08 octobre 2014

Lettre à une amie...

Toi & Moi ce fut un coup de foudre, une évidence.
Des semaines, des mois, que dis-je? des années que je t'attendais, esseulée, errant sur le bas côté.
Jusqu'à ce jour, ce jour où nos routes se sont croisées.

Toi, un peu timide et réservée.
Moi, exubérante et passionnée.
Ma folie, ta sagesse, ma fougue et ta tendresse nous ont entraînés dans de longues nuits d'ivresse.
Plus qu'une amie, un pilier. Un repère et une allier.
Combien de fois ai-je pu me retrouver dans des contrées inconnus, avec des personnes que je n'avais jamais vu, cherchant ma route, faisant passer le temps, à la recherche du Prince Charmant?
Tu restais pour me soutenir, pour me guider, me voir grandir...

Tu m'épaulais par tout temps, dévalant les routes cheveux au vent.
Il y a bien eu cette chute qui aurait pu nous être fatale, c'était sans compter sur ta force bestiale.
Camaruche ne nous arrêta pas, dans cette cavalcade qui aurait pu sonné notre trépas.

Mon amie, ma soeur, Moby aujourd'hui je te pleure...

Du plus profond de mon coeur je te remercie, et c'est non sans peine que nos chemins s'arrêtent ici.
Ma vie ne sera plus la même sans toi, mais je ne pourrai te conduire avec mon Poisson-Clown dans les bras.
Ce petit être aura besoin de soutien, d'un siège auto, d'un coffre et de bons freins.

Sache que je lui parlerai de toi, je lui dirai à quel point tu pouvais compter pour moi.

Je te souhaite une longue vie, de la joie, de la folie, et des étoiles au compteur.
Mon amie, ma soeur, Moby aujourd'hui je te pleure...

 

image1

 

 

Posté par la-raconteuz à 22:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


18 août 2014

Alors??? Ça pousse???!

Difficile de parler de la grossesse...
Ne pas choquer les âmes sensibles (là je parle des nullipares et des z'hommes), ne pas trop dévoiler son intimité (sachant que d'ici quelques mois je vais me retrouver avec un véritable défilé aux portes de mon intérieur, j'essaie de préserver le peu d'intimité qu'il me restera), ne pas trouver les mots pour raconter quelque chose de si "wouawww" et en même temps si naturel.
Ne pas vouloir poser de questions, par peur des réponses.
De toute façon même sans poser de questions, enceinte, tu as le droit à mille genre de "réponses" et soi-disant "conseils".
Ça part toujours d'un bon sentiment certes.
Mais il y a des conseils ou anecdotes dont on se passerait bien; comme l'accouchement sanguinolent de la cousine du frère de la copine Machine.  

Mais aujourd'hui, je me sens prête à te raconter.
Aujourd'hui je suis dans ma 21ème SA (Késako??) soit ma 19ème SG (Hein??), en gros j'suis dans mon 5ème mois mais pour de vrai il n'y a que 4 mois et demi de fait.
La moitié??!
Ha bah oui oui oui c'est la moitié!
ChampAAAaaa... ha non?

Bref.
Pour comprendre les SA et les SG sache qu'il faut avoir minimum un Bac+8 en Biologie ou alors il faut déjà faire partie du club secret des Mamans.

Étant en phase de transformation de nullipare (= 0 lardon) à primipare (= 1 lardon), je débute en la matière mais je ne suis pas non plus novice; ayant été une grande fan de Maïtena dans Les Maternelles.
Jusqu'ici je savais déjà pas mal de choses sur la période si fantasmagorique qu'est la fabrication d'un bébé.
Mais entre le savoir et le vivre, il y a un sacré fossé.

On m'avait pourtant dit qu'une grossesse chamboulait, mais je ne me doutais pas que c'était à ce point.

Il y a déjà la phase des 12 premières semaines.
Étant donné que de la semaine 0 à la semaine 5 je ne savais pas que je me transformais en Maman Kangourou, je n'ai pas ressenti de réel changement.
Mais aujourd'hui, avec du recul, je me rends compte qu'il y avait deux trois trucs d'assez louches.
Ho bordel, j'ai fais un déni de grossesse de 5 semaines!!!?
Rassurons nous, ça aurait pu être pire...

Et puis il y a eu La nouvelle.
La nouvelle que tu peux lire ici.
Et c'est là où tout a commencé à bouger en moi.

D'abord la fatigue.
Cette fatigue qui te cloue au lit, qui t'assomme du matin au soir, qui te fait dormir n'importe où, n'importe quand.
C'est comme ça que je me suis endormie au théâtre, ou à table dans mon assiette, et même par terre dans la cabine d'essayage de ma boutique.
Une vraie narcoleptique.
Tous les soirs à 20h30 les rideaux étaient fermés, ce qui est assez tendu pour tenter de garder une vie sociale.
Et difficile à comprendre pour ceux qui ont l'habitude de me voir tous les soirs dehors. C'est comme ça que je me suis ramassé des "bah dis donc t'es pas très drôle en ce moment..."
Non! Non effectivement je ne suis pas très drôle et je t'emm****!!!
Non je ne suis pas très drôle parce que là en ce moment je fabrique tous les organes d'un humain et ça me demande énormément d'énergie vois-tu?

Si certains ont pu me sentir un brin agressive (Ha bon???) ça fait partie du lot des sautes d'humeur.
Les sautes d'humeur.
Ce passage de l'état dépressif à hystérique en passant par des phases de joie intense.
Une vraie bipolaire.
Je me suis déjà retrouvée dans ma voiture à pleurer toutes les larmes de mon corps en écoutant Céline Dion (c'est moche), j'ai aussi pleuré en sentant l'odeur d'une crème qui me faisait penser à ma Mam'.
J'ai pu faire des crises incontrôlables parce que j'avais faim (ne jamais laisser une femme enceinte affamée, jamais!).
J'ai passé des heures allongée dans mon lit à ne pas avoir la motivation d'en sortir et des heures à m'observer dans la glace, à m'extasier devant ce ventre qui s'arrondissait, plus heureuse que jamais.
Je peux me sentir la plus forte de la terre, devenant louve.
Et le lendemain je peux me sentir la plus vulnérable du monde.
C'est les montagnes russes!
Et pour moi qui ne supporte pas de ne pas contrôler mes émotions je peux te dire que les tours de manèges m'épuisent!
J'ai l'impression qu'on est 15 là haut et que tout le monde veut s'exprimer en même temps.
Ce qui est assez étrange c'est que tous les jours j'entends : "La grossesse te va si bien, tu as l'air tellement apaisée, sereine... radieuse, épanouie..."
Alors pourquoi??
Pourquoi j'ai l'impression que c'est le bordel complet à l'intérieur???

On me dit que c'est "normal", c'est la transformation...
Mouais.

Ensuite il y a eu les nausées.
Un enfer.
L'envie de vomir qui ne te quitte pas du matin au soir.
Une odeur. Un coup de chaud. La faim. Une contrariété.
Et ce qui est le plus déstabilisant c'est que tu ne sais pas si gerboulette il va y avoir. Ou pas.
J'ai eu beaucoup de chance, je n'ai essuyé que 2 véritables gerboulettes.
Dont celle là: (âme sensible s'abstenir)
Un matin je pars de la case sur mon fidèle destrier, Moby, toute gerbouleuse et épuisée que j'étais, pour aller au travail.
Je profite du soleil, de la vue sur mer, cheveux au vent, jusqu'au premier dos d'âne.
Tiens, il se pourrait que mon petit dej ne veuille pas rester dans mon estomac ce matin.
Je lance les paris avec Moby: nausée ou gerboulette?
Et c'est là où je commence à me sentir hyper oppressée dans mon casque intégral.
Intégral le casque!!!
Je vais vomir dans mon casque et m'étouffer dans mon vomi!!!
J'ai trop de chaleur là dedans, j'étouffe!
M'arrêter! Il faut que je m'arrête!!!

Toi qui connais les routes de St Barth, tu sais que s'arrêter sur le bas côté ici ce n'est pas possible.
Si je m'arrête et que je vomis sur le bord de la route de bon matin, en 1h la moitié de l'île va croire que je me suis pris paye ta grosse caisse et que je ne suis pas hyper fraîche de ma soirée, radio ragots oblige.
Je continue d'appuyer sur le champignon de Moby et je sens, je sais, que cette nausée va se terminer avec un gros vomito.
St Jean? Pas de toilettes!
La station service? Pas de toilettes!
Je continue de rouler, en panique totale!
L'aéroport?? Oui!!! Oui il y a des toilettes!
Clignotant à droite, dérapage contrôlé de Moby à gauche, j'balance mon casque en escaladant les marches et Ô joie Ô délivrance!!!
C'est pliée de rire, que je m'accroche à la cuvette des toilettes et que je déverse mon p'tit dej, juste à temps.

Les nausées donc, ne préviennent pas et à chaque fois c'est le suspense.
J'ai trouvé un seul moyen de les calmer: manger.
D'où le fait de ne jamais laisser une femme enceinte affamée! JAMAIS! (bis repetita)
Manger toutes les heures.
Compliqué quand tu sais qu'il ne faut pas se servir du prétexte "M'en-fous-j'suis-enceinte-j'peux-engloutir-ce-que-j'veux-d'abord!" au risque de prendre 30 kilos en 9 mois.
Pour l'instant j'en suis à +4kgs au compteur, je m'en sors pas trop mal.

Après les nausées, il y a eu les envies.
Envies que tu ne contrôles bien évidemment pas. Ça aussi c'est flippant.
Ma première envie je l'ai eu un soir, vers 23h, une fois que toutes les superettes sont bien fermées sur le caillou!
Je me suis mise à avoir envie de... de... j'ai du mal à le dire tellement c'est tordu!
Je me suis mise à avoir envie de rillettes et de pâté.

