler... Respiration ventrale... et ça repart.
Roger t'es rien qu'un con d'abord et je t'aime plus mais là sur le coup je te le dis pas tant que tu m'auras pas redéposé sur le plancher des vaches! Et la prochaine qui se grille une clope dans les chiottes je la fais passer dans le trou d'évacuation!
C'est compris?

 Un signe, juste un signe qu'elle a dit la demoiselle? A ce stade c'est limite si c'est pas écrit sur grand écran qu'on va y passer. Parce que Roger qui dit haut et fort dans son micro que lui il est prêt à y passer ça prouve bien qu'en cas de ptits soucis technique il va pas faire de grands efforts pour nous sortir de là.

Put*** il fallait que je tombe sur un Roger hyper susceptible et pas super fan de la life... Jsuis deg...

Si j'te dis qu'une heure après j'ai encore cru y passer tu me crois?

Une heure après commencent des petites pertubations. Et ça j'aime vraiment pas du tout, du tout. Du tout.

Respiration ventrale... et ça repart pas du tout parce que là pour le coup ça secoue grave sa mémé dans les cocotiers et Roger reprend le micro. Il demande à l'équipage de bord de s'assoir et de s'attacher.
Ok là j'ai très si peur. Fais pas le con Roger, sors nous de là!!!
Et qui c'est que je vois assise en face de moi?
Et bah l'hôtesse qui m'avait coupé dans mon rituel du bisou magique! Jsuis à deux doigts de la traiter de tous les noms cette greluche et de lui hurler que tout ça c'est rien  que de sa faute, mais je suis bien trop occupée à enlever toutes mes fringues (coup de chaud de malade) et à essuyer mes mains qui pissent (j'ai jamais autant transpiré des mains).
Dinou quant à lui, se met à pisser tout court et je me retrouve pleine de son pipi sur les genoux, parce que pour le calmer je n'ai d'autres solutions que de mettre sa caisse sur mes genoux et de le caresser. Et ce, pendant les 8h de vol. Hyper pratique et confortable. Pour le coup je suis forcée de le mettre à mes pieds, et autant il ne supporte pas les vibrations des moteurs sous ses petites pattes autant il déteste se retrouver dans son pipi...
On continue à être secoué dans tous les sens et là je me fais une raison. Pour nous ça va être un sale moment à passer c'est sûr. Mais je sais que ça sera encore plus dur pour ma famille, mes amis... eux ils auront toute la vie pour avoir mal. Nous ça va aller vite....

C'est alors que Roger reprend la parole et nous dit qu'il a demandé l'autorisation pour aller encore un peu plus haut histoire de sortir de ce vent qui nous trimballe sévère.
Enfin moi, un vent qui fait bouger un avion c'est plus trop un vent mais une tornade mais bref. Si Roger il dit que là haut ça sera pas le vent et bah allons y!

Nous y allons et les hôtesses peuvent se détacher. Même la greluche. Je l'aurai bien attaché tout le reste du vol celle là!

Le reste du vol se passera normalement sauf que j'aurai un mal fou à desserrer la mâchoire et que  ça sentira si tant le pipi de chat sur moi. Roger a quand même fait un super atterrissage. Crâneur.

Et je lui ai quand même dis Merci et à la prochaine. A moins que la prochaine fois je rentre en bateau en fait...

Tu l'auras deviné je suis de retour sur le caillou.

Posté par la-raconteuz à 15:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

01 octobre 2012

Tout ce qu'un saisonnier doit savoir avant de partir pour St Barth

Ce message s'adresse à toi, Jeune Saisonnier qui a décidé de venir t'installer sur St Barth.

Voilà plusieurs mois que tu baves d'envie devant les photos de ton copain machin qui lui a déjà sauté le pas la saison dernière et après mûre réflexion (à base de conversation skype avec ledit copain machin qui t'as assuré dur comme fer que c'était trop le pied et que ouaiiis grave y'a toujours du taf sur le caillou et que tu vas gagner trop de sous et que tu vas avoir un peu de mal à trouver une case mais que bon tout le monde finit par trouver...nanani nanana) tu as décidé de stocker le peu de tes biens personnels dans le garage de Papa et Maman, de faire péter tes économies pour le sacro-saint billet d'avion et de te lancer toi aussi dans cette belle aventure de bout du monde.
T'es hyper motivé, t'en dors plus la nuit et tu flambes trop au bistrot du coin "Ouais les gars dans 1 mois je serai les doigts de pieds en éventail à siroter un Mojito à St Barth!"
Tu gardes pour toi le fait que tu flippes quand même pas mal ta mémé et que tu passes tes nuits à surfer sur les forums de voyage histoire de piocher les expériences d'autres foufous qui sont déjà partis là bas.
C'est alors que tu tombes sur des posts datant de 2007 où il n'y a que des questions et pas une réponse digne de ce nom... Ça te tord les boyaux mais là, impossible de reculer, copain machin t'attend de pied ferme et surtout t'as déjà acheté le billet (non échangeable, non remboursable).

C'est alors que tu tentes de googleliser des phrases improbables "Vivre à St Barth c'est comment?" "S'installer à St Barth sans un sou c'est possible?" "Trouver une case à St Barth en étant en métropole y'en a qui l'ont fait?" ou encore "Petites annonces St Barth: travail+logement+belle blonde".

Par chance tu vas tomber ici et tu vas me poser tout un tas de questions!
Mais comme je suis une nana hyper gentille et généreuse je vais te répondre de suite parce que moi aussi j'ai fait partie de cette vague de saisonnier qui arrive au mois d'Octobre sur le caillou.

Alors commençons par le plus important, LA chose à savoir avant de partir pour que ta saison se passe au mieux.
Bon et bien, voilà.
NE VIIIIIENS PAAAAS!!!!!

C'est pas qu'on veut pas de toi hein, non non, mais là objectivement va falloir aller ailleurs bordel!
Y'a plus de maison c'est pas plus compliqué que ça à comprendre.
Des personnes seules, des couples, des familles entières installées depuis des années et des années ne trouvent pas où se loger alors imagine bien qu'un petit saisonnier comme toi aura vraiment beaucoup de mal à trouver!

Et c'est pas pour dire, ni pour parler que de moi hein, mais après 1mois de petites annonces sur le journal local et de recherches actives tout ce que je récolte c'est des messages de vieux mecs célibataires qui veulent me caser dans leur pieu.
Si si j'te jure!
Y'en a un qui m'a envoyé ça: "J'ai vu ton annonce, ton profil me plaît. Pourrais-je avoir plus de détails? As tu le permis? Un travail? Quel age as tu? Je vis seul et la vie à 2 serait idéal dans ma ptite case!"

Nan mais mec est ce que mon annonce c'était : "JF, prête à vendre son corps contre un toit à St barth"?
Nan! Tu sais pas lire c*nnard?
J'ai mis: "Soïzik cherche colocation"!

Alors tu vois Jeune Saisonnier où on en est sur le caillou?
Je te conseille donc de prendre le globe de ta ptite soeur, de jouer au jeu de "La pauv' Lucette" et d'aller tenter ta chance ailleurs.

Ici on est COMPLET!

Par contre si tu décides malgré tout de venir tenter l'aventure (ce que je te souhaite bien evidemment) voici la suite de mon St Barth Trip.
Tu pourras te faire une petite idée de la vie sur le caillou.

 

Cet article a été écrit en 2012... et il est toujours malheureusement d'actualité.
Jusqu'où va-t-on devoir aller pour se loger sur St Barth???!

 

 

Posté par la-raconteuz à 14:35 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,

16 août 2012

Un 15 Août au boulot...

Ce matin j'ai un gros trentenaire dégoulinant de fric et transpirant l'autosuffisance qui rentre accompagné de sa femme dans une main et de son smartphone dans l'autre.
A peine bonjour, je comprends qu'il est en conversation hyper trop super importante avec un de ses associés.
Ca parle argent avec des chiffres à rallonge ainsi que de formules que j'ai jamais entendu de ma pauvre vie.

_ OK Jean Dav', tu me places 178 millions sur la D34-48 mais tu fais bien gaffe à bouger la 126R2 de 3%. Ok.
Ensuite tu me fais la même sur le DD84 mais tu mooves 1,97% de 345 millions sur la 40.
Jean Dav' t'as compris?
Putain Jean Dav mais fais le.
Fais juste ce que je te dis.
Cherche pas merde!!

Il raccroche et daigne enfin faire attention à ma présence, ce dont je me serai certainement passé.

_Bonjour Mademoiselle.
Vous allez bien?
Oui ça va?
Bien?

Putain mais ferme la ta sale gueule bordel, j'peux même pas en placer une làààà!!!
Ouiiiiii ça va conn#rd!!!