Chez moi, la "sucrée", celle qui a été ensorcelée par le Monstre Chocolat, il n'y a jamais eu de rillettes dans le frigo.
JAMAIS!
Mais une envie de femme enceinte ne se discute pas et ne prévient pas!
Je suppliais, je geignais, je salivais d'envie pour des bonnes rillettes d'oie sur du pain qui croustille et des cornichons... mais je n'ai pu assouvir cette envie que le lendemain. Ce fut atroce.
D'ailleurs à quand le Ti Arabe du coin??!
La phase rillettes a duré quelques bonnes semaines et j'ai toujours un pot d'avance, au cas où. Juste au cas où.

Je n'ai pas eu d'autres envies significatives. Si je mets de côté les minutes passées dans la porte du frigo à me demander : "De QUOI j'ai envie?".
Ce qui veut dire en langage de femme enceinte : "Qu'est ce qui ne va pas me donner la gerboulette?".

Par contre j'ai eu des dégoûts.
Un beau matin je me suis mise à être dégoûtée par l'odeur de la citronnelle alors que j'ADORAIS ça.
Hyper pratique quand tu dois te badigeonner toutes les heures d'anti-moustiques Bio pour ne surtout pas attraper le Chik'...
1 cession anti-moustiques = la gerboulette = manger = rillettes!
Ce qui d'un point de vue mathématique revient à dire que si j'ai mangé autant de rillettes c'était pour me protéger du Chik'!

Les dégoûts donc.
Un soir je rentre à la case et le Captain m'avait fait un plat au curry, j'ai cru vomir sur place!
_"Ha bah t'aimes plus le curry? Hier t'aimais ça...
_ Oui bah non, non je n'aime plus le curry, je hais le curry!!! Cherche pas c'est comme ça!
Donne moi des rillettes plutôt!! J'veux des rillettes!!!

Et puis il y a eu la gerboulette en sentant l'odeur du café, de la mangue, de l'ananas, et pire...
J'ai passé des semaines à ne pouvoir avaler un carré de chocolat!!!
What the Fuck???! C'est quoi cette transformation de malade??
Genre ça y est? Je vais me mettre à manger comme Shrek maintenant?
Des tripes? Des rognons? Du foie de mouton? Des gencives de porcs???
C'est là où j'ai compris que j'étais en train de devenir une autre.
Complètement opposée à celle que j'étais, ensorcelée par le Monstre Rillettes&Co'.

Par chance les nausées ne sont plus qu'un vilain souvenir, tout comme les envies, les dégoûts et la fatigue.
Aujourd'hui j'ai retrouvé une vie normale.
Enfin... "normale"!

On m'avait dit "tu vas voir, passé 12 semaines, tout va rentrer dans l'ordre".
La fin des 12 semaines annonce le début du grand kiffe paraît-il.
Déjà tu commences à te détendre parce que le risque de fausse couche est derrière toi.
Hyper angoissant de te dire que ce 'ti bout de bébé peut s'envoler en deux temps trois mouvements... Horrible même.
Le risque de Trisomie est, lui aussi, éloigné et bébé continue tranquillement de grandir.
Donc oui, on entre bel et bien dans la phase du Grand Kiffe!
Dans la phase de l'épanouissement.

Le grand kiffe ça a surtout été quand on a vu le Poisson-Clown bouger pour la première fois à l'écho.
La vraie prise de conscience avec ce qui était en train de se jouer en moi.

Wouaw! Ha mais c'est qu'il y a vraiment un humain dans moi là??!
Un 'ti d'homme(ou fille) qui bouge et qui fait sa vie tranquille le chat??
Je suis VRAIMENT en train de fabriquer un bébé?
Et ça aussi... entre le savoir et le vivre, il y a un fossé.

Le début de la grossesse n'est donc que chamboulement et prise de conscience.
Une vraie transformation oui.
Difficile à comprendre pour l'entourage (entourage = hommes) qui te catalogue de suite dans Ta nouvelle case de "femme-enceinte-relou-avec-ses-hormones!"

Mais aujourd'hui je peux vous l'avouer Messieurs.
Tout ça c'est du cinéma les gars!
On fait EXPRÈS d'être aussi relou juste pour faire l'intéressante et pour vous faire ch*** ! 
HaHaHa (rire démoniaque) on vous a bien eu hein, avec nos soi-disant hormones et tout le baratin...
Les hormones c'est la seule excuse qu'on ait trouvé pour justifier le fait de vous faire vivre un enfer... juste pour le plaisir de faire ch***!
On simule les nausées, on exagère le fait de ne plus pouvoir contrôler le phénomène de faim, on se force à chialer comme des patates pour un oui ou pour un non, on provoque des crises, on joue la comédie de celle qui ne tient plus debout pour pouvoir tranquillement aller végéter sous la couette!!!
Et en plus on ose vous demander de la compréhension et de la compassion.
Quelles vilaines créatures sommes nous!!!
Non mais on est en plein délire! Où va-t-on??
Haaaa Messieurs, si vous saviez... mais vous ne saurez jamais.

Mais juste comme ça, juste au cas où... le prochain qui ose me parler de mes hormones je lui fais bouffer ses genoux accompagnés de ses dents!
Suis-je claire??!

Mais passons.

Aujourd'hui, à l'aube du 5ème mois je me sens toujours en transformation.
Transformation pas seulement d'un point de vue physique (Jésus Marie Joseph! Après 15ans de vaines prières, de maraboutage, de formules magiques et de doux espoirs; j'ai des SEINS!!!) mais surtout d'une transformation intérieur.

Oui c'est vrai je suis plus calme (LOL), plus sûre de moi (MDR), je me sens plus "femme" (PTDR), non pas que je me sois déjà sentie "Robert" mais oui, enceinte, je me sens devenir vraiment "Femme" (EXPTDRrrrrr)
(Veuillez excusez mes abréviations d'adolescente, la grossesse peut aussi être synonyme de régression...)

Je me sens bien plus présente et en même temps comme au dessus de moi, à côté.
L'ambivalence des sentiments.
Jamais vraiment dans une conversation.
Comme à la ramasse.

Surtout en soirée.
Les soirées ici, comme partout ailleurs, sont synonymes d'alcool, de bruit, de fête, mélangé souvent à du grand n'importe quoi.
Tout ça ne me convient plus et je me retrouve à squatter des bouts de canapé, à faire semblant de passer un bon moment, à répondre aux questions qui ne concernent plus que mon gros ventre et je me sens horriblement seule passé 22h.
Heure à laquelle plus personne ne fait attention à ma présence.

Ha bon je ne vais plus faire des bonds de cabri en me déchaînant sur la piste?
Comment ça je ne ris plus à gorge déployée à la moindre petite blague?? (L'alcool aidant à trouver la blague du copain Machin hyper tordante)
Quoi??? Je ne vais plus enchaîner verre sur verre et clope sur clope en passant d'une conversation à une autre? (sans verre et sans clope je n'arrive plus à suivre la conversation d'une bande d'alcoolisés... étrange non?)
Et si après 22h on s'intéresse encore à ma présence ce ne sera que pour poser des mains non invitées à toucher mon ventre.
Et une main par ci sur le bidon!
Et BAM! 2 mains par là placardées.
Et Zou la femme du voisin de ma copine qui se permet de me peloter l'abdomen la clope au bec!

STOOOOP!!!!
Est ce que moi je me permets de vous toucher comme ça???
Non mais c'est quoi ce délire avec le gros ventre?
C'est hallucinant, je ne suis plus que le ventre d'une femme enceinte.

La moindre des choses, quand on se connaît à peine, serait de me demander si tu peux poser tes pattes sur moi!
Parce que si c'est fait avec bienveillance et amour je ne mettrai aucune objection à ce que tu touches, mais DEMANDE!
Il y a mille façon de demander.
Par des mots, mais aussi par un geste délicat, par un regard attendri. Mais en soirée, personne ne demande.

Par contre il y a quelques questions qu'on me demande régulièrement. Surtout en soirée.

"Alors ça pousse??" (Tu parles de quoi? De mon ventre ou de mes seins??! Vicelard!)
"T'es enceinte??! Ha bah j'étais pas sûr..." (Non non j'ai juste trop abusé sur le couscous!)
"Et tu sais ce que c'est???" (À priori un bébé mais j'suis pas encore certaine.)
"Ha bon?? Vous voulez pas savoir ce que c'est??? (Bah si, un bébé, j'viens de te le dire!)
"Ho mais si vous ne savez pas ce que c'est, comment vous allez faire pour acheter ses habits?" (On le laissera tout nu avec une feuille de bananier en guise de couche, le vert c'est mixte non?)
"T'as déjà vachement de ventre dis donc... t'es sûre qu'il y en a qu'un?" (...)
"Et c'est pour quand??! (Pour la semaine prochaine vu comment tu me trouves déjà si grosse!)
"Et tu le sens bouger déjà?" (Pour le moment, hormis des gros prouts je ne sens rien non)
"Non parce qu'au début quand tu le sens bouger ça fait comme des bulles... tu les sens pas??" (Si, les bulles de prouts je les sens vachement bien si!)
"Et vous avez des idées de prénoms?" (Bernard si c'est une fille et Josiane si c'est un garçon, on trouve ça hyper original!)
"Et t'as arrêté de fumer j'espère!??" (Non mais...) "Quoi t'as pas arrêté?? Mais c'est hyper mauvais!!" (Oui je sais, mais si tu m'avais laissé finir tu saurais que je ne fume que des bouts de clopes, et qu'il vaut mieux que je fume un tout petit peu plutôt que bébé me ressente bouffée par le stress et le manque!)
"Et tu veux allaiter?"
"Et t'as pas peur de l'accouchement?"
"Et tu veux la péridurale?"
"Et....??????"

Et sinon? Juste me demander comment je me sens, c'est possible?

Comment ne pas se sentir en décalage quand tout ne tourne qu'autour de mon ventre, alors qu'il m'arrive moi même d'oublier que je suis enceinte??
Et d'un autre côté, je sens que j'ai déjà oublié celle que j'étais avant d'être ce ventre...

Je suis toujours moi. Mais pas que.
Je suis moi et ce bébé d'amour qui grandit.
Je suis moi et celle qui porte la vie.
Je suis moi.
Plus celle d'avant mais pas encore celle d'après.

 

photo
Parce qu'avant j'avais des pieds... mais ça c'était avant!

 

Et puis il y a eu ma 1ère soirée "filles". 
Ma 1ère soirée avec des Mamans.
Et c'est là où j'ai compris que j'étais passée de l'autre côté. Du côté de celles qui comprennent, qui savent, qui sentent.
Ma 1ère soirée où je me suis sentie à ma place, plus en décalage, plus à côté de la plaque.
Et ça m'a fait tellement de bien, ça m'a rassuré.

Parce que même si j'ai l'air hyper sereine et épanouie je suis quand même pétée de trouille.

L'inconnu fait toujours peur. Et cette aventure c'est l'inconnu total.

Il y a beau avoir les livres, les articles, les vidéos... je n'ai encore rien trouvé de plus rassurant que le contact humain.
Alors merci à toutes ces Mamans qui m'écoutent et surtout à la mienne qui respecte mes choix sans rien dire.

Puisqu'on a fait le choix de rester ici, de ne pas rentrer au pays et de donner naissance à notre Poisson-Clown à St Martin.
Après avoir longuement hésité et changé d'avis 3 fois...
C'est d'ailleurs 10minutes après avoir pris cette ultime décision que le Poisson-Clown s'est fait sentir pour la 1ère fois!
Pas de doute, cette fois ce n'était pas un prout! :-)
À croire que l'idée de venir au monde dans le froid de l'hiver métropolitain ne lui plaisait guère.
Parce que bébé est prévu pour le 8 Janvier!
À tout moment je vais être la relou du 31 Décembre et me retrouver nez-à-chatoune avec un Doc un peu pumpédup de son réveillon.

On lance les paris??!

Voilà en quelques mots où j'en suis de ma transformation.
À la moitié.
Jours après jours le Timoun grandit et moi je change avec lui.

Je le sens, je lui parle, je le touche.
Je danse avec lui, je chante pour lui.
5 mois déjà qu'il fait partie de notre vie.
Et ça vaut toutes les transformations du monde!

La grossesse... une aventure incroya-llucinante! La plus tourneboulesque de ma vie.

 

Pas la peine que je te parle des jambes lourdes, de ptyalisme (à ne pas confondre avec le priapisme qui n'a aucun rapport) d'hyperhidrose, d'hirsutisme, de constipation, des RGO, de dyspnée, de pollakiurie et autres petits tracas de la grossesse...
Non, je sens que ce n'est pas la peine que je te parle de tout ça.

Posté par la-raconteuz à 13:38 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : ,

08 juin 2014

Contre vents et marées...

Ma traversée:

Je l'ai claironné haut et fort, bombardé sur Facebook , hurlé sur les 21kms² de mon caillou. L'information est passée de St Barth à Singapour, en migrant par Bora Bora et Angoulême.
J'ai dû arroser mon départ mille fois et faire mille bisous de au revoir.
J'ai donné les consignes pour Dinou Fils à Tata Sarah, prévu mon retour sur le caillou en Juillet et programmé les futures retrouvailles avec mon Captain aux Philippines en Août.
Tout était prêt.
Le bateau, les potos, mon sac à dos.
J'avais la trouille au bide mais j'étais prête.
Prête à vivre une expérience des plus folles: traverser l'Atlantique!

Je m'étais dis à l'époque (oui c'était il y a seulement 1mois, mais il y a 1mois c'était comme il y a 1000ans pour moi) je m'étais dis donc "Traverse petiote, ça fera encore une belle aventure à raconter à ta marmaille! Tu pourras leur dire que leur mère, à 30piges, elle a traversé l'Atlantique!!".
J'étais fière.
Fière de ce que j'allais vivre malgré la pétoche qui ne me lâchait pas d'une semelle.

Je pensais à la mer, au ciel, aux couleurs, dégradé de bleu.
Je m'imaginais à la barre, de nuit, sous un ciel magique.
J'entendais déjà les dauphins jouer autour du bateau.
Je rêvais de ne sentir que le vent et les embruns, bercée.
J'attendais les parties de scrabble, de cartes, ces parties de rire en pleine mer.
Je fantasmais le lever du jour, une tasse de thé fumant à la main.

J'avais donné rendez vous aux autres potos qui traversaient sur d'autres bateaux.
Rendez vous donné aux Açores.
On parlait déjà de faire le mythique dessin de l'équipage et de lever nos bières Chez Peter.
J'avais les yeux qui brillent, le sourire aux lèvres, ravie de faire le tour du caillou et de répondre aux gens "Ouiiiiiiiii je pars dans 3 jours!!! Dans 3 jours je traverse l'Atlantique!!!"

Ça les faisait marrer les marins, les vrais. Ceux qui ont déjà traversé plein de fois. Ils se marraient de me voir si excitée et n'hésitaient pas à me raconter leurs tempêtes... Je riais, jaune, mais les étoiles dans les yeux ne me quittaient pas.

Mais ce que je ne savais pas 3 jours avant de partir, c'est qu'une autre aventure m'attendait.

Une plus folle, une plus belle, une dont tu te souviens toute ta vie.

Et c'est là où je te fais le roulement de tambours, le schlack schlack, le tonnerre d'applaudissement...

3 jours avant de partir traverser l'Atlantique donc, j'ai appris, qu'avec le Captain, on allait accueillir à bord de notre vie un ti pirate ou une tite sirène!

Le polichinelle était déjà bien au chaud dans mon tiroir depuis 1 mois.
Sans rien demander à personne il a senti que la mer était belle et le vent un peu trop clément et s'est empressé de déchaîner les éléments.

La tempête à la lecture des fameuses 2 barres. 
Celle qui te cloue dans ta cabine et qui te donne un mal de mer des plus violents!

Prêts / pas prêts?
Le moment / pas le moment?
Joie / trouille?
Oui / Non?

On a dit OUI!
On a dit "Tope là petit on va te faire un accueil de folie!"
On a dit OUI parce que ce timoun c'est une surprise, une belle aventure, un cadeau.
C'est déjà de l'amour et rien que d'l'amour.
Ce sera Notre Traversée.

Alors voilà, voilà pourquoi je ne suis pas partie. Le Captain non plus d'ailleurs.

Mais je sens que cette aventure sera la plus belle, la plus haletante, la plus trépidante de nos vies.

Aujourd'hui le timoun a déjà des jambes, des pieds, des bras, des mains. Il doit mesurer presque 4cms.
On l'a déjà vu 2 fois et c'est... c'est...

En fait, il n'y a pas de mots pour dire ce que ça fait de voir pour la première fois ce p'tit être que je suis en train de fabriquer, tout petit, si petit, si confiant, dans les ténèbres de mon col de l'utérus.
Pas de mots pour décrire ce qu'on a ressenti quand on a entendu son coeur battre pour la première fois.
Impossible de décrire ce que ça fait de se dire qu'on va devenir des parents.

Un papa Captain', une maman Clown... ça promet!

Après cette grande nouvelle, je me permets de tous vous embrasser et de vous dire que j'vous z'aime!

Comment ça je me transforme en guimauve??
Moi sensible et à fleur de peau??
Mais naaan!
Je tiens hyper le cap'!

Vogue la galère, souquez les artimuses,
Contre vents et marées on va avoir un bébé...

Posté par la-raconteuz à 17:26 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2014

Telle mère, telle fille...

J'te l'ai pas dis mais j'ai eu ma Mam' en vacances sur le caillou la semaine dernière. Et avoir ma Mam' sur le caillou bah moi ça m'a fait hyper super plaisir.
Haaaalala oui comment ça m'a fait hyper super plaisir...

Mais d'abord il a fallut qu'elle arrive jusqu'ici.
Et pour ma Mam', prendre le train, prendre une navette, dormir à l'hôtel, reprendre une navette, arriver à l'aéroport, s'enregistrer, embarquer, survoler l'Atlantique, récupérer sa valise, se réenregistrer, réembarquer, atterrir sur le caillou bah c'était le pire truc qu'elle ait eu à faire de sa vie. 

Non mais Mam', c'est hyper simple j'te dis! T'as juste à suivre les panneaux... T'as déjà fais pire que ça non? Non? Mais si Mam' t'as déjà fait pire, t'as accouché y'a plus de 30ans sans péridurale!! Ça moi je suis pas certaine de pouvoir le faire un jour... alors venir jusqu'à St Barth seule, j'te jure que c'est de la nioniotte.

Bien évidemment elle a réussi et elle est arrivée sur le caillou.
Elle est arrivée avec des bouts du pays, avec des p'tits cadeaux, avec des photos de la famille, avec ses yeux pleins d'étoiles et ses bisous qui sentent si bon.

L'année dernière je lui avais fait découvrir le caillou avec ma bande de joyeux zouaves à terre et cette année je voulais qu'elle découvre la mer.

Elle a donc fait son baptême à la voile sur le beau bateau de mon Captain'.

"Mam' tu te débrouilles pour poser tes fesses dans ma copine Dinghy sans passer par dessus bord d'accord, et sans te prendre les pieds dans le bout et puis après tu t'éloignes bien de moi parce que quand je vais démarrer ma copine Dinghy bah je vais donner un grand coup de coude et je voudrais pas te casser le pif, alors tu t'éloignes de moi mais tu tombes pas à l'eau hein?
Après quand on arrive au bateau bah tu poses ton pied sur le boudin et tu t'accroches hyper à la filière et nous on va te hisser.
Ok?
Ensuite bah tu t'assois peinard mais tu fais gaffe à pas te prendre l'éolienne et puis tu touches pas à ça, ni à ça et puis quand on va empaner bah tu feras bien tout ce que je te dis. Et puis... Et puis si t'as envie de faire pipi tu me diras que je t'explique pour la pompe et puis euh...
Ha et puis si, si y'a un grain bah faudra pas que t'aies de la trouille parce que ça fout de la trouille les grains mais ça va, on gère.
Et puis aussi, si ça gîte beaucoup et que t'as l'impression qu'on va chavirer bah non on va pas chavirer, mais tu t'accroches hyper hein??!
Ok?
Et puis bah espérons que t'aies pas le mal de mer surtout. 
Ok Mam' t'as bien tout compris?"

Bah grave qu'elle a tout bien compris!
Et c'était assez chouette de la voir découvrir la mer. Les yeux pleins d'étoiles et pleins de larmes de joie à l'heure du Sunset.
Elle nous a fait une montée sur le bateau toute en souplesse, elle s'est bien assise à l'arrière sans toucher à rien et même qu'elle a pas eu le mal de mer!
Et elle a même pas eu de la trouille quand on s'est pris un p'tit grain.
Bon en même temps Mam' c'est une Bretonne alors la pluie et les tempêtes elle connaît.

Après ça elle a fait son baptême de Moby.
"Mam', sur Moby t'as rien à faire. Juste à rester hyper souple et à te pencher comme moi et puis tu t'accroches bien à moi aussi. Et dans les côtes tu te penches hyper en avant pour qu'on monte et dans les descentes bah tu forces un peu sur les cales-pieds pour pas me faire glisser. Et puis euh, si, quand tu vas descendre de Moby bah tu fais gaffe à ton mollet. Va pas toucher le pot avec, ça brûle.
Ok?
Ok tu restes bien souple et t'as pas de la trouille hein?
Moby et moi on gère.
Ok Mam' t'as bien tout compris?"

Bah autant elle a géré en bateau, autant sur Moby... aïe aïe aïe!

Elle a eu un coup de trouille et elle a faillit nous mettre toutes les 3 dans le zion!
En plein virage-de-la-mort-en-descente elle s'est tétanisée et s'est mise à pousser des p'tits cris de hamsters affolés. Forcément j'ai commencé à perdre l'équilibre et Moby ne savait plus du tout où donner de la tête. J'ai évité la catastrophe en criant plus fort qu'elle et en lui faisant faire des exercices de respiration et de relaxation.

"Respire Mam', souffle bordel, allez souffffffle. Et arrête de crier nom de nom! Arrête! Souffffle!! Mais respiiiire bondieu! Quoi je crie? Comment ça je crie!?? Mais oui je crie mais tu me laisses pas le choiiiiix, je peux pas m'arrêter Mam'!!!"

Une fois le virage-de-la-mort-en-descente passé j'ai pu nous ramener à la case, un peu secouées mais vivantes.

"Mais Mam' t'as complètement craqué!!! T'es moitié barge ou quoi? On aurait pu se casser la margoulette avec tes c*nneries!! Haaaa mais y'a quand même rien de compliqué à rester assise et à te pencher tout comme moiiiiii!
Haaaaa mais tu me rends diiiingue!!!! C'est pas croyable de pas être cap de faire ça! Juste rester souple et te pencher!!!
Mais non mais... Mais Mam M*ERDEEEEUH!!!

STOP!

Qu'est ce qui me prend de lui crier dessus comme ça?
Pourquoi je suis pas capable d'entendre qu'elle ait eu d'la trouille?
Parce que je sais que si ça avait été une copine assise en panique derrière moi sur Moby, j'aurais pas crié comme ça. J'aurais jamais allumé ma pote comme j'ai allumé ma mère...

Alors pourquoi?
Hein pourquoi on crie toujours sur nos mères?
Pourquoi on a aucune patience avec nos mères?
Pourquoi on sait encaisser tout et n'importe quoi de nos copines alors que le moindre pas de travers de nos mères déclenche en nous un tsunami?

Non parce que je sais qu'on est tous pareils, je sais que ta mère aussi te rend dingue dingue dingue.

Quand elle se plante dans le jetlag et qu'elle te téléphone le dimanche à 7h du mat' alors que tu ne dors que depuis 2h...
Mais p*tainnn combien de fois il va falloir que je te le dise? On a 5h de décalage l'hiver et 6h l'été. Grrrrrr! P*tain mais je dormais làààà!

Quand elle arrive pas à brancher son skype et que tu as l'image mais pas le son. Que du coup tu dois lui donner les indications par téléphone.
Allo??? Mais branche le microooo bordel!!! Et règle ta webcam je vois que ton front là!!!

Quand elle commente tes photos sur Facebook.
Euh tu peux arrêter de pourrir mon mur steup'? Non parce que je vais finir par te bloquer j'te l'dis!

Quand elle te demande ce que tu fais cet été.
Comment tu veux que je te l'dise?? Je sais même pas ce que je fais demain! Ça t'amuse en fait hein? Ça t'amuse que je sois complètement paumée???!

Quand elle te fait LA réflexion "moi à ton âge..."
Oui bah je sais, toi à mon âge t'avais déjà 2 gamins, t'étais mariée et moi j'ai rien, je sais!

Quand elle te dis que tu as maigri alors que tu as l'impression que tu vas exploser tellement tu rentres plus dans rien.
NON! Non j'ai pas maigri! Mais va faire vérifier ta presbytie par contre, c'est pas normal que tu me vois si maigre!!

Quand tu lui parles de ta copine Machine qui vient de se séparer de son copain le Machin et qu'elle est siii triste copine Machine.
Tu te souviens Mam' de ma copine Machine? Hein? Tu vois de qui j'parle? Mais siiiii ma copine Machine qui vit à Mulhouse et qui était avec un c*nnard de Machin!
Au petit "hum hum" de ta mère et à son petit hochement de tête tu vois de suite qu'elle ne voit pas du tout qui est ta copine Machine et encore moins son ex c*nnard de Machin...
Mais tu m'écoutes jamaiiiis quand j'te parle!! Et arrête de dire "hum hum" quand tu sais pas du tout de qui j'te parle!!!

Quand elle te demande si t'as bien fait ta déclaration d'imposition, si t'as pris contact avec ta conseillère à la banque, si t'as payé ta taxe d'habitation, si t'as mis à jour ta carte vitale...
T'arrête!! T'arrête de faire comme si j'étais une raclure de la société! C'est relou!

Quand elle te dit: "T'as dis merci à la Dame?", "T'as dis Bonjour à la Dame?", "Fais attention en traversant la route", "Roule pas si vite", "Met ta ceinture", "Et tu me téléphones quand tu arrives"... Ou toutes ces autres petites remarques infantilisantes.
Non mais sinon t'es au courant que j'ai plus 4ans???

Quand elle vient en vacances/week end chez toi et qu'elle laisse traîner ses affaires.
Mam' ça te dérangerait pas de virer ton sac et tes chaussures de l'entrée steuplait? Met les dans la chambre tu veux! Non parce que si tout le monde faisait pareil, d'ici dimanche soir on pourrait plus sortir de la maison. Et dimanche soir... hein c'est bien dimanche soir que tu dois partir non?

Ça marche aussi dans le sens inverse:

Quand TU vas en vacances/week end chez elle et que TU laisses traîner tes affaires et qu'elle te demande de virer ton sac et tes chaussures de l'entrée. De les mettre dans ta chambre, parce que si tout le monde faisait pareil, d'ici dimanche soir on ne pourrait plus sortir de la maison. Et dimanche soir... hein c'est bien dimanche soir que tu dois partir non?
Mam' j'ai TOUJOURS laissé traîné mon sac et mes chaussures dans l'entrée... 'Serait temps de lâcher l'affaire, je les rangerai JAMAIS. Tu entends? JAMAIS!

Quand elle commence sa phrase par: "Tu te souviens du vieux Fernand?"
Non Mam' je me souviens pas du vieux Fernand! Mais j'imagine que tu vas me dire qu'il est mort. Tu sais Mam' j'm'en fous un peu de la rubrique nécro du village...

Quand elle se casse les couettes à te faire une omelette alors que ça fait 15ans que tu lui répètes que tu DÉTESTES les omelettes.
Tu l'fais exprès? Bah si tu l'fais exprès... Je HAIS les omelettes et NON je veux pas REgoûter, si à 30ans j'aime pas les omelettes, j'aimerai jamais les omelettes!
(ça marche aussi avec les salsifis, les épinards et autres choux de Bruxelles)

Quand elle te fait la réflexion que ton pantalon n'est pas repassé et que vraiment les plis ça fait pas très propre...
Tu crois que j'ai que ça à faire le dimanche matin??! Repasser mon linge?? Mais moi Mam' le dimanche matin je dooors et j'vois pas en quoi 4 plis feraient crade. A quoi sert que je le repasse dans 1heure il sera défroissé d't'façon!

Quand tu profites de son séjour chez toi pour qu'elle te recouse un bouton, une bretelle, une chaussette et qu'elle ne peut pas s'empêcher de te faire la petite remarque: "Il serait peut être temps qu'à 30ans tu saches coudre non..."
Désolée Mam' mais moi à l'école on m'a appris à faire des tableaux Excel, à envoyer un email, à créer un site internet mais pas à coudre!

Quand elle te demande de passer un coup de téléphone à ta Grand-mère, à ta Grand-tante Monique ou autres membres de la famille que tu n'as pas vu depuis mille ans.
Non mais j'ai pas envie Mam'. Vraiment j'ai pas envie de cramer 1heure de mon forfait pour entendre une p'tite vieille se plaindre... P*tain mais elle pourrait pas avoir une boîte mail Mémé aussi là?!

Quand elle se permet de te reprendre sur ton mode d'éducation avec tes gamins.
T'es gentille Mam' mais c'est moi leur mère ok? Donc laisse moi faire comme je l'entends tu veux?! Moi j'suis pas allée te dire que tu avais merdé mon éducation si?
Si?
Bah si voilà j'te l'dis, t'étais hyper trop laxiste avec moi en fait! T'as vu ce que ça donne aujourd'hui???

Quand elle t'appelle par le prénom de ta soeur. Et pire par le prénom de ton frère.
A preuve du contraire j't'ai jamais appellé "Papa" moi!! Alors merci de pas te planter à chaque fois! Ça m'saoule!

Quand tu vois qu'elle galère toujours autant à se servir de son portable et que ça fait des "bip bip" quand elle tape un texto, et qu'elle met 15mins à le taper.
P*tain mais tu peux pas enlever les "bip bip" là... Et il serait peut être temps que tu passes au smartphone aussi. Il date de Mathusalem ton bordel!

Quand elle te fait du chantage affectif pour que tu baptises tes gamins ou que tu te maries à l'église...
Mais j'y crois pas à tes Jésus Marie Joseph! J'm'en tamponne le coquillard de tes Jésus Marie Joseph!!!

Quand elle te dit "laisse moi réfléchir et je te rappelle" quand tu lui demandes de garder tes gamins.
Faut que je sache maintenant Mam'! C'est MAINTENANT que je dois donner ma réponse à ma pote Sophie pour le week end Thalasso!!! Alors si!
On dit que SI tu me prends les nains! Allez... D't'façons t'avais quoi de prévu toi ce week end là? Rien!
T'as jamais rien de prévu toi alors c'est bon hein, on dit d'accord Mam'!
Merci.

Bref.

On a tous ZERO patience et tolérance avec notre mère.
Je te rassure la mienne ne me fait ou ne me dit pas tout ce que j'ai pu énumérer plus haut.

Moi la mienne, ce qui me rend le plus dingue chez elle c'est qu'elle plane.
Elle est à l'Ouest. Elle est naïve. Elle a peur de tout. Et elle pleure tout le temps.

Et quand j'y réfléchis bien, si ça me rend dingue c'est parce que je sais que je suis comme elle. 
Moi aussi je plane, moi aussi je suis souvent à l'Ouest, moi aussi je suis naïve. Moi aussi j'ai peur de tout. Et moi aussi je pleure tout le temps.

Sauf que moi, ce qui me sauve c'est que ma mère a su me donner tellement d'amour et tellement de confiance en moi que j'arrive à passer au dessus de mes trouilles.
Elle m'a toujours encouragée.
Elle m'a laissée faire tout ce que j'ai toujours voulu.
Elle n'a jamais jugé aucun de mes choix.
Elle m'a toujours dis qu'elle était fière de moi.
Et grâce à elle j'ai pu garder mon côté fêlé sans trop de difficultés.

C'est ça toute la différence. Moi j'ai eu d'l'amour.

(C'est atroce parce que je suis sûre que là, en lisant, j'vais encore la faire chialer)

Tout ça pour dire que des fois (souvent) je ne peux m'empêcher de me transformer en bouledogue avec ma mère. Et que souvent (toujours) je culpabilise.
Parce qu'elle ne me crie jamais dessus si je comprends pas un truc tout de suite, parce qu'elle ne s'enerve jamais si je fais trop cuire la viande, parce qu'elle ne m'envoie pas bouler si je téléphone au mauvais moment, parce que chez elle sera toujours chez moi. Parce que dans les yeux de personne d'autre je ne suis aussi importante.

Alors Merci Mam' d'avoir réussi à traverser la planète pour venir me voir, Merci pour le boeuf bourguignon, le filet mignon, le poulet-puréemaison.
Merci pour les bisous jolis, les "bonne nuit ma chérie".
Merci...

Et là c'est moi qui chiale comme une grosse patate parce que jusqu'à mon prochain retour au pays ça va faire encore beaucoup de dodos sans toi...

Posté par la-raconteuz à 18:23 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

12 mars 2014

Sur un air de déjà vu...

Bah on dirait que la raconteuz elle raconte pas très trop en ce moment...
C'est parce que j'étais en phase d'introspéction.
Donc en phase pas très drôle.
En phase où ça se pose pas mal de questions là haut et où mes p'tits copains dans la tête sont à fond les ballons.
C'est la trentaine j'crois bien.
Faire des choix. Les bons surtout.
Et j'crois que j'aime pas très bien ça faire des choix.

Partir? Rester?
S'enfuire? Créer? 
La folie. La raison.
Les coups de tête, les papillons. 
L'aventure, les rires...
La distance et les soupirs.

Et quand tu vis sur un caillou au milieu de l'Atlantique dont tu fais le tour en à peine 30minutes c'est compliqué d'avoir tout ça.
Ce qui est compliqué c'est surtout de satisfaire cette soif d'aventure. Et surtout de savoir ce que c'est "mon" aventure...
Alors j'ai cherché.
J'ai cherché ces coins que je ne connaissais pas encore, ces chemins cachés, ces personnes que je n'avais encore jamais rencontrées.
Parce que je sais qu'il y a pleins de gens intéressants sur le caillou. Suffit juste de les croiser.
Et on a beau vivre sur 24kms² ils sont quand même pas facile à trouver parfois.

Alors j'ai cherché et j'ai trouvé.
Le peintre venu ici pour regarder, qui voit, qui sent.
La douce rêveuse les pieds accrochés à son trapèze et la tête dans les nuages. 
La "guide" celle qui sait, qui ressent.
Le voyageur qui se raconte, et qui te fait voyager.
Celui qui pense, celle qui écoute.
Celui qui danse et celle qui doute.

Que sont-ils venus chercher ici, que sont-ils venus perdre surtout?
Ils voyagent, ils prennent, ils donnent, ils font, ils défont.
Ils croient, ils se noient.
Ils remontent, ils crient.
Ils se cherchent, ils se battent.
Ils obtiennent et repartent.

Une chose est sûre, ils aident. Sans le savoir ils nourrissent ce grain de folie dans l'oeil de ceux qu'ils rencontrent. Ils montrent que tout est possible.
TOUT.
Absolument TOUT.

Alors MERCI à toutes ces belles personnes qui viennent ou reviennent sur ma route... parce que grâce à elles, je me lève le matin en ayant quand même un peu moins la trouille.

Bref, si j'ai pas trop raconté c'est parce que je me faisais une petite cession introspéction dans le Dark Side de l'artiste écorché...
Passionnant...

Non mais sinon, ça va vachement mieux hein!
;-)

 

 

Posté par la-raconteuz à 16:43 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


08 mars 2014

**HaPpY wOmAn'S dAy**

Naître.
Tomber.
Pleurer.
Souffrir.
Gazouiller.
Grandir.
S'écorcher.
Crier.
Se relever.
Sentir.
Saigner.
Grincer.
Fuir.
Chalouper.
Dandiner. 
Ricaner.
Pouffer.
Séduire.
Sourire.
Être.
Partager.
Courber.
Lisser.
Crémer.
Épiler.
Raser.
Coiffer.
Laver.
Frotter.
Récurer.
Accueillir. 
Consoler.
Calmer.
Soigner.
Diriger.
Guider.
Organiser.
Investir.
Construire.
Réussir.
Pleurer.
Craquer.
Souffler.
Comprendre.
Apprendre.
Surprendre.
Donner.
Décider.
Jouir.

La fille.
La femme.
La mère.
La p*tain.

Être l'une ou l'autre, être une et toutes les autres...


À ma Mam', à celles qui m'aident, à toutes celles que j'aime...
À mes plus belles...

Posté par la-raconteuz à 22:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2014

Phuket Trip #Part 5# The end...

 Langkawi... Petite île de Malaisie te disais-je...

Je n'ai pas vu grand chose de Langkawi, parce que si on est venu jusqu'ici c'est juste pour faire le plein de gazole et les appros.
Alors non je n'ai pas fait la sirène, non je n'ai pas nagé avec les 'ti poissons, ni roucoulé sur une plage déserte.
Mais j'ai porté des cartons, rempli des sacs, tiré des chariots.
Bref, j'ai travaillé.
Et puis une fois la tâche accomplie bah on a dû reprendre la mer parce que le temps nous était compté.
C'est pas que j'en meurs d'envie mais le Phuket Trip touche à sa fin et y'a Roger qui va pas tarder à vouloir me faire décoller pour le caillou.
J'te l'dis que je commence à plus trop avoir le sourire ou pas?
Mais j'arrive quand même à profiter d'une dernière escale sur Koh Lipe.
On arrive de nuit, j'suis assise à la proue du bateau, les pieds dans le vide, et j'me prends un peu pour Rose dans Titanic.
Tu vois le tableau?
J'me sens un peu comme la "Reiiiine du Mooooonde!".
Mais la Reine déchante de plus en plus...
Parce que vraiment ça sent la fin et ça j'aime pas très bien.

Le lendemain matin on repart pour Phuket, 15h au moteur parce qu'Eole aussi fait la tronche.
J'essaie du mieux que je peux d'envoyer de sales ondes magnétiques au moteur pour qu'il tombe en panne...
Parce que sans Eole et sans moteur bah j'arriverai jamais à temps pour décoller avec Roger.
Et comme ça bah je pourrai rester avec mon Captain!
Hein on fait ça dis? Hein??!

On dit que je reste?!
Ouais d'accord!
Alors on dirait que je reste et que je serai bien tranquille dans mon coin et que je ferai bien à manger et bien le ménage et comme ça bah je pourrai faire l'Hôtesse pendant que la croisière s'amuse?! Hein?!
Allez on dit que tu m'fais un mot steuplait?
Tu m'fais un mot pour dire à Roger de pas m'attendre, que j'suis dispensée d'assiduité du vol retour pour le caillou! Heiiin diiiis...

Mais dans la vraie vie il faut que je rentre.

La dernière nav', la dernière soirée, le dernier dodo... et je me retrouve dans le hall de l'aéroport, bien moins tirelipimpon sur le chihuahua qu'à l'arrivée.
Et autant je m'étais laissée submerger par la vague d'amour il y a 3 semaines, autant là c'est un tsunami de pleurs qui me serre le coeur.

 

up_and_down

                                            UP & DOWN

 

Haaaan mais vas-y j'aime pas dire au revoir! C'est nuuul!
J'suis à deux doigts de me rouler par terre de chagrin mais faut qu'j'me tienne. Parce que je vais devoir passer 48h en compagnie de moi même, à n'avoir personne à qui pleurer ma peine, personne pour me faire un câlin magique.
Personne.
Dans le No Man's Land. En Transit.
Plus ici et pas encore là bas.
Que moi.
Moi et mes souvenirs.
Les souvenirs de cette si belle aventure.
Je m'accroche à ça.
Et je m'accroche à lui une dernière fois avant de passer de l'autre côté.
Mon Captain...

Haaaa bordel! L'horreur!

J'arrive à la douane. Je pleure.
Je monte dans l'avion. Je pleure.
On décolle. Je pleure toujours.
On atterrit à Hong Kong. Je pleure encore.
Hey mais vas y lààà, ça ne s'arrêtera donc jamais de pleurer??!

D'Hong Kong, on repart pour Vancouver et là à force de pleurs et de lamentation, j'suis tombée.
Plus de force, plus rien.
Le Trou Noir.
Rideau.
Et puis le réveil brutal...
Je suis bel et bien enfermée dans cet avion, seule, loin de lui, loin des miens.
Ha bah jsuis en vrai mode Cosette qui porte toute la misère du monde sur le dos.
J'en rajoute à peine, jsuis assez calée en désespoir...
Non parce que tu crois quoi?
Quand t'es capable d'hurler à la terre entière comment t'es si trop tralala des noix de cocos, que tu transpires l'amour et le bonheur et la joie et la plénitude et la vie juste parfaite... Bah c'est que t'es aussi capable de sentir le même genre de sentiments mais à l'opposé.

Bref, je me réveille le cou en compote, des fourmis dans les guiboles... ouais enfin je me réveille après une nuit dans un avion quoi.
J'allume le 'ti écran pour suivre notre trajectoire.
Suspense...
Combien de temps ai-je dormi?
Oula bah dis on arrive!? Noooo!
Yeah!
Le petit avion il a déjà tout bien traversé le pacifique!
Wouaw!!!
Ouiiiiiii
Je m'étire tâchant de donner des p'tits coups aux 2 chinois qui m'entourent, ces 2 p'tits chinois qui se sont octroyés les accoudoirs durant tout le vol. Allez les gars, debout!
Je suis tellement contente d'arriver à Vancouver, je me rapproche de plus en plus de la maison et des copains. Bien besoin des copains là...
Et au final bah j'aurais fait un si joli dodo. Plus de 10h de vol et j'ai rien vu passer.
Je commence à ranger mes petites affaires, remettre mes souliers, j'me recoiffe, je plie la couverture...
Haaaa allez Roger, jsuis prête!
15 minutes plus tard, il ne se passe toujours rien alors que Roger devrait amorcer la descente...

So?? What's wrong Roger?
Un petit tour d'horizon et je me rends compte que je suis la seule à avoir remonter mon siège. La seule à être assise bien droite collée au siège...
Ma voisine, Mamie Tching-Tchong fait encore un gros roupillon.
Bah ils font tous des gros roupillons en fait.
Bah dis ho les gars!
Allez wake up!
On va atterrir à Vancouver là.
Allez hop hop hop on s'active! La petite escale technique et zou on repart pour NYC après.
......
10 minutes plus tard toujours rien.
Je rallume mon p'tit écran pour le tcheck de notre trajectoire et...
Bah dis hooo pourquoi il a fait demi tour là l'avion sur le dessin? Pourquoi on retourne à Hong Kong??
Hooo Roger?!
Hola nooooon...
Rah l'horreur...
J'ai rien compris à leur ti dessin d'avion, en fait on a à peine quitté Hong Kong.
En fait il reste 8h de vol.
En fait jsuis rien qu'un boulet qui sait pas lire une carte et qui plus est ne sait pas reconnaître l'avant de l'arrière d'un avion. Enfin il est hyper mal dessiné aussi leur avion là!
Jsuis verte.
Et là tout de suite j'aimerais qu'on m'assomme...
J'ai envie d'hurler. De fumer. De pleurer. Oui de pleurer surtout.
Ha bah ça y est j'ai les narines qui me chatouillent. Et le menton qui se met à trembler. Ha bah super, ça y est je chiale.
Tu vas voir que je vais réussir à arriver sur le caillou que je chialerai encore. Va bien falloir que ça s'arrête à un moment.
En tout cas cette petite crise de larme m'est bénéfique, je m'assomme toute seule.
Et zou je me rendors...

Malheureusement je me re-re-réveille qu'il me reste encore 7h de vol.

Je me résigne à regarder un film.
Parce que jsuis tellement énervée que je vais jamais pouvoir me rendormir.
Alors je regarde Love Actually.
Quelle merveilleuse idée.
Le film démarre sur des gros plans de retrouvailles dans les halls d'aéroport...

Ha mais P#^~*! DE CHIOTTE!!! J'suis maudite ou quoi?!
J'suis con aussi, j'aurais dû me faire World War Z, c'est un film de zombie.
J'aurais eu moins de chance de me retrouver une fois de plus à chialer comme une patate.
Bon bah Love Actually quoi...
Ouais ok, je chiale. Pis je fini par me rendormir du coup.
Passionnant ce retour.

Vancouver, Vancouver.
Cette fois on nous fait descendre pendant l'escale technique. Et je me mets à espérer un coin fumeur je ne sais où.
Bon bah non y'en a pas. Obligé de passer 1h dans une 'tite salle avec rien. Génial. J'adore.
Et zou on nous remet dans l'avion.

Et puis New York.
Ça fait 40h que je voyage.
40h que je suis seule et que pas un son n'est sorti de ma bouche.
40h que je pleure.
Mais je me rapproche de plus en plus du caillou.

 
New York...
J'ai 1h30 pour ma correspondance, pas question de se lamenter et pleurnicher, là faut FONCER!!
Je remporte haut la main le sprint en zone de transit et j'explose le record du saut à la perche de comptoirs de douanes.
J'arrive même à aller me griller une clope sur un bout de trottoir verglacé et à me faire engueuler parce que "no smoking miss!!"
Alors là Cowboy, si tu crois que la miss elle va obéir.
Faudra lui passer sur le corps à la miss pour qu'elle l'éteigne sa clope! Tu entends Shérif??

Il fait un froid de gueux. J'arrive à peine à la tenir cette clope, j'ai les dents qui claquent tellement que je misère à tirer une bouffée mais que dalle!! Je l'éteindrai pas t'as compris!?
Et même que j'en rallume une autre!
Non mais ça va dis!
Fait tellement froid que tout le monde fait de la fumée en respirant, toi aussi Shérif tu fumes!? Bouuuh le shérif il fume...

Dans la vraie vie, sache que cette scène ne s'est déroulée que dans ma tête hein.
Pour de vrai, je n'ai pas éteint ma clope certes mais j'me suis faufilée entre les taxis pour que le shérif me voit pas . J'suis quand même pas une guedin!

Et puis St Martin... où je pleure toujours.
Et enfin St Barth...

La maison. Le caillou. Les potos. Mon Dinou.
Vider le sac. Prendre une douche. Fermer les yeux.

DORMIR.

Ça y est le Phuket Trip est terminé.
Me reste plus qu'à recommencer le décompte des dodos avant le retour de mon Captain' sur le caillou...
Et à bassiner ma coloc du "Mais j'en ai maaaaaarre!!! J'suis triiiiiiiste!! C'est quand dans 45 dodos?? Heiiin dis??!"

Enfin 45 dodos, c'est approximatif.
Parce qu'un marin, tu sais quand il part, mais tu sais jamais quand il revient...

Mais quelle aventure!!!
Quelle P*TAIN de BELLE AVENTURE!
J'en veux d'autres...

Allez Captain, on dit qu'tu reviens vite hein...

 

Aujourd'hui ça fait 3 semaines que je suis rentrée sur le caillou.
3 semaines la tête dans le guidon en ces périodes, tant attendues et redoutées de tous: LES FÊTES...
J'prends le temps de dormir un peu et j'te raconte...

Posté par la-raconteuz à 04:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2014

Phuket Trip #Part 4# De Koh Phi Phi à Langkawi...

Nous voilà donc à Koh Phi Phi, après avoir essuyé un gros vilain grain.
Le Captain', accompagné de Guy, s'occupe des manoeuvres, ce qui me laisse le temps de me refaire une beauté.
Non parce que paye ta tête que je me cogne après la tempête!
J'ai plus un poil de sec, les cheveux collés sur le front, le sel m'a irrité la peau... mais j'ai des papillons pleins les yeux, c'est déjà ça.

Une fois l'attirail de Princess des îles sur le dos, on file avec la grosse Dinghy, pour une 'tite soirée posée à roucouler.

Koh Phi Phi...
Depuis le temps que j'en entends parler...
Je pense à musique douce, à un petit verre en terrasse à regarder le coucher du soleil, je pense au calme, aux vagues qui viennent caresser le sable blanc. Je pense au paradis...

Je pense...
Je pense... qu'on m'a carrément menti!

Non mais c'est quoi ce délire?!
Koh Phi Phi les gars, c'est là où il ne faut absolument JAMAIS aller en vacances.
Ce sont des dizaines de gros établissements au bord de plage, musique BoOm bOoM à fond les ballons.
Ce sont des poubelles, des chats errants (j'ai failli en ramener une bonne dizaine à bord d'ailleurs), des bouibouis à touristes, des salons de tatoos et de massages miteux.
Des centaines de Russes, la bière à la main et la blonde dans l'autre.

C'est sale, dégueux, et en plus ça sent pas la rose.

Et là je ne comprends pas.
Comment a-t-on pu faire de ce bel endroit, ÇA?
Et surtout comment peut-on s'y sentir bien?
Moi, j'ai vite la nausée et tout ce merdier m'agresse.

Ni une, ni deux, on rentre à bord.

La soirée sera beaucoup plus douce sur l'eau, suffit juste de faire abstraction du BoOmbOoM qui fait écho.
Et c'est bercée par les flots que je m'endormirai sur le pont, à la belle étoile...
Et une fois de plus je réalise la chance que j'ai.
Si c'est un rêve, faite que je ne me réveille jamais.

Je finis pourtant par me réveiller tandis qu'on fait cap sur Koh Rok Nok.

Si c'est pas un rêve ça?!
Se réveiller au milieu de rien, rien que l'eau et le ciel. En plus Eole est hyper peinard, je peux donc prendre mon p'tit dej sans me cogner de partout, et rejoindre les marins sur le pont.
Ça bouquine, ça observe, ça sourit et ça n'a pas besoin de parler.

*J'te jure que je vais finir par me transformer en guimauve à force de tant d'amour*

Et là je pense à toi, je pense à vous.
Je pense à tout ceux que j'aime et qui m'ont fait supporter l'attente de ce si beau voyage.
Non parce qu'autant j'ai l'air que cuicui-les-p'tits-z'oiseaux et papillons-dans-le-ventre, faut pas oublier qu'y'a mon pote le vilain cafard qui est resté pas mal au fond de mon coeur pendant les 2 mois et demi d'attente hein... Et que du coup, t'imagines comment j'ai pu gonfler mes potes (ma coloc' surtout) à base de "mais j'en ai maaaarre... j'suis triiiiiste... c'est quand dans 2mois et demi hein??? Dis c'est quaaaand que je le revois mon mariiiiiin???"

Bref, c'est pas le moment de penser au prochain départ et c'est full in Love qu'on arrive à Rok Nok.
Et là je dis Ouiiiiiiiiiiii parce que c'est si joli.

On ne va rien faire d'extraordinaire (là je sens que tu vas me haïr), on fait juste du snorkeling, et on nage jusqu'à une plage déserte...
Que nous, le sable, l'eau turquoise, le ciel bleu... la routine quoi...
#je crois que je me suis un peu trop habituée à la vie au paradis#

Le lendemain on ripe sur Koh Lipe.
Quelle belle découverte.
Koh Lipe c'est tout petit et c'est si joli.
Des p'tits bouts de cases sur la plage, des salons de massages mais accueillants, des bars où la détente est de rigueur.

image
Koh Lipe


J'me sens tellement calme et détendue que j'me sens prête pour passer mon permis de la Grosse Dinghy.
J'pars du principe que si je sais conduire ma Moby, je saurais conduire une moto ('fin ptètre), alors si jai su conduire ma copine Dinghy cet été, bah je saurais aussi me débrouiller avec la Grosse.
Ça démarre pareil, ça se démarre comme une tondeuse en fait.
Tu mets un peu de gaz, du point mort tu mets la marche avant, les gaz à fond et yallah!
Bah pour le coup, j'ai failli faire Yallah par dessus bord!
Non mais c'est qu'elle en a dans le ventre celle là, et le problème c'est que si tu mets pas assez de gaz bah tu vois pas où tu vas, tu vois juste l'avant de la Grosse Dinghy.
Du coup faut aller à fond les ballons pour voir où tu vas et planer.
Alors banco je vais à fond et je prie pour qu'il n'y ait pas un nageur dans les parages parce que bordel ce que j'vais à fond!!!
Le Captain il dit "Allez plus viiiite!! Va à gauche!!! Foooonce! A droite!!!! Plus viiiiiite!!!
Je me marre comme une gosse qui fait pour la première fois du manège, je fais des tours et des détours, des virages de ouf malade et ayèèèèè on plane!

Permis de la Grosse Dinghy validé Moussaillon!!!
J'ai adoré.

On passe la nuit au mouillage et le lendemain on met les voiles sur Langkawi, une charmante 'tite île de Malaisie.
Arrivés au port, je reçois les instructions pour la manoeuvre.
Je dois envoyer une garde au man qui sera à quai pour que lui il fasse le noeud qui va bien et que le bateau il soit bien garé comme il faut.
Envoyer une garde c'est facile, c'est un peu comme jouer au lasso.
Alors je me dis que le man à quai, bah ça sera la vache et moi je serai la Cowgirl.
#cowgirl dans tous les sens du terme... parce que je me rends vite compte que je ne suis pas du tout assez vêtue pour mettre les pieds, en l'occurence les fesses, en territoire musulman... encore une fois la St Barth Attitude d'avoir toujours les fesses à l'air bah ça ne passe qu'à St Barth...#

Bon, on approche du quai, j'ai la garde dans la main, je visualise le man, j'attends que le Captain me lance le feu vert.
Sauf que le man bah il est accompagné d'un copain et que je sais pas du tout qui c'est qui doit être la vache dans l'histoire. Et comme le Captain il est occupé à la barre, j'ose pas lui demander lequel des deux est la vache dans le jeu du lasso.
J'en désigne un des deux, au hasard, celui qui m'a l'air le plus réceptif à jouer et je lance!
Haaaa bordel... j'ai loupé!
Mon lasso il était pas assez long.
Je me concentre et je relance.
Vas y mais tend les bras aussi toi là!!!
Ha le boulet! J'ai envoyé le lasso dans sa tronche et il a pas réussi à l'attraper...
C'est pas que, mais je pense que si je loupe mon troisième lancé, jsuis bonne pour être balancée tout crue aux requins...
A la une, à la deux, à la trois...
La troisième aura été la bonne!!
Hihaaa!

Le bateau est bien garé, le Captain est ravi et moi...
Bah moi j'suis toujours au paradis...

 

image

 

(A suivre...)

 

Posté par la-raconteuz à 00:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

02 janvier 2014

*2014*

Je me revois aux 12 coups de minuit. Au passage à 2013.
J'étais seule dans une chambre d'hôtel à surveiller 3 petites têtes blondes.  
Ces 12 coups sonnaient la fin d'une histoire. La fin d'une longue et belle histoire.
Je me revois me souhaiter le meilleur et me promettre de ne pas avoir peur. 
De continuer à dire oui.
Et très vite j'ai dit oui.
Oui à l'aventure, oui à la passion, oui à l'Afrique du Sud, oui à la découverte de la mer et des bateaux, oui au tour du monde des Antilles à la voile.
Oui au fait de m'acquitter de la sécurité pour ne vivre que de ce qui me passionne.
Ne crois pas que tout ça se soit fait dans la douceur, parce que j'en ai passé des nuits à me tordre de trouille... 
A me dire que j'allais droit dans le mur.
A pleurer une épaule, à vouloir de l'aide.
Et sans toi, sans vous, sans toutes ces si belles personnes qui m'entourent et qui croient dur comme fer en moi, je sais que tout ça aurait été encore plus violent.
 
Parce que oui c'était violent. C'était hyper violent de tout perdre, tout lâcher, pour tout recommencer.

Mais je l'ai fait.
Et je ne regrette rien.
2013 restera l'année où je suis devenue grande.
L'année des 30 ans.
L'année où j'ai été reconnue, l'année où *artiste* est devenu mon métier.
L'année où il m'a fallu:                                                                               
Comprendre, écouter, tolérer, profiter, rire.
Tomber, me relever, pleurer et rebondir.
Remercier, accepter, tenter, grandir.
Espérer, retrouver, voyager, découvrir.
 
En 2014 je voudrais REMERCIER.
Merci à toi, si loin là bas, à l'autre bout de mon caillou d'avoir fait de cette année une année pleine d'amour et d'aventure...
Et Merci à vous, qui m'avez écouté, conseillé sans jamais juger.
Merci à vous de me lire et de suivre mes z'aventures.
Parce qu'à vôtre façon vous en faites partie...
 
Je vous souhaite le meilleur.
La réalisation de vos rêves les plus fous.
Je vous souhaite d'aimer, de rire, de croquer dans tout ce qui s'offrira à vous.
 
2014!
Nous voilà!
J'sais pas du tout ce que celle-ci va nous apporter mais je sens que ça va décoiffer!
Accrochez vos ceintures les gars
  

love is in the air
Love is in the air

Posté par la-raconteuz à 04:40 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2013

Phuket Trip #Part 3# De Phuket à Koh Phi Phi...

Être à quai c'est le moyen de rencontrer pleins de gens.
C'est revoir un boug' qu'on avait déjà croisé à l'autre bout du monde, c'est se rendre compte en discutant qu'on connaît le pote du super pote du man qui bosse sur tel bateau, c'est raconter d'où on vient et parler de là où on va.
Perso, moi je connais personne et personne ne me connaît mais très vite je deviens la nana qui se promène pieds nus sur les pontons, le sourire scotché aux lèvres et des papillons qui lui jaillissent des yeux.
Celle qui a fait le tour du monde des airs pour retrouver son Captain'...
Et très vite, le Captain' me fait faire le tour du monde de la marina de Phuket.

Je rencontre une Soïzick de 70 printemps avec qui je trinque à la santé des Bretons, je passe une soirée à papoter avec un écrivain Sud Africain, je refais le monde avec un Anglais et une Suédoise, je me gave de riz Malgache.
Je me prends pour une Princess Indienne, invitée dans un resort à déguster des sushis pour finir dans un p'tit salon so romantic à écouter une Thaï chanter du Lennon...
Sans oublier les copains, ce petit groupe d'expat' lié par les mêmes racines, par la même folie: tout quitter pour s'installer ici.
C'est eux qui racontent.
Ils racontent leur vie ici, dans ce pays qui tourne au ralenti, où la monarchie absolue a laissé place à une monarchie constitutionnelle il n'y a que 80 ans et où l'armée a toujours une place prépondérante.
Ce pays où les "chemises rouges" s'insurgent contre les "chemises jaunes", où on y parle de dictature.
Ce pays qui accueille chaque année plus de 15 millions de touristes.
Tourisme de masse, tourisme à bas prix, tourisme sexuel aussi.
Tout se vend, tout s'achète.
Sauf le titre de propriété.
Un étranger ne pourra devenir propriétaire que d'une construction mais jamais de la terre.
Quelques solutions s'offrent alors à toi, comme te marier avec un(e) Thaï et acheter le terrain à son nom, ou alors faire signer un(e) Thaï en tant que propriétaire et poser une hypothèque en tant que "prêteur", tant que tu ne lèves pas l'hypothèque la vente de ce terrain ne pourra être effectuée.
Ou encore, dernière solution, monter une SARL et nommer le terrain comme titre de la société, tu peux garder 49% des parts sociales et les 51% restants doivent être aux noms de ressortissants Thaïs.

Cette terre, dont tu ne peux devenir propriétaire en tant qu'étranger, se voit pousser de gros hôtels, des routes, des ponts, des condos (immeubles en copropriété).
Cette terre n'entend pas parler d'écologie et de respect de l'environnement. Elle doit juste être rentable, à tout prix en ne pensant pas aux conséquences.
L'homme la saccage sans scrupule, au profit du tourisme.
Malheureusement il n'y a pas que la terre qui est victime du fléau, il y a aussi la mer et ses coraux. 

La Thaïlande... un bordel à ciel ouvert... où en surface, il fait bon vivre...

Et j'y passe de bons moments.
Vraiment.
Parce que même si certaines réalités font froid dans le dos, je ne peux m'empêcher d'avoir le coeur rempli de bonheur à chaque fois que le soleil se couche sur l'horizon.
Parce que je ne suis rien qu'une amoureuse, et que j'aime découvrir de nouveaux goûts, j'aime m'ennivrer de nouvelles odeurs et j'aime par dessus tout savoir que ce coucher de soleil annonce un nouveau jour.
Encore un jour avec mon Captain', à l'autre bout du monde de mon caillou. 

 

image

 

Le tour du monde de la marina touche à sa fin, il est temps pour nous d'entamer notre tour du monde des îles du sud!
Le Captain a fini de réparer Dinghy, il a poncé les trucs, frotté les autres, et puis il a traité les machins et organiser les choses et même qu'aussi il a bien rempli les bidules et vidé les autres...
En gros, il a bien travaillé et aujourd'hui on peut mettre les voiles!
Hihaaaa!

Cap sur Koh Phi Phi!

Koh Phi Phi, au cas où tu le saurais pas, c'est là où Leonardo il a trempé ses fesses dans le film "La Plage". Et moi bah j'aime bien l'idée d'aller y tremper les miennes aussi.
Je continue en quelque sorte mon tour du monde de trempage des fesses de midinette... cet été j'avais trempé là où Johnny avait trempé les siennes en Dominique pour "Pirate des Caraïbes"...
J'avoue que c'est un peu étrange comme tour du monde.
Le Tour du Monde du trempage de fesses... mais ça me fait marrer.

Alors Cap sur Koh Phi Phi Captain'!

5heures de nav' en grosse panne de vent, où j'ai le temps de m'imaginer pataugeant dans une eau turquoise, les pieds foulant le sable blanc, avec le soleil couchant sur l'horizon... huuum...

Quand, tout à coup!
#phrase choc de suspense, qui, tu peux le deviner va annoncer un drame#
Quand tout à coup, on a face à nous, un MUR!
Un MUR noir!
Des murs noirs, j'en avais déjà vu en mer, mais d'habitude je vois toujours le début ET la fin du mur.
Ouais, non, en fait, avant, j'avais vu des rideaux noirs, parce qu'un mur noir comme ça, avec ni début ni fin, j'en avais jamais vu j'crois bien en fait...
J'suis sur le pont, accompagnée de Guy, notre Commis-Moussaillon, invité à bord pour la croisière en cas de besoin de ses 2 bras. Le Captain' lui, est en train de bouquiner à la table à carte.

_Hey dis Captain, il commence à faire bien sombre en face? J'ai pas d'la trouille hein, non non non... Juste euh oui il commence à faire bien sombre en face... Hein dis Guy? Houlaaa oui il fait biiiiien sombre en face!?

Le Captain', sous l'effet de ma voix partant dans les aigus à cette simple constatation météorologique, met le nez dehors.
 _Ça va aller Moussaillon... T'inquiète, je gère, dit-il avant de retourner à ses occupations.

Comme je veux lui montrer que j'suis toujours le p'tit marin qu'il avait quitté il y a deçà 2mois et demi, je tente de garder mon calme et de ne surtout pas paniquer.

C'est rien qu'un grain, c'est rien qu'un p'tit grain, c'est rien qu'un tout p'tit riquiqui bout de grain...
J'ai pas peur, j'ai pas peur, j'ai pas peur...

En fait si j'ai peur, j'ai même hyper super peur alors je réitère:
_Hey Captain' c'est vraiment big ce qui arrive là hein! Si j'te jure c'est big big big!! C'est pas juste rien qu'un p'tit riquiqui grain là! Vas y mais viiiiiiens!

N'ayant pas le choix face à mes supplications, il vient nous rejoindre sur le pont.

_ T'inquiète Moussaillon... je gère ... ... ...

Et là, j'aime pas ce que je vois dans ses "...", les 3 petits points, moi ça me fout toujours de la trouille.

Mais je sais aussi que ses "..." veulent dire:
"Ouais Moussaillon, ça va secouer mémé dans la GV, mais va pas falloir que tu bronches parce que j'vais pas avoir le temps de m'occuper de toi, alors tu te mets dans un coin, tu attends, et surtout tu te tais!".

Si si, il peut y avoir tout ça dans "..." d'un Captain!
Alors je m'exécute.
Je bronche pas, je me mets dans un coin et je me tais.

Sauf que moi, quand je me tais, y'a automatiquement une surchauffe au niveau de mon activité cérébrale.

Surtout qu'on se rapproche très vite du gros mur tout noir et qu'y a des si gros nuages tout pleins de pluie torrentielle qui nous tombent sur la tronche, y'a l'orage qui craque et y'a même des éclairs qui s'écrasent sur la mer.
La mer fume, on ne voit plus à 10 mètres...
OK!
C'est L'APOCALYPSE!!!!!

Ha bordel!
Bordel de bordel de tonnerre de Zeus et Jupiter!
Sont hyper en colère les Dieux là!
Dis Bouddha t'es là?? Me lâche pas mec, fais pas l'con!
Jésus?
Y'a quelqu'un??
A l'eau? Vous m'entendez les gars??!

Ce n'est ni Jésus, ni Bouddha, ni Allah qui m'ont répondu mais Eole!
Ha l'enfoiré!!
Ça fait des heures qu'on l'attendait celui là et d'un coup Môssieur se pointe et décide de nous secouer à plus de 40 noeuds! Et 40 noeuds bah oui c'est BIG Captain'! Mais j'évite de lui faire la remarque, il n'a vraiment pas le temps... et faut que je me taise.

Il prend juste le temps de me crier (non pas de colère mais avec le raffut on ne s'entend plus du tout!) :
"RENTRE Moussaillon!"

J'aurais préféré:
"Ma douce, afin de ne pas attraper froid et de ne pas te faire tremper jusqu'à la moelle, je te conseille vivement d'aller te réfugier à l'intérieur. De te faire une bonne tasse de thé et de lire bien tranquillement ton bouquin... Comme ça je serai certain que tu ne traînes pas dans mes pattes pendant que j'oeuvre à la tâche, ou pire que tu tombes à l'eau... Je te ferai signe quand tu pourras ressortir ma douce..."
Mais non, c'est bel et bien le "RENTRE" qui sort de sa bouche.

Et tu crois que la Douce elle veut rentrer??!
Que dalle!
Hors de question que je m'enferme à bord!
Non parce que si on chavire, je pourrai jamais sortir de là, alors que si on chavire et que je suis dehors bah je pourrai nager et...
Et te noyer direct même si tu sais nager!

Un Marin, il te dira toujours qu'en cas de gros, si gros grain, genre cyclone, bah vaut mieux rester enfermé et attendre...
Alors comme moi euh, bah j'suis un p'tit, tout p'tit Marin, bah je me calfeutre à l'intérieur et je surveille par les hublots.

Non mais c'est quoi ce bordel???
Vas-y Eole détend toi un peu là!
Genre on te voit pas de la journée et là d'un coup tu te décides à nous offrir l'arrivée à Koh Phi Phi en fanfare!

C'en est trop!
J'tiens plus à l'intérieur, j'vais devenir dingue!
Alors je prends mon courage à 2 mains (et pour de vrai jsuis morte de peur, je suis tétanisée, frigorifiée, les dents et les genoux qui font des castagnettes) et je retourne sur le pont à me faire fouetter par la pluie au cas où le Captain aurait besoin de moi.
Bien évidemment il a pas besoin de moi, comme il a dit, il gère.
Et wouuuaw comment il gère trop...
Il enroule, il winch, il prend 1 ris, et puis un 2ème, il court sur le pont, il tire des bouts...
La chemise collée au torse, les muscles saillants, la pluie lui dégouline sur le visage...
Hum...

Oui...
Oui je suis en train de le mater alors qu'on se fait grave secouer.
Mais c'est tout ce que j'ai trouvé pour rester calme face à la tempête.
C'est l'instinct de survie quoi!

Vas-y Eole envoie tout ce que tu peux!!
Fais tout péter! Regarde Eole, regarde comment il gère!
Ha mais grave comment il gère mon Captain!
Et tu peux dire à Leonardo et Johnny qu'ils peuvent aller se rhabiller!

#J'avais prévenu... dès que je me tais, mon activité cérébrale monte dans les tours, et ça surchauffe là haut. J'en ai même frôlé le court circuit!# 

Au bout d'une bonne vingtaine de minutes, (et dans mon monde à moi, ces 20 minutes me paraissent des heures) Eole se calme, d'un coup d'un seul. Il repart aussi vite qu'il est arrivé.

J'ai envie de crier, de courir, de sauter, d'hurler tellement j'ai eu peur.
Mais bordel ce que c'était bon!!

On est trempé, essoufflé, en pleine redescente d'adrénaline.
Et surtout on est vivant!
Enfin, personne n'en a douté sauf moi hein... genre on ne peut pas mourir sous un grain à 40 noeuds, tout le monde sait ça...
Mais quelle vie!
Quelle p*tain de belle vie!

Je vais mettre une bonne heure à retrouver une activité cérébrale normale, ainsi que l'usage de la parole.
A défaut, je me repasse la scène du "Captain' dans la tempête" en boucle et je glousse.

Une poule!
Je ne suis rien qu'une poule à Phi Phi...

(A suivre...)

 

Posté par la-raconteuz à 13:02 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,