_Moi, je vais pas trop mal merci Mademoiselle.

Putain mais je t'ai rien demandé!

_Juste Jean Dav' qui m'a un peu gonflé. L'est con ce Jean Dav'. Je lui demande pourtant pas grand chose. Juste de faire ce que je dis!

J'essaie de me recentrer sur Madame sinon je sens que je vais lui foutre ma main dans la gueule... jsuis pourtant pas violente mais il m'enèrve sévère le Gros plein d'thunes!

_C'est vrai à la fin, c'est toujours la même merde avec lui. De toute évidence c'est toujours la même merde avec les exécutifs. Ils peuvent pas s'empêcher de vouloir réfléchir. Sauf qu'on leur demande pas de réfléchir.
Vous êtes pas d'accord Mademoiselle?

Et sinon, espèce de trou du c**  de c¨¨ de sa race, t'as pas l'impression que c'est toujours la même merde avec les gens comme toi. Les clients?!
Ils peuvent pas s'empêcher de rentrer dans une boutique, de pas dire "Bonjour", de toucher à tout, de tout déplier, de foutre leurs doigts dégueulasses sur les miroirs, de raconter leur life tout en demandant à mettre de côté des choses qu'ils ne prendront jamais!
De sortir en n'étant pas foutu de fermer une porte et surtout de ne jamais dire "Au revoir".
On leur demande pourtant pas grand chose aux clients.
Juste de faire péter la carte et de fermer leur gueule!

Alors tu vois gros con de décérébré, ici c'est moi l'exécutive et heureusement pour moi ça ne m'a jamais empêché de réfléchir!
Maintenant tu sors ta carte et tu dégages!

#Lespersonnagesetlessituationsdecerécitétantpurementfictifstouteressemblanceavecdesperson nesoudessituationsexistantesouayantexisténesauraitêtrequefortuite#

 

Posté par la-raconteuz à 00:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

21 juillet 2012

La prochaine fois tu feras une liste...

En arrivant à la case je me rends compte qu'on n'a plus d'eau et comme le Président de la Collectivité de l'île il a dit que l'eau du robinet n'est plus potable (l'a-t-elle été un jour?) et que même pour faire cuire un oeuf il ne fallait pas s'en servir (sachant que la coquille de l'oeuf ne se mange pas -un oeuf à la coque ne voulant pas dire qu'on va se gaver de la coquille- et que l'eau ne sera pas rentré à l'interieur dudit oeuf, je soupçonne un complot pro-commercial visant à remplir un peu plus les caisses de Super*).
Bref, on n'a plus d'eau et moi je n'ai plus de liquide. Ce qui va, une fois de plus me forcer à dépenser 15€ pour juste 1,5 litres d'eau minérale. 

Je fais un rapide tour des rayons et me tourmente intérieurement à savoir "de quoi on a vraiment besoin?".
Parce qu'acheter juste pour acheter ça a toujours eu tendance à me rendre complètement dingue. Ne trouvant pas de quoi on avait vraiment besoin (ayant fait le plein des courses 3 heures plus tôt) je fais le tour des mes envies et cours au rayon-dont-il-ne-faut-jamais-prononcer-le-nom: le rayon "Grosse Vache".
Et hop une tablette de chocolat aux amandes (78% de cacao ça réduit la casse) et zou un paquet de biscuits aux pépites de chocolat (Bio. Toujours. Pour faire staïle)
Huuuum des fraises!!! 4€ la barquette pour des fraises from les Etats Unis qu'elles vont jamais avoir le goût de Plougastel...j'hésite mais 4€ c'est bien et en plus ça fait des mois que je n'en ai pas acheté. Pas depuis qu'on vit ici en fait.

J'en suis donc à 10€. Plus que 5.

Je me lâche sur la chantilly (3,95€) pour donner un peu de goût aux fraises qui n'en auront pas et une boite de tisane qui fait pisser histoire de me persuader que tout ce gras ingurgité va direct s'éliminer dans le pipi magique.

C'est bon! J'en suis à 15€.

Bonsoir Madame... blablabla.... Merci Madame.

J'enfourche Moby et de retour à la case....

MERDEEEEUH j'ai pas acheté l'eauuuuu!!!!!
Espèce de grosse vache alzheimée tu vas le boire comment ton Pisse-Mémé?

Posté par la-raconteuz à 00:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